4 min de lecture François Hollande

François Hollande : ces regrets que le Président n'a pas formulés

ÉCLAIRAGE - Le président de la République n'a formulé qu'un seul regret sur l'ensemble de son mandat : avoir voulu mettre en place la déchéance de nationalité.

François Hollande
François Hollande
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

François Hollande ne sera le président que d'un seul mandat. Le chef de l'État a fini par annoncer qu'il ne se serait pas candidat à sa réélection. Il aura fallu seulement douze jours que le paysage politique français soit transformé et que les certitudes de 2017 s'envolent, avec l'élimination de Nicolas Sarkozy dès le premier tour de la primaire de la droite et du centre, suivie par la défaite d'Alain Juppé au second tour et, donc, le renoncement de François Hollande. 

Au cours d'une allocution télévisée, il a pendant plusieurs minutes fait le bilan de son action à la tête du pays. "J'ai fait avancer les libertés, l'égalité entre les couples a été renforcée. j'ai modernisé notre démocratie avec la réforme territoriale", explique-t-il. Vient ensuite le sujet de l'inversion de la courbe du chômage. "L'engagement que j'avais pris était de faire baisser le chômage. J'ai fait en sorte d'aider les embauches. Les résultats arrivent (...) Je n'ai qu'un seul regret et c'est d'avoir proposé la déchéance de la nationalité. Je pensais qu'elle pouvait nous unir, elle nous a divisé".  

1. L'affaire Leonarda

Si le projet de la réforme constitutionnelle qui avait abouti à la démission de Christiane Taubira du gouvernement a été son seul regret, François Hollande aura traversé d'autres crises tout au long de son mandat. En octobre 2013, il doit faire face à l'affaire Leonarda. Cette collégienne âgée de 15 ans est scolarisée dans le Doubs et sera "contrainte de quitter son car scolaire par les forces de l'ordre. Elle rejoint sa famille, soumise à une obligation de quitter le territoire", rappelle BFMTV. L'affaire enfle, François Hollande essuie donc "une rebuffade publique de la jeune Leonarda qui refuse son offre de 'poursuivre sa scolarité' en France sans sa famille", explique l'AFP. Manuel Valls, à l'époque ministre de l'Intérieur, confiera par la suite avoir hésité à démissionner. "Je n’aurais pas accepté de charger un préfet alors qu’il avait appliqué les lois de la République", confie-t-il alors dans les colonnes de Paris Match

À lire aussi
François Hollande quitte l'Élysée, le 14 mai 2017 François Hollande
François Hollande : "Les journalistes me regretteront"

2. L'affaire Trierweiler

En janvier 2014, les Français découvrent le nom de Julie Gayet. La presse people prête à François Hollande une liaison avec l'actrice. Il annoncera dans un bref communiqué la fin de sa relation avec Valérie Trierweiler : "Je fais savoir que j'ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler". Un texte jugé froid qui s'attirera les foudres d'une partie de l'opinion et de la classe politique. "On peut être frappé par la brutalité avec laquelle Mme Trierweiler a été répudiée", réagit Marine Le Pen. Nathalie Kosciusko-Morizet évoque, elle, "une lettre de licenciement plutôt qu'une lettre de rupture".

Quelques mois plus tard, Valérie Trierweiler publie un livre intitulé Merci pour ce moment. "Un ouvrage aux airs de revanche dans lequel elle égratigne violemment François Hollande, relatant des épisodes inconnus du public comme celui des 'sans-dents' (un terme qu'il aurait, selon elle, utilisé pour qualifier les "pauvres", ndlr), qui se révèlent catastrophiques pour l'image du Président", explique BFMTV.

3. La loi Travail

Les manifestations ont été nombreuses pour militer contre le projet de loi Travail, à travers toute la France. En septembre, le mouvement redouble de force. Pour la journée du 15 septembre, 169 manifestations ont eu lieu dans le pays. "Au total, 15 policiers et gendarmes ont été blessés à Paris et en province, dont deux grièvement, qui ont été hospitalisés (...) Depuis le début des manifestations autour de la loi Travail, 620 policiers et gendarmes ont été blessés", expliquait le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

"Le jour où François Hollande a imposé la loi Travail". C'est ainsi que débute un article de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, auteurs du livre explosif Un président ne devrait pas dire ça... Il précipitera d'ailleurs la chute du président de la République. Le chef de l'État "est parfaitement résolu à défendre sa loi, ce projet qu’il caresse depuis si longtemps, à défaut de l’avoir clairement annoncé : 'Je ne pense pas qu’elle va créer de l’emploi à court terme. Ce qui va créer de l’emploi, c’est toutes les mesures que nous avons décidées précédemment. Mais je pense qu’elle va être un exemple de ce que nous devons faire pour le modèle social français'. Le 49.3 sera encore utilisé à deux autres reprises, avec l’adoption définitive de la loi Travail, à l’Assemblée nationale, le 20 juillet", raconte Le Monde.

4. "Un président ne devrait pas dire ça..."

Plusieurs livres sur François Hollande et son quinquennat ont été publiés, mais celui-ci, écrit par Gérard Davet et Fabrice Lhomme aura un écho tout particulier. Dans Un président ne devrait pas dire ça..., François Hollande se confie sur sa gouvernance. Plusieurs polémiques en émaneront, notamment sur les juges. Le chef de l'État estime qu'il s'agit d'"une institution de lâcheté" et juge que "c'est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux... On n'aime pas la politique". Ces révélations vont donc provoquer de vives réactions de la part des principaux concernés. L'Union syndicale des magistrats s'est dit "consternée par ce double discours", et demande que ces propos "soient infirmés ou retirés".

Autre dossier sensible : François Hollande a indiqué aux journalistes du Monde, avoir "décidé quatre au moins" assassinats ciblés pendant son mandat. La pilule n'est pas passée du côté de Jean-Marc Ayrault, qui expliquait que "la réponse est dans le titre du livre. C'est la seule réponse. Un président ne devrait pas dire ça !"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Gouvernement Leonarda
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786093014
François Hollande : ces regrets que le Président n'a pas formulés
François Hollande : ces regrets que le Président n'a pas formulés
ÉCLAIRAGE - Le président de la République n'a formulé qu'un seul regret sur l'ensemble de son mandat : avoir voulu mettre en place la déchéance de nationalité.
http://www.rtl.fr/actu/politique/francois-hollande-ces-regrets-que-le-president-n-a-pas-formules-7786093014
2016-12-05 10:54:00
http://media.rtl.fr/cache/D2w3HbVnbHZIWHbgi-2pFg/330v220-2/online/image/2016/1201/7786079361_francois-hollande.jpg