3 min de lecture Iran

Iran : deux morts dans le plus important mouvement de contestation depuis 2009

Face aux difficultés économiques du pays, des protestations ont éclaté dans plusieurs villes de province avant de prendre de l'ampleur.

Une manifestante le 30 décembre 2017 près de l'université de Téhéran, en Iran.
Une manifestante le 30 décembre 2017 près de l'université de Téhéran, en Iran. Crédit : STR / AFP
103787476925100813301
Félix Roudaut
et AFP

Des milliers d'Iraniens ont battu le pavé dans la nuit de samedi à dimanche 31 décembre pour protester contre le pouvoir en place. Une contestation populaire qui s'est terminée dans le sang, puisque deux personnes ont été tuées dans la ville de Doroud (ouest) et des dizaines d'autres arrêtées. Les autorités ont averti dimanche que les protestataires allaient "payer le prix".

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont montré des milliers de personnes défilant dans les villes à travers l'Iran dans la nuit. Il est cependant difficile de vérifier l'authenticité de ces images en raison du quasi black-out total des médias officiels. Il s'agit des plus importantes manifestations depuis le mouvement de contestation contre la réélection de l'ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad en 2009, qui avait été violemment réprimé.

Nous agirons contre ceux qui provoquent la peur et la terreur

Abdolreza Rahmani Fazli, ministre de l'Intérieur
Partager la citation

"Ceux qui détruisent les biens publics, créent du désordre et agissent dans l'illégalité doivent répondre de leurs actes et payer le prix. Nous agirons contre les violences et ceux qui provoquent la peur et la terreur", a tempêté le ministre de l'Intérieur, Abdolreza Rahmani Fazli, à la télévision d'État. Le vice-gouverneur de la province de Lorestan a quant à lui accusé des "groupes hostiles et les services de renseignements étrangers d'être derrière les troubles" de Doroud, assurant que les forces de sécurité n'avaient pas tiré sur personne. Selon un canal Telegram des Gardiens de la révolution, armée d'élite du régime, "des gens armés se sont infiltrés parmi les protestataires et tiré à l'aveuglette sur les citoyens et contre la préfecture". 

À lire aussi
Un avion de la compagnie aérienne Aseman, en 2008 (illustration) Iran
Iran : 66 personnes meurent dans un crash d'avion

Face aux difficultés économiques du pays, isolé et soumis pendant des années à des sanctions internationales pour ses activités nucléaires sensibles, des protestations ont éclaté jeudi 28 décembre dans plusieurs villes de province avant de prendre de l'ampleur. Des protestations ont de nouveau eu lieu vendredi et samedi. C'est la première fois qu'autant de villes sont touchées par un tel mouvement depuis 2009. L'internet sur les réseaux de téléphonie mobile qui a été coupé samedi soir a été rétabli dans la nuit. Selon l'agence Ilna, proche des réformateurs, "80 personnes ont été arrêtées à Arak (centre) alors que trois ou quatre personnes ont été blessées" dans les violences dans la ville samedi soir.

Des individus ont tenté d'attaquer des bâtiments publics

Général Esmail Kossari
Partager la citation

"Des individus ont tenté d'attaquer des bâtiments publics mais n'ont pas réussi (...) la situation dans la ville est sous contrôle", a déclaré un responsable local cité par Ilna.
Pour sa part, le général Esmail Kossari, adjoint de la base Sarollah des Gardiens de la révolution, chargée de la sécurité de la capitale, a accusé les manifestants d'être des "séditieux" qui ne protestent pas contre les difficultés économiques mais sont "la suite du mouvement de sédition de 2009".

Le président américain Donald Trump a réitéré samedi ses avertissements en direction du pouvoir iranien, déclarant que "les régimes oppresseurs ne peuvent perdurer à jamais". Le ministère des Affaires étrangères à Téhéran avait déjà rejeté une précédente prise de position de M. Trump en affirmant que le peuple iranien n'accordait "aucune valeur (...) aux déclarations opportunistes" de Washington. Les autorités iraniennes affirment que la majorité des informations sur les réseaux sociaux viennent de l'Arabie saoudite, rivale régionale de l'Iran, ou des groupes d'opposition basés en Europe.

Silence de Rohani

Le président iranien Hassan Rohani qui a été réélu triomphalement en mai dernier avec la promesse d'une amélioration économique et plus de liberté sociales et culturelles, n'a pas encore réagi à ces protestations. À Téhéran, plusieurs centaines de manifestants ont tenu tête samedi soir aux forces de l'ordre dans le quartier de l'université. Selon des photos publiées par les médias iraniens, des poubelles ont été incendiées et la mairie du second arrondissement de la ville a été attaquée.

Finalement, les manifestants ont été dispersés par la police. "Dans ces événements, des dégâts mineurs ont été causés contre les installations et les moyens de la mairie. Certains détruisent les biens du peuple par des actions aveugles", a déclaré le maire de Téhéran, Mohammad-Ali Najafi, cité par l'agence Isna.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Iran Manifestations Morts
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791640925
Iran : deux morts dans le plus important mouvement de contestation depuis 2009
Iran : deux morts dans le plus important mouvement de contestation depuis 2009
Face aux difficultés économiques du pays, des protestations ont éclaté dans plusieurs villes de province avant de prendre de l'ampleur.
http://www.rtl.fr/actu/international/iran-deux-morts-dans-le-plus-important-mouvement-de-contestation-depuis-2009-7791640925
2017-12-31 09:26:02
http://media.rtl.fr/cache/nhcVfUWBXqkq54-qPYmviQ/330v220-2/online/image/2017/1231/7791641167_une-manifestante-le-30-decembre-2017-pres-de-l-universite-de-teheran-en-iran.jpg