4 min de lecture Histoire

Retour à Guernica, 80 ans après

La petite bourgade espagnole avait été ravagée par des bombardements allemands et italiens. Ouest France revient sur place 80 ans plus tard.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Retour à Guernica, 80 ans après Crédit Image : RAFA RIVAS / AFP | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

La presse ce matin nous rafraîchit la mémoire. Retour d'abord 80 ans en arrière en une de la Dépêche du Midi. Il y a 80 ans exactement, le 26 avril 1937, l'enfer de Guernica. La petite bourgade basque est rasée par les bombes incendiaires des avions  allemands et italiens. On est en pleine guerre d'Espagne, Hitler et Mussolini soutiennent militairement la rébellion du général Franco. C'est la première fois que la population civile est directement et intentionnellement visée dans un conflit.

Ouest France est retourné à Guernica. Reportage à lire sur le site du journal. "Quand on déambule dans les rues de Guernica, on a du mal à imaginer que la ville fut l’un des premiers symboles de la barbarie nazie, et l’un des événements précurseurs de la Seconde Guerre mondiale". Un buste vient nous le rappeler, érigé sur une petite place du centre-ville, c'est le buste d’un journaliste anglais, George Steer. Arrivé deux jours après le bombardement, le correspondant de guerre du Times fut le premier reporter à décrire l’apocalypse de Guernica. Ses photos, un peintre les verra en lisant le journal à Paris, c'est Picasso qui décidera de réaliser l'une de ses plus grandes toiles, qui rendra la ville de Guernica célèbre dans le monde entier. Le tableau est aujourd'hui exposé à Madrid. La ville de Guernica, elle, sera aujourd'hui le temps d'une journée la capitale mondiale de la paix. Les cloches de son église sonneront à midi.

Le danger du FN

Ne pas avoir la mémoire courte non plus de ce côté-ci des Pyrénées. "Marine Le Pen, comme si de rien n'était", titre ce matin le journal Le Parisien-Aujourd'hui en France, qui se demande en une si elle est une candidate normale ? La dédiabolisation semble fonctionner, 15 ans après son père, Marine Le Pen s'est qualifiée pour le second tour sans que cela suscite le même rejet. "Jean-Marie Le Pen, il faisait peur", explique un des manifestants anti-Le Pen de 2002 dans les colonnes du journal. "C'est triste, dit un autre, mais on a l'impression qu'on s'est habitué au FN." "Le FN, écrit Jean-Marie Montali dans son édito, est un parti pas comme les autres dans une élection qui nous met aussi face à ce que nous sommes : c'est-à-dire les héritiers d'une France courageuse, ouverte et généreuse. Et devant ce que nous pourrions être, le contraire..."

À lire aussi
Le carnaval de Mardi-Gras à La Nouvelle-Orléans, en 2010 États-Unis
Mardi Gras : La Nouvelle-Orléans, la plus française des villes US, a 300 ans


L'Humanité dit aussi son  inquiétude à propos du score du Front national sous la plume de Sébastien Crépel : "À mesure que le danger avance, la conscience de celui-ci recule : c'est cela, la banalisation". "Fini la dramatisation de 2002", note également le journal L'Opinion qui raconte que même au FN on s'étonne qu'il n'y ait pas de manifestations monstres comme il y a 15 ans.  Et le journal de citer pour ceux qui auraient la mémoire courte, Jacques Brel : "On n'oublie rien".

Macron et les Inconnus

On n'oublie rien, on s'habitue c'est tout... Charlie Hebdo n'oublie rien et Riss dans son édito rappelle ce matin qu'en 1995 le journal satirique avait appelé à la dissolution du FN. À l'époque, un des rares politiques à avoir soutenu cet appel s'appelait Jean-Luc Mélenchon. Mémoire courte ? Bon mot en une du Canard Enchaîné ce matin : le problème de Mélenchon, "très brillant à l'oral, recalé à l'aigri". Le Canard Enchaîné qui lui aussi nous rafraîchit la mémoire et nous rappelle les mots de Jacques Chirac en 2002. "Il n'y a plus de raisons de s'emmerder", disait-il à son entourage aux lendemains, chantants pour lui, du 21 avril. Sous-entendu, plus de raison de s'emmerder à faire campagne. "Quinze ans plus tard, écrit le CanardEmmanuel Macron aurait tord de se dire la même chose. Il a bien fait d'aller boire un verre à La Rotonde car les raisons de s'emmerder risquent fort de ne pas manquer", conclut le palmipède.

Dans Libération, Laurent Joffrin affiche, lui, un soutien critique à Macron. "À l'électeur qui ne voit pas en lui le président de ses rêves, il faut répéter qu'il s'agit d'abord d'éviter un cauchemar", insiste le directeur de Libé, qui titre en une : "Hé Manu, tu redescends ?" Un titre qui ne dira sans doute rien à ceux qui sont nés après 1990 ou qui ont la mémoire courte et ont oublié ce sketch des Inconnus. "Hé Manu, tu redescends ?", se demande Libération. Ce n'est pas la une de certains hebdomadaires qui va l'aider. Celle de Paris Match, Emmanuel et Brigitte Macron dans les bras l'un de l'autre au QG dimanche soir, "le pari réussi". La couverture des Inrocks aussi, la tête de Marine Le Pen et ce titre : "le 7 mai elle dégage, et après on fait quoi ?"
 
Mais la palme revient à L'Express, Emmanuel Macron les bras en l'air, "il a gagné", titre le magazine en gros, "son pari" écrit en plus petit en dessous. Alors comme rien n'est jamais gagné d'avance, Le Parisien-Aujourd'hui en France nous donne ce matin une autre leçon : "avoir la niaque ça s'apprend !" "Le mot revient à la mode, nous dit le journal. La niaque, c'est un état d'esprit qui permet de surmonter des difficultés et de mieux s'épanouir. Une petite action chaque jour, une petite réussite que l'on savoure et que l'on fait partager à son conjoint ou ses enfants". Avoir la niaque, attention ça vient de l'occitan gnac, couper avec les dents.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Histoire Seconde Guerre mondiale Espagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788293491
Retour à Guernica, 80 ans après
Retour à Guernica, 80 ans après
La petite bourgade espagnole avait été ravagée par des bombardements allemands et italiens. Ouest France revient sur place 80 ans plus tard.
http://www.rtl.fr/actu/international/retour-a-guernica-80-ans-apres-7788293491
2017-04-26 11:10:00
http://media.rtl.fr/cache/Ii9ysm5mr77OSCPDOm2DUg/330v220-2/online/image/2017/0426/7788295424_une-ceremonie-en-hommage-aux-victimes-du-bombardement-a-guernica.jpg