3 min de lecture Gouvernement

"Édouard Philippe vit comme un rêve éveillé à Matignon", décrypte Olivier Bost

ÉDITO - Édouard Philippe a soufflé sa première bougie du quinquennat à Matignon mardi 15 mai avec ses amis de La République en Marche et du gouvernement. Il est frappant de voir à quel point le Premier ministre est détendu.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
"Édouard Philippe vit comme un rêve éveillé à Matignon", décrypte Olivier Bost Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Olivier Bost
Olivier Bost
et Loïc Farge

De mémoire de Ve République, on n'a jamais vu un premier ministre aussi serein après un an à Matignon. Combien de ses prédécesseurs étaient-ils, à la même époque, carbonisés, épuisés, contestés ou déjà en bisbille avec leur président ? Édouard Philippe, lui, ne vit pas les choses comme ça.

Nous lui avons demandé, il y a dix jours, si Matignon c'était bien l'enfer tant décrit ? "Non pas du tout, ce n'est pas l'enfer", a-t-il répondu. Et il ne comprends même pas que l'on puisse se plaindre. Il se dit "très heureux".

En fait, Édouard Philippe a presque tout résumé dans une phrase  : "Ce serait plus dur si on ne s'entendait pas avec Emmanuel Macron". Une idylle comme ça à la tête de l'État, je n'en reviens toujours pas.

À lire aussi
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, se rendra à Pessan, dans le Gers économie
Taxe d'habitation : Le Maire veut son maintien pour les résidences secondaires

De toute façon, s'il y a un souci, Édouard Philippe a une arme redoutable : l'humour. Il n'est pas toujours très rigolo quand c'est dans le choix de ses boutons de manchette ou ses blagues sur la météo. Mais il faut reconnaître que ça détend n'importe quel interlocuteur. Et que ce soit grâce à son humour ou à sa nonchalance, Édouard Philippe reste toujours calme.

Ne pas faire de vague

C'est pour ça qu'il aime tant négocier avec des durs à cuire. C'est son côté ancien rocardien. Bon, tous ses interlocuteurs (et j'en ai eu) vous diront qu'il est à l'écoute, respectueux. Mais comme disait Nicolas Sarkozy, avec une faute de français dont il avait le secret : "J'écoute, mais je tiens pas compte". Il y a un peu de ça chez Édouard Philippe, il sait aussi endormir.

Ce n'est pas méchant. Mais vous savez, ne pas faire de vague ça n'a pas que des inconvénients, même en politique. Certains de ses adversaires politiques estiment qu'Édouard Philippe manque de charisme.

C'est vrai que quand vous vous baladez dans les rues de n'importe ville de France avec lui, vous constaterez qu'il ne provoque rien. Il n'entame pas franchement de discussion, et les gens ne trouvent pas grand-chose à lui dire.

Quand les gens râlent, ils parlent d'Emmanuel Macron. Ça aussi c'est pratique, ça permet d'être détendu. Sa notoriété n'est pas énorme. Mais au bout d'un an, au moins, personne ne le déteste franchement.

Toujours pas encarté à REM

Comment expliquer qu'Édouard Philippe soit si bien avec Emmanuel Macron ? Il y a leurs tempéraments qui se complètent bien. L'un ne fait pas d'ombre à l'autre. Ça compte aussi. Et puis Édouard Philippe reste encore, un an plus tard, celui qui a torpillé la droite. Cela reste son fait d'armes, une mission remplie à 100%. Bien plus que les Bruno Le Maire ou Gérald Darmanin.

Lui a pris soin de dire dès la première minute de son arrivée à Matignon qu'il était de droite. Et il le répète depuis autant de fois qu'on lui demande. C'est pour ça qu'il n'est pas chez En Marche. Édouard Philippe garde une liberté qui lui permettra, au gré de la tournure des événements ou de ses soucis de carrière, de se positionner le moment venu.

Aujourd'hui, il n'a objectivement pas besoin d'être dans un parti politique. Les électeurs de droite l'adorent. Ils l'aiment même plus que le Président. Ça lui suffit amplement.

Manque d'ambition ?

Édouard Philippe manquerait-il aussi d'ambition ? En fait, on l'a bien vu mardi 15 mai au soir dans un documentaire à la télé. Il y a un an et quelques semaines, il ne s'attendait pas du tout, mais alors pas du tout, à devenir premier ministre.

Passé de la mairie du Havre et de la bande à Juppé à Matignon, il n'avait même pas osé en rêver. Son entourage jure qu'il ne pense pas à la suite. Non, là il est bien, détendu. Édouard Philippe vit comme un rêve éveillé. Nous n'allons donc pas lui gâcher son premier anniversaire à Matignon. Inutile de le sortir de son rêve.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Édouard Philippe Matignon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793399192
"Édouard Philippe vit comme un rêve éveillé à Matignon", décrypte Olivier Bost
"Édouard Philippe vit comme un rêve éveillé à Matignon", décrypte Olivier Bost
ÉDITO - Édouard Philippe a soufflé sa première bougie du quinquennat à Matignon mardi 15 mai avec ses amis de La République en Marche et du gouvernement. Il est frappant de voir à quel point le Premier ministre est détendu.
http://www.rtl.fr/actu/politique/edouard-philippe-vit-comme-un-reve-eveille-a-matignon-decrypte-olivier-bost-7793399192
2018-05-16 07:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/aNk4GXZz6Kdi1RW_ezdvaQ/330v220-2/online/image/2018/0516/7793399328_le-premier-ministre-edouard-philippe-a-matignon-le-7-mai-2018.jpg