2 min de lecture Société

#Balancetonporc : "Une libération de la parole nécessaire", juge Alba Ventura

ÉDITO - La parole se libère dans le monde entier sur les réseaux sociaux pour dénoncer les agressions sexuelles.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
#Balancetonporc : "Une libération de la parole nécessaire", juge Alba Ventura Crédit Image : AFP / DAMIEN MEYER | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Un appel à dénoncer le harcèlement sexuel au travail est devenu viral sur Twitter le week-end dernier, sous le hashtag #balancetonporc, donnant lieu à de multiples témoignages visant des agresseurs quasi-exclusivement anonymes, dans la foulée du scandale Weinstein aux États-Unis. C'est le bon côté des réseaux sociaux, qui permet de vider son sac. Parce qu'à un moment précis, il y a une vanne qui cède et qui incite des femmes à exprimer l'humiliation qu'elles ont subie.

C'est la première fois que l'on assiste à un phénomène aussi massif, que l'on voit à quel point le harcèlement n'est pas quelque chose d'anecdotique. Quand on voit que chaque femme a une histoire à raconter, on peut se dire qu'il y a un gros problème. Ce qui saute aux yeux, c'est le fait que beaucoup de femmes vivent avec la peur des représailles. Une étude Ifop a établi que neuf femmes sur dix ne portent pas plainte, et 94% des femmes qui ont dénoncé leur patron ou leur supérieur pour des motifs de harcèlement ont perdu leur travail.

À lire aussi
Le quartier d'affaires de La Défense dans un nuage de pollution, vu de la commune de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines).. entreprises
Absentéisme : les Français sont-ils des fainéants ?

Cela montre bien que si la force du groupe permet de libérer la parole, celles qui dénoncent sont aussi les premières à payer. Cela veut dire que c'est au système de prendre en charge. Il n'y a pas seulement celui qui harcèle, il y a aussi tout un corps social qui protège le délinquant.

On ne dénonce pas facilement les personnalités puissantes, ou qui ont un ascendant.
On l'a vu aux États-Unis, où pourtant les normes sont sévères : cela n'a pas empêché Weinstein de sévir pendant des années. On ignore si cette affaire va permettre à la peur de changer de camp. Mais on j'espère qu'elle permettra de se dire qu'il faut, quel que soit le niveau où l'on se trouve, ne pas laisser passer une femme qui vient se plaindre.


Le problème de la délation lui aussi fait débat dans cette affaire. On a bien vu la gêne de Bruno Le Maire qui a expliqué, lundi 16 octobre, dans un premier temps, avec beaucoup d'aplomb, qu'il ne dénoncerait pas un homme politique s'il savait qu'il était un harceleur, parce que, dit-il, "la dénonciation ne fait pas partie de mon identité politique".

Voilà un homme de principes ! Un homme de principes qui, une heure après, s'est dit "Mince ! J'aurais peut-être dû penser à la souffrance des femmes". Ah oui effectivement... C'est comme ça que, dans un superbe salto arrière, Bruno Le Maire s'est fendu d'un message de regret dans une petite vidéo, où il est apparu tout penaud, pétri de contritions en expliquant que le harcèlement c'est vraiment "révoltant, scandaleux, inacceptable".

Vous voyez il y a une forme d'aveuglement. L'idée chez certains que le harcèlement n'est pas du viol, que ce n'est pas si grave. L'idée aussi qu'en France, dans ce pays latin, on ne sait pas très bien ce qui relève de la drague lourdingue et du harcèlement sexuel. Oui mais voilà, Bruno Le Maire, qui n'est pourtant pas connu pour ce type de penchant, devrait savoir que protéger un harceleur, c’est-à-dire un criminel ou un délinquant, c'est s'en rendre complice.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Harcèlement Égalité hommes-femmes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790553091
#Balancetonporc : "Une libération de la parole nécessaire", juge Alba Ventura
#Balancetonporc : "Une libération de la parole nécessaire", juge Alba Ventura
ÉDITO - La parole se libère dans le monde entier sur les réseaux sociaux pour dénoncer les agressions sexuelles.
http://www.rtl.fr/actu/politique/balancetonporc-cette-liberation-de-la-parole-est-necessaire-juge-alba-ventura-7790553091
2017-10-17 08:30:00
http://media.rtl.fr/cache/YM63etk_cOSoi2zPKaMd6w/330v220-2/online/image/2015/0916/7779743735_twitter-avait-recemment-annonce-la-fin-de-la-limite-de-140-caracteres-pour-sa-messagerie-privee-illustration.jpg