1 min de lecture Santé

Afrique du Sud : des médecins réussissent une seconde transplantation de pénis

Cette opération devrait permettre au patient transplanté de retrouver un organe pleinement fonctionnel à terme.

Une opération chirurgicale (image d'illustration)
Une opération chirurgicale (image d'illustration) Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
109117333772423871640
Geoffroy Lang

Trois ans après un premier essai réussi, la même équipe médicale sud-africaine vient de réitérer son exploit : transplanter un pénis. Ces praticiens venus du Tygerberg Academic Hospital et de l'Université Stellenbosch en Afrique du Sud avaient fait sensation en annonçant le succès d’une transplantation effectué le 11 décembre 2014. Comme le premier patient greffé, le second patient à bénéficier de cette transplantation avait perdu son pénis en raison de complications après une circoncision.

"Il va remarquablement bien. Il n'y a aucun signe de rejet et toutes les structures reconnectées semblent bien guérir", a expliqué le professeur André van der Merwe, un des membres de l’équipe pionnière sud-africaine cité par BFM-TV, "on s'attend à ce qu'il retrouve ses fonctions urinaires et reproductives dans les six mois suivant la transplantation". Peu de temps après la première opération, l’heureux élu avait même annoncé qu’il attendait un enfant avec sa compagne en 2015.

Une véritable prouesse chirugicale

La transplantation du pénis constitue encore une prouesse chirurgicale. Pour cette dernière opération, le pénis du donneur a été minutieusement disséqué pour préserver les vaisseaux sanguins, les nerfs ou encore les muscles de l’organe du donneur. Grâce à la microchirurgie, l’organe peut ainsi être parfaitement greffé aux tissus du receveur. La circulation sanguine et l’excrétion sont alors rétablies, mais aussi la transmission nerveuse. "La présentation diversifiée des vaisseaux sanguins et des nerfs rend l'opération très difficile et signifie que chaque cas est unique", précise le docteur Alexander Zühlke, spécialiste en chirurgie plastique, sur BFM-TV.

À lire aussi
Jean-Alphonse Richard santé
Pour des canalisations vétustes, une famille se fait rembourser ses bouteilles d'eau

Une pigmentation micro-cutanée peut également être pratiquée, comme dans le cas présent, pour réduire la différence couleur de peau entre le donneur et le receveur. Pour éviter tout risque de rejet, le patient transplanté doit également prendre un traitement immunosuppresseur, afin que l’organe greffé ne soit pas perçu comme un corps étranger. Le patient suit également un accompagnement psychologique. Une première greffe de pénis avait déjà été pratiquée en Chine en 2006. Malgré la réussite chirurgicale de l'opération, l'organe avait dû être retiré en raison de "problèmes psychologiques du patient".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Greffe Afrique du Sud
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788755848
Afrique du Sud : des médecins réussissent une seconde transplantation de pénis
Afrique du Sud : des médecins réussissent une seconde transplantation de pénis
Cette opération devrait permettre au patient transplanté de retrouver un organe pleinement fonctionnel à terme.
http://www.rtl.fr/actu/international/afrique-du-sud-des-medecins-reussissent-une-seconde-transplantation-de-penis-7788755848
2017-05-29 18:05:50
http://media.rtl.fr/cache/vp_RH-ufH_tprmKjiCpsiQ/330v220-2/online/image/2015/1017/7780136336_une-operation-chirurgicale-image-d-illustration.jpg