Guerre d'Algérie : pourquoi la commémoration du 19 mars fait polémique

ÉCLAIRAGE - La droite et les militaires contestent vivement cette date. Certains estiment que participer à cette commémoration, c'est "faire fi des victimes".

>
Guerre d'Algérie : pourquoi la commémoration du 19 mars fait polémique Crédit Image : LOIC VENANCE / POOL / AFP Crédit Média : Benjamin Sportouch / Anne Le Henaff

Cinquante-quatre ans après, la date de la fin de la guerre d'Algérie continue de diviser. Samedi 19 mars, François Hollande sera le premier président français à commémorer le cessez-le-feu du 19 mars 1962. Il prononcera un discours devant le mémorial national de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, situé au Quai Branly. Nicolas Sarkozy a été le premier à réagir. Dans une tribune du Figaro, l'ancien chef de l'État critique vivement François Hollande qui a "choisi délibérément le 19 mars, date du cessez-le-feu qui suivit la signature des accords d'Évian pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie". 

Le patron des Républicains reproche au Président de "placer la France du mauvais côté de l'Histoire". Pour une partie de la droite, il s'agirait d'une manœuvre électoraliste de François Hollande, dont l'objectif est de plaire à sa gauche ainsi qu'à l'électorat d'origine algérienne, à l'approche de 2017.

Que s'est-il passé le 19 mars 1962 ?

Le 18 mars 1962, les accords d'Évian étaient signés. Le lendemain devait être marqué par un cessez-le-feu définitif. Mais ce ne fut pas le cas : au lieu de prononcer la fin de la guerre, cette date du 19 mars représente davantage la fin de l'engagement des autorités françaises dans la défense de leurs ressortissants, et le début d'une tempête virulente dont furent victimes les Français d'Algérie et les harkis. C'est pourquoi la décision prise par François Hollande, de commémorer ce cessez-le-feu, n'est pas accueillie à bras ouverts.

Le 19 mars : "Le déclenchement du massacre"

C'est ce qu'expliquent le général Pierre Saint-Macary et le président de l'Union nationale des combattants (UNC), qui boycotteront l'invitation de l'Élysée. Selon eux, "le 19 mars a été le déclenchement du massacre" ainsi que "le départ forcé" de près d'un million de leurs compatriotes, afin que ces derniers ne soient pas tués. 

"Participer à cette commémoration, c'est faire fi de toutes ces victimes, dénonce le général, soit 535 soldats français". Parmi eux, les harkis qui ont été pourchassés et tués, ne comprennent pas pourquoi le président de la République a décidé de commémorer cette date.

Une date déjà contestée en 2012

Cette date de commémoration n'est pas apparue par hasard. Elle vient d'une loi socialiste de décembre 2012 qui a officiellement institué le 19 mars 1962 comme la journée du souvenir des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie. Dès lors, cette proposition faisait débat. Cette année, François Hollande a décidé de la célébrer pour réconcilier les mémoires. "C'est son devoir de président", a justifié l'Élysée. 

L'an dernier, François Hollande envisageait déjà de commémorer cette date. Il avait finalement abandonné l'idée, à cause des élections départementalesLe chef de l'État est donc conscient du caractère clivant de cette partie de l'Histoire de France.

Un discours délicat pour François Hollande

D'ailleurs, pour tenter d'éviter toute polémique, François Hollande a pris les conseils de son ami historien Benjamin Stora, grand spécialiste de l'Algérie, pour écrire son discours. À travers cet exercice acrobatique, François Hollande sera attendu au tournant. Son discours sera sans aucun doute scruté et passé au peigne fin.

Néanmoins, le président de la République marque l'Histoire. Jusqu'ici, aucun prédécesseur de François Hollande ne s'était risqué à commémorer cette date, y compris François Mitterrand, qui est pourtant une source d'inspiration pour l'actuel président. 

La rédaction vous recommande
par Benjamin SportouchJournaliste RTL
Suivez Benjamin Sportouch sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782430455
Guerre d'Algérie : pourquoi la commémoration du 19 mars fait polémique
Guerre d'Algérie : pourquoi la commémoration du 19 mars fait polémique
ÉCLAIRAGE - La droite et les militaires contestent vivement cette date. Certains estiment que participer à cette commémoration, c'est "faire fi des victimes".
http://www.rtl.fr/actu/politique/guerre-d-algerie-pourquoi-la-commemoration-du-19-mars-fait-polemique-7782430455
2016-03-18 17:14:15
http://media.rtl.fr/cache/YS1SRMTftAFCb_fzimwsTw/330v220-2/online/image/2015/0508/7778279543_hollande.jpg