Syrie : regain de tension après des frappes turques visant des forces kurdes

Le Premier ministre turc a confirmé que des opérations ont été menées près de la ville d'Azaz contre des forces "terroristes". Ce sont des groupes kurdes déployés sur la zone qui étaient visés.

Ahmet Davutoglu, le Premier ministre turc, le 28 août 2015
Crédit : STR / AFP
Ahmet Davutoglu, le Premier ministre turc, le 28 août 2015

Alors que les négociations se poursuivent pour tenter d'avancer diplomatiquement sur le règlement du dossier syrien, la situation se complique sur le terrain. Si Washington et Moscou ont trouvé un début d'accord cette semaine à Munich en promettant un cessez-le-feu entre le régime et les forces rebelles, les dissensions entre les membres de la coalition sont de nouveau mises en lumière ce samedi 13 février. 

La Turquie avait annoncé plus tôt dans la journée qu'elle envisageait de lancer une opération militaire contre le Parti de l'union démocratique (PYD), branche politique des Unités de protection du peuple kurde (YPG) qui combattent les positions du groupe État islamique en Syrie. Ankara estime que ces deux organisations appartiennent au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu'elle considère comme un groupe terroriste.

Il n'aura pas fallu attendre bien longtemps avant une mise en œuvre de ces menaces puisqu'Ahmet Davutoglu, le Premier ministre turc, a confirmé que des opérations avaient été menées dans le nord de la Syrie dans l'après-midi. "Conformément aux règles d'engagement, nous avons répondu à des forces à Azaz et aux environs qui constituaient une menace", a-t-il déclaré. Sans faire référence aux forces kurdes, il a qualifié ces forces de "groupe terroriste qui est une émanation du régime syrien, collaborationniste et complice des frappes russes contre des civils".

Un peu plus tôt, les forces de l'YPG, installées dans cette zone d'Azaz avaient indiqué qu'elles avaient été la cible de tirs d'artillerie à l'aéroport de Minnigh situé sur la route de la ville d'Alep. Un site qui a été repris le 10 février par les forces kurdes et qu'elles comptent utiliser pour procéder à des bombardements aériens de l'état islamique. 

Une opposition Turquie / États-Unis

La Turquie voit d'un mauvais œil ces progressions de l'YPG sur le terrain syrien. Elle refuse que les organisations kurdes bénéficient d'une zone d'influence importante à sa frontière. Le président Recep Tayyip Erdogan avait d'ailleurs dénoncé mercredi dernier le soutien militaire des États-Unis à ses ennemis de Syrie.

Washington a exhorté la Turquie à cesser de frapper les Kurdes et le régime syrien ce samedi soir. "Nous avons pressé les Kurdes syriens et d'autres forces affiliées au PYD à ne pas profiter de la confusion en s'emparant de nouveaux territoires. Nous avons aussi vu des informations concernant des tirs d'artillerie depuis le côté turc de la frontière et avons exhorté la Turquie à cesser ces tirs", a protesté le porte-parole du département d'État, John Kirby. Ces nouveaux événements pourraient bien faire capoter les avancées négociées cette semaine à Munich.

La rédaction vous recommande
par Nicolas Ledain
Suivez Nicolas Ledain sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781876515
Syrie : regain de tension après des frappes turques visant des forces kurdes
Syrie : regain de tension après des frappes turques visant des forces kurdes
Le Premier ministre turc a confirmé que des opérations ont été menées près de la ville d'Azaz contre des forces "terroristes". Ce sont des groupes kurdes déployés sur la zone qui étaient visés.
http://www.rtl.fr/actu/international/syrie-regain-de-tension-apres-des-frappes-turques-visant-des-forces-kurdes-7781876515
2016-02-13 23:29:47
http://media.rtl.fr/cache/Z0tPQMwZiq25ZirfjNYffg/330v220-2/online/image/2015/0828/7779537980_ahmet-davutoglu-le-premier-ministre-turc-le-28-aout-2015.jpg