Présidentielle américaine 2016 : le directeur de campagne de Donald Trump inculpé pour coups et blessures

Corey Lewandowski, a été inculpé mardi 29 mars pour avoir agrippé une journaliste qui tentait de poser une question au candidat conservateur.

Donald Trump au côté de son directeur de campagne Corey Lewandowski le 15 mars à Palm Beach.
Crédit : Gerald Herbert/AP/SIPA
Donald Trump au côté de son directeur de campagne Corey Lewandowski le 15 mars à Palm Beach.

Le directeur de campagne de Donald Trump, Corey Lewandowski, a été inculpé mardi 29 mars pour avoir agrippé une journaliste qui tentait de poser une question au candidat, des faits qu'il avait vigoureusement démentis mais semblent confirmés par une nouvelle vidéo de surveillance. La police de Jupiter, en Floride, a annoncé avoir arrêté, inculpé et immédiatement remis en liberté Corey Lewandowski, convoqué au tribunal le 4 mai prochain.

L'entourage du favori des primaires présidentielles républicaines conteste l'emploi du mot "arrestation", ce qui pourrait s'expliquer par le fait qu'il s'est présenté de lui-même au commissariat selon le Palm Beach Post. Mais il a confirmé l'inculpation, tout en clamant l'innocence du plus proche conseiller du milliardaire américain.Le chef d'inculpation correspond à un délit mineur : une "voie de fait" ou atteinte à l'intégrité physique d'une personne. Corey Lewandowski est accusé d'avoir "intentionnellement touché Michelle Fields (...) contre le gré de Michelle Fields", la journaliste.

Donald Trump veut calmer le jeu

"Monsieur Lewandowski a reçu une assignation à comparaître et on lui a donné une date au tribunal. Il n'a pas été arrêté. Corey Lewandowski est absolument innocent de ce chef. Il plaidera non coupable et a hâte de se défendre au tribunal. Il est absolument sûr d'être exonéré", a indiqué l'équipe de Donald Trump dans un communiqué officiel. "Ouah, Corey Lewandowski, mon directeur de campagne, un homme très respectable, vient d'être inculpé pour agression d'une journaliste. Regardez les vidéos-il n'y a rien!" a aussi écrit sur Twitter Donald Trump.

Il a ensuite accusé la journaliste de l'avoir agrippé lui-même. "Puis-je porter plainte?" a-t-il écrit.
L'altercation remonte au 8 mars, à l'issue d'une conférence de presse de Donald Trump à Jupiter, dans son club de golf. Michelle Fields, alors journaliste pour le site conservateur Breitbart, suivait Donald Trump pour lui poser une question. Le candidat se dirigeait vers l'arrière de la salle quand elle dit avoir été violemment tirée par l'avant-bras par Corey Lewandowski, une scène dont fut témoin un journaliste du Washington Post.

Une campagne émaillée de violence

Michelle Fields, qui a depuis démissionné de Breitbart car le site ne soutenait pas sa version des faits, avait photographié et publié sur Twitter des bleus sur son avant-bras gauche comme preuve, mais Corey Lewandowski avait nié la moindre altercation. Les vidéos partielles et l'enregistrement audio de l'incident n'avaient jusqu'à aujourd'hui pas permis de confirmer avec certitude les accusations. "Vous êtes totalement délirante. Je ne vous ai jamais touchée. En fait, je ne vous ai même jamais rencontrée", avait écrit Corey Lewandowski sur Twitter le 11 mars, le jour où la journaliste avait porté plainte.

Donald Trump avait également défendu son directeur de campagne. "Elle a peut-être tout inventé", avait-il déclaré sur CNN deux jours après. Mais une vidéo de surveillance rendue publique par la police mardi 29 mars semble confirmer la version de la journaliste. On y voit Corey Lewandowski tendre le bras et agripper Michelle Fields, qui se retrouve à quelques mètres derrière Donald Trump. Le 19 mars, Corey Lewandowski avait aussi été filmé en train de tirer un jeune manifestant en arrière par le col, sans apparemment le blesser, lors d'un meeting à Tucson, dans l'Arizona. "Je dois lui reconnaître qu'il est plein d'entrain", avait alors justifié Donald Trump.

Le candidat républicain met de l'huile sur le feu

Ces incidents s'ajoutent à de nombreux heurts et violences dans les réunions publiques de Donald Trump, qui refuse systématiquement de les condamner et rejette la faute sur des "agitateurs professionnels". Donald Trump traîne aussi une réputation de coups bas et de sexisme. La semaine dernière, il a ainsi directement menacé l'épouse de Ted Cruz, Heidi, dont il a retweeté une photo grimaçante à côté de sa femme Melania, ancien mannequin.

Le refus de Donald Trump d'appeler au calme parmi ses partisans lui avait attiré les foudres non seulement des démocrates mais aussi de ses rivaux républicains, le sénateur Ted Cruz et le gouverneur John Kasich.
"C'est la conséquence de la culture de la campagne de Trump", a réagi Ted Cruz le 29 mars auprès de journalistes, dénonçant une campagne "fondée sur les insultes et les attaques personnelles, et désormais la violence physique".

La rédaction vous recommande
par Geoffroy Lang
Suivez Geoffroy Lang sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782599343
Présidentielle américaine 2016 : le directeur de campagne de Donald Trump inculpé pour coups et blessures
Présidentielle américaine 2016 : le directeur de campagne de Donald Trump inculpé pour coups et blessures
Corey Lewandowski, a été inculpé mardi 29 mars pour avoir agrippé une journaliste qui tentait de poser une question au candidat conservateur.
http://www.rtl.fr/actu/international/presidentielle-americaine-2016-le-directeur-de-campagne-de-donald-trump-agresse-un-journaliste-7782599343
2016-03-29 22:37:00
http://media.rtl.fr/cache/5avtSQs06E8Jv5UTzQLhIA/330v220-2/online/image/2016/0329/7782599351_donald-trump-au-cote-de-son-directeur-de-campagne-corey-lewandowski-le-15-mars-a-palm-beach.jpg