4 min de lecture Présidentielle américaine 2016

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : l'avortement, les bombes nucléaires... Donald Trump multiplie les provocations

AU CŒUR DE LA CAMPAGNE - Le milliardaire contre l'IVG, pour l'utilisation des bombes nucléaires en Europe ou encore John Kasich qui blessent les new-yorkais, tout est dans le Top 5.

Donald Trump lors d'un meeting, le 30 mars 2016
Donald Trump lors d'un meeting, le 30 mars 2016 Crédit : Nam Y. Huh/AP/SIPA
Philippe Corbé
Philippe Corbé
Journaliste RTL

Donald Trump ne sait pas toujours de quoi il parle. L’avortement en est l'exemple parfait. Il a été légalisé par une décision de la Cour Suprême en 1973, mais le sujet est toujours inflammable. Dans le passé, le milliardaire était "pro-choice" (pour le droit à l’IVG). Il est aujourd’hui "pro-life" (contre le droit à l’IVG). Lors de l’enregistrement d’une émission sur MSNBC, le journaliste lui a demandé d’aller au bout de sa pensée, en cas d’interdiction de l'IVG : si l’avortement était un crime, comme il le souhaite, faudrait-il une punition pour ceux qui enfreindraient la loi ? Faudrait-il des sanctions ?


Après une seconde d’hésitation, Donald Trump semble réfléchir pour la première fois au sujet, et répond : "Il doit y avoir une punition". "Pour les femmes ?", interroge Chris Matthews. Le milliardaire approuve, tout en rajoutant qu’il ne sait pas exactement quelles sanctions.

Une position, extrême, au-delà même des demandes de beaucoup de groupes anti-avortement. Elle est condamnée par les républicains, notamment les deux derniers candidats, Ted Cruz et John Kasich. Ce dernier est sur la ligne classique des républicains, contre l’avortement, mais favorable à des exceptions comme le viol.

À lire aussi
Donald Trump le 6 janvier 2018 États-Unis
Ingérence russe : Donald Trump se dit prêt à être interrogé "sous serment"

Comme le prédit John Kasich dans la vidéo, Donald Trump a ensuite expliqué "qu’il n’avait pas vraiment dit ce qu’il avait dit", en précisant dans un communiqué qu’il pensait en fait à des sanctions contre les médecins, et en revenant à la position "contre l’avortement, mais avec exceptions". 

Ben Carson, le candidat ultra conservateur qui a désormais rallié la candidature du milliardaire, offre son explication : Donald Trump ne s’attendait pas à la question (comprenez qu’il a improvisé sa position sans y avoir pensé). Tandis que la Une du journal new-yorkais le Daily News titre ce jeudi matin, "Womb raider", un jeu de mots avec "Tomb Raider", ce que l'on pourrait traduire par "pilleur de ventre, d’utérus".  

Donald Trump n'exclut pas l'utilisation de la bombe nucléaire en Europe

L’énormité des propos de Donald Trump sur l’avortement a presque éclipsé une autre déclaration sans aucun sens, que le géant de l'immobilier a offert lors de la même émission sur MSNBC. Après avoir répété ses critiques contre l’OTAN (il estime que l’organisation coûte trop chère aux États-Unis et ne sert à rien, qu’elle est "obsolète"), il n’a pas voulu exclure l’utilisation de bombes nucléaires en Europe. Le milliardaire ne souhaite pas "retirer cette carte" de son jeu. 

Joe Biden préfère les anges à Donald Trump

Interrogé par Billboard sur la campagne (il a longtemps envisagé de présenter sa candidature), le vice-président Joe Biden est sorti de sa réserve pour dire ce qu’il ressent, en observant le feuilleton "Trump" : "It just makes me sad" ("ça me rend simplement triste"), déplore-t-il. 
Selon lui, il serait plus "sage" de ne pas vouloir réveiller "la partie la plus sombre de la nature humaine". 

"Abraham Lincoln avait raison", ajoute Joe Biden, il faut réveiller, "nos meilleurs anges". "C’est ce que sont les Américains et c’est ce qu’ils veulent", conclut-il. Il y a deux mois, lors d’une visite au Mexique, le vice-président s’était senti obligé de s’excuser, au nom des Américains, pour les propos anti-mexicains du milliardaire

Susan Sarandon : Donald Trump plutôt qu'Hillary Clinton ?

L’actrice américaine, célèbre notamment pour le film Thelma & Louise, très engagée à gauche, fait campagne pour la "révolution démocratique" de Bernie Sanders. Elle se bat pour le candidat avec une telle foi, qu’elle ne sait pas si elle pourra voter Hillary Clinton, si elle décroche la nomination du parti démocrate. 

Interrogée sur MSNBC, après avoir expliqué tout le mal qu’elle pense de l'ancienne Première Dame, elle a avoué qu’elle ne "savait pas" ce qu’elle ferait, "je verrais ce qui se passe", ajoute-t-elle. Le journaliste peine à masquer sa surprise : "Really ?" ("vraiment ?"). Susan Sarandon confirme et ajoute : "Il y a des gens qui pensent que Donald Trump amènera immédiatement la révolution s’il est élu, les choses vont vraiment exploser", déclare-t-elle. 

Débat fondamental : pizza avec ou sans couverts ?

À trois semaines de la primaire déterminante de l’État de New York, le candidat républicain John Kasich se voit rattrapé par une polémique essentielle. Ce dernier a été surpris en train de manger une part de pizza avec un couteau et une fourchette, ce qui est contraire aux habitudes new-yorkaises, où l'on mange des pizzas à la main, en pliant en deux les parts si besoin. Faute majeure quand on veut recueillir les voix des new-yorkais !

John Kasich s’en rend compte, repose ses couverts et mange le reste à la main. Lorsqu’un jeune reporter le lui fait remarquer, il lui répond, sur un ton sec, qu’il mangeait déjà de la pizza avant même que le journaliste soit né. Le sujet semble anecdotique, mais il a donné lieu à une question lors d’une interview avec le chef du service politique de NBC News. John Kasich, originaire de l’Ohio, a répondu étrangement qu’il n’y avait pas de couverts là où il a grandi

La rédaction vous recommande






Lire la suite
Présidentielle américaine 2016 Donald Trump États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782626010
Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : l'avortement, les bombes nucléaires... Donald Trump multiplie les provocations
Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : l'avortement, les bombes nucléaires... Donald Trump multiplie les provocations
AU CŒUR DE LA CAMPAGNE - Le milliardaire contre l'IVG, pour l'utilisation des bombes nucléaires en Europe ou encore John Kasich qui blessent les new-yorkais, tout est dans le Top 5.
http://www.rtl.fr/actu/international/presidentielle-americaine-2017-le-top-5-l-avortement-les-bombes-nucleaires-donald-trump-multiplie-les-provocations-7782626010
2016-03-31 18:00:00
http://media.rtl.fr/cache/ZqU-Kx82GgqJxooPvC5odg/330v220-2/online/image/2016/0331/7782626882_donald-trump-lors-d-un-meeting-le-30-mars-2016.jpg