4 min de lecture Les Républicains

Présidence LR : Maël de Calan, le juppéiste qui n'est pas candidat des juppéistes

PORTRAIT - Sixième candidat déclaré à la présidence des Républicains, Maël de Calan a intégré le RPR à l'âge de 18 ans et fait partie de la garde rapprochée d'Alain Juppé.

Maël de Calan et Alain Juppé, le 30 mai 2017 à Morlaix Crédit : FRED TANNEAU / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Il a ajouté son nom à la liste des candidats à la présidence des Républicains. Maël de Calan souhaite porter "les couleurs d'une droite ouverte et équilibrée". Il est ainsi le sixième candidat à se lancer, après Laurence Sailler, Florence Portelli, Daniel Fasquelle, Laurent Wauquiez et Julien Aubert.

Cette annonce faite, le 5 septembre dernier, intervient dans un contexte très délicat pour les juppéistes. Viriginie Calmels, première adjointe à la mairie de Bordeaux a annoncé soutenir Laurent Wauquiez. Alain Juppé assure quant à lui qu'il ne se "mêlera pas de l'élection à la présidence des Républicains". "Je ne parraine aucun candidat. Je serai attentif aux lignes rouges que j'ai tracées", a-t-il précisé. 

Jean-Pierre Raffarin semble plus ouvert à l'idée de parrainer un candidat. Au micro de RTL, l'ancien premier ministre explique : "On était à peu près clair avec Alain Juppé sur ce sujet, (il faut) aider la jeune génération à relever les défis de l'avenir (et) mettre notre expérience au service des jeunes. Mon travail aujourd'hui, ce n'est pas d'être dans des jeux de pouvoir pour moi ou ma génération". À propos de Maël de Calan, il précise : "C'est certainement quelqu'un que je parrainerai", fustigeant au passage la droite dure de Laurent Wauquiez. "La stratégie, c'est forcément le rassemblement. Pour gouverner ce pays, il faut faire plus de 50%. Et pour faire plus de 50%, il faut être une droite ouverte".

À lire aussi
À Cuba, Ségolène Royal a défendu le bilan de Fidel Castro Les Républicains
Les Républicains : Royal soutient Wauquiez dans son duel avec Bertrand

Une nouvelle vision de la politique

Maël de Calan fait partie de la jeune génération des Républicains-juppéiste. Lors de la campagne pour la primaire de la droite et du centre, il a été le porte-parole d'Alain Juppé. Dans un entretien au Point, il explique que sa candidature est celle de "ceux qui veulent faire gagner la droite". Pas celle des juppéistes, donc. Il explique être "porté par un collectif de nouveaux visages des Républicains, qui ont fait des choix différents à l'occasion de la primaire de la droite et du centre, mais qui se retrouvent sur deux points essentiels. D'abord, la volonté de transformer radicalement notre manière de faire de la politique en jetant aux orties la mauvaise foi, le cynisme et le sectarisme. Ensuite, la volonté de porter les couleurs d'une droite ouverte, équilibrée, qui refuse de voir notre grand parti se rabougrir sur une ligne de plus en plus contestataire, maximaliste et identitaire". 

Le candidat est né dans le Finistère. L'Obs raconte qu'il a "jeté l'ancre à Roscoff, où il dirige le développement d'une start-up de biotechnologie. Son grand-père, Olivier de la Lande de Calan, fut maire de Sibril, commune du Haut-Léon où se situe le château familial". Le père de Maël de Calan a été conseiller régional de Bretagne sous l'étiquette Démocratie libérale, mais "il est surtout connu pour avoir été le numéro 2 de l'UIMM, la plus importante branche du Medef, ajoute le magazine. Il démissionnera en 2008 et sera condamné dans l'affaire des 16 millions d'euros retirés en liquide". 

Incarner une opposition "non-pavlovienne"

Selon La Croix, il incarne "l'anti-Wauquiez". À l'âge de 18 ans, il rejoint le RPR et "le militantisme le suivra tout au long de ses études, puisqu'il prendra la tête de la présidence de la section du RPR, puis de l'UMP à Sciences Po et HEC. C’est de cette époque que datent les premières rencontres qui déboucheront sur la présentation, en 2012, d’une motion au congrès de l’UMP. Elle n’obtiendra que 9%. Parmi les parrains se trouvaient notamment Édouard PhilippeBruno Le Maire ou Thierry Solère. L’année précédente, Maël de Calan avait intégré l’entourage d’Alain Juppé par l’intermédiaire de Pierre-Mathieu Duhamel, auprès duquel il participait aux travaux de l’Institut Montaigne, d’obédience libérale", raconte le journal. 

Sans vouloir porter la voix des juppéistes, Maël de Calan entend bien incarner une "droite modérée", "clairement dans l'opposition, sans être pavlovienne". C'est pour cela qu'il n'appelle pas à l'exclusion des Constructifs des Républicains. Les Républicains doivent redevenir "une droite fière de ses idées", avec "une ambition européenne et mondiale pour la France qui nous vient du général de Gaulle", avec "la conviction que c'est la liberté qui permet le développement et que c'est le travail et l'effort qui permettent l'émancipation" et "l'affirmation, enfin, que l'autorité est une valeur essentielle à la vie sociale, et que l'homme a besoin de racines pour s'épanouir", explique le candidat au Point

Maël de Calan souhaite surtout redéfinir les contours d'une "droite crédible, attachée à sa culture de gouvernement, qui ne veut pas se contenter de slogans faciles, mais proposer aux Français des solutions précises et efficaces pour résoudre leurs problèmes. Une droite qui parle un peu moins et qui en fait un peu plus". Il est un "chrétien engagé en politique", un "conservateur prudent sur les questions sociétales, sans en faire l’alpha et l’oméga d’un engagement politique", résume La Croix. Pas question pour lui d'envisager une quelconque alliance avec le Front national. Le défi s'annonce intense et il le reconnaît volontiers au Point : "Il y a du boulot !".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Alain Juppé Portrait
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789972692
Présidence LR : Maël de Calan, le juppéiste qui n'est pas candidat des juppéistes
Présidence LR : Maël de Calan, le juppéiste qui n'est pas candidat des juppéistes
PORTRAIT - Sixième candidat déclaré à la présidence des Républicains, Maël de Calan a intégré le RPR à l'âge de 18 ans et fait partie de la garde rapprochée d'Alain Juppé.
http://www.rtl.fr/actu/politique/presidence-lr-qui-est-mael-de-calan-le-juppeiste-qui-n-est-pas-candidat-des-juppeistes-7789972692
2017-09-06 12:29:00
http://media.rtl.fr/cache/-h0T5DVdI7hvKzH9FrTdZA/330v220-2/online/image/2017/0906/7789984088_mael-de-calan-et-alain-juppe-le-30-mai-2017-a-morlaix.jpg