Turquie : qui sont les Faucons de la liberté du Kurdistan qui revendiquent l'attentat d'Ankara ?

ÉCLAIRAGE - L'attentat qui a frappé Ankara dimanche 13 mars a été revendiqué par les Faucons de la liberté du Kurdistan, qui ont déjà endossé la responsabilité de l'explosion meurtrière survenue dans la capitale turque le 17 février.

Une voiture brûle à Ankara après une explosion meurtrière dimanche 13 mars 2016
Crédit : AFP
Une voiture brûle à Ankara après une explosion meurtrière dimanche 13 mars 2016

Jour après jour, la Turquie glisse dangereusement vers la guerre civile. Moins d'une semaine après l'attentat-suicide qui a ensanglanté le centre d'Ankara, faisant 37 morts et plus de 120 blessés, les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK) ont revendiqué l'opération jeudi 17 mars. "Le 13 mars au soir, une attaque suicide a été menée à 18h45 dans les rues de la capitale de la République turque fasciste. Nous revendiquons cette attaque", écrivent les TAK dans une déclaration publiée sur leur site internet. Le groupe kurde radical confirme que l'attaque a été menée par une jeune femme de 24 ans originaire de la région de Marmara, Seher Cagla Demir, et affirme qu'elle vient venger les civils kurdes tués dans le sud-est du pays où les combats font rage depuis l'été dernier entre la rébellion kurde et les forces de sécurité turques. 

Dimanche 13 mars, un véhicule piégé à bord duquel se trouvaient deux personnes s'est jeté sur un bus municipal qui stationnait le long du parc Güven, à deux pas de la place Kizilay, l'une des plus fréquentées d'Ankara et le carrefour de plusieurs lignes de bus et d'une station de métro de la métropole. La puissance de la déflagration a soufflé les fenêtres aux alentours et tué au moins 23 personnes sur le coup. Le mode opératoire faisait planer le spectre d'une action menée par les TAK. Les Faucons de la liberté du Kurdistan avaient déjà revendiqué l'attentat du 17 février, lorsqu'une voiture bourrée d'explosifs conduite par un kamikaze s'était encastrée sur un convoi de bus transportant des personnels militaires, à quelques mètres de la place Kizilay, déjà.

Une relation ambiguë avec le PKK

En frappant à deux reprises en moins d'un mois le coeur névralgique et ultra sécurisé de la capitale turque, qui abrite les bâtiments ministériels, le Parlement et l'état-major des armées, les Faucons de la liberté du Kurdistan signent un retour spectaculaire dans l'actualité anatolienne, alors qu'ils s'étaient montrés discrets depuis le début des pourparlers de paix entre le gouvernement et le Parti des travailleurs du Kurdistan fin 2012. Fondés entre 2003 et 2004, lors de la crise de gouvernance du PKK, les TAK sont classés sur la liste des organisations terroristes par les États-Unis, l'Union européenne et la Turquie. 

Même s'ils reconnaissent le même leader, Abdullah Öcalan, emprisonné depuis 1999, les TAK cultivent leur différence avec le PKK, qui nie tout lien. Ce qui n'empêche pas Ankara de les considérer comme sa couverture radicale, qui resurgit régulièrement au plus fort de la crise avec la rébellion kurde pour endosser la responsabilité d'actions spectaculaires visant des civils, quand le PKK se limite à la guérilla et aux symboles de l'État turc.

Le tourisme, cible privilégiée

Les faucons de la liberté ciblent particulièrement l'industrie touristique, secteur clé de l'économie turque. Ils se sont fait connaître au milieu des années 2000 à travers une vague d'attentats dans les cités balnéaires de l'ouest du pays, rappelle Le Monde. À l'été 2005, ils ont tué cinq personnes et fait une quarantaine de blessés dans deux attaques à Cesme et Kusadasi. L'année suivante, ils ont fait trois morts et vingt blessés dans une série d'attentats à Marmarin, Mersin et Antalya. En 2010, ils ont fait exploser un bus militaire dans la banlieue d'Istanbul, tuant quatre personnes.

En décembre dernier, ils ont revendiqué l'attaque au mortier de l'aéroport Sabiha Gökçen d'Istanbul, qui tua un homme et endommagea cinq avions. Après l'attentat d'Ankara mi-février, les TAK ont promis d'autres actions à venir. "Le tourisme est une cible majeure que nous voulons détruire. Nous conseillons aux touristes étrangers et aux Turcs de ne pas aller dans les zones touristiques en Turquie. Nous ne serons pas responsables de ceux qui mourront dans les attaques qui viseront ces sites", écrivaient-ils alors.

Durcissement de la rébellion kurde

En état d'alerte maximale depuis l'attentat attribué à l'État islamique qui a visé un rassemblement pour la paix à Ankara le 10 octobre 2015, faisant 103 morts, l'attaque la plus meurtrière de son histoire, la Turquie voit le conflit kurde s'exporter à l'ouest du pays. Relancée l'été dernier après deux années de trêve et l'échec de négociations de paix, la guerre entre le PKK et les forces de sécurité du pays a repris de plus belle au sud-est et ajouté des dizaines de morts dans les deux camps, dont de nombreux civils et policiers, aux 40.000 victimes du conflit depuis 1984.

Le lendemain de l'attentat d'Ankara, l'aviation turque a pilonné en représailles les bases arrières du PKK dans la région de Qandil, au nord de l'Irak. Dans le même temps, les forces turques ont imposé un régime de couvre-feu dans plusieurs villes du sud-est quelques jours après avoir écrasé la rébellion kurde à Sur, Cizre et Silopi, poussant des milliers de civils à l'exode. Dans un entretien au Times britannique accordé avant l'attentat d'Ankara, le chef du PKK Cemil Bayik a confirmé l'escalade de la rébellion. "Il y aura des combats partout, a-t-il promis. Notre peuple a soif de vengeance".

La rédaction vous recommande
BenjaminHuepro
par Journaliste RTL
Suivez Benjamin Hue sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782413157
Turquie : qui sont les Faucons de la liberté du Kurdistan qui revendiquent l'attentat d'Ankara ?
Turquie : qui sont les Faucons de la liberté du Kurdistan qui revendiquent l'attentat d'Ankara ?
ÉCLAIRAGE - L'attentat qui a frappé Ankara dimanche 13 mars a été revendiqué par les Faucons de la liberté du Kurdistan, qui ont déjà endossé la responsabilité de l'explosion meurtrière survenue dans la capitale turque le 17 février.
http://www.rtl.fr/actu/international/turquie-qui-sont-les-faucons-de-la-liberte-du-kurdistan-qui-revendiquent-l-attentat-d-ankara-7782413157
2016-03-17 18:58:00
http://media.rtl.fr/cache/KSZOENeUAl25HXvBvocy1w/330v220-2/online/image/2016/0317/7782420929_une-voiture-brule-a-ankara-apres-une-explosion-meurtriere-dimanche-13-mars-2016.jpg