Salon de l'Agriculture 2016 : "Un incident regrettable", déplore Xavier Beulin (FNSEA) après la visite de François Hollande

INVITÉ RTL - Le président de la FNSEA ne cautionne pas les incidents autour de la venue de François Hollande au Salon de l'Agriculture mais demande à ce que que l'on comprenne l'origine de la colère.

>
Tension au Salon de l'Agriculture 2016 : "Un incident regrettable", explique Xavier Beulin (FNSEA) Crédit Image : THOMAS SAMSON / AFP Crédit Média : RTL

Après la visite mouvementée de François Hollande en ouverture du 53e Salon de l'Agriculture, ce samedi 27 février, Xavier Beulin, le président de la FNSEA a réagi à l'"incident" en direct depuis le studio de RTL au Salon de l'Agriculture. Des agriculteurs de son syndicat ont insulté le président, réclamant sa démission, avant détruire le stand en du ministère de l'Agriculture. 

"N'exagérons pas le propos, le stand du ministère de l'Agriculture c'était un stand en carton", rappelle le représentant syndical. "Certains de mes collègues de l'Île-de-France avaient prévus de le déménager. Ce qu'il s'est passé, c'est qu'il y avait beaucoup de policiers en civil, qui n'ont peut-être pas eu, non plus, le tact pour avoir d'abord une discussion avant d'intervenir, et voilà, les choses s'enchaînent. C'est un incident regrettable mais c'est un incident point à la ligne."

Pour autant, Xavier Beulin ne félicite pas ses camarades pour leur action : "Il y a eu dans le hall 1, un certain nombre de noms d'oiseaux qui ont volé et je les regrette parce qu'on doit respecter la fonction présidentielle".

"Un an après les choses se sont empirées"

Malgré cet épisode regrettable, l'exploitant agricole apprécie la venue du président de la République à ce Salon où se sont regroupés des professionnels en grande difficulté. "Il est venu, il a assumé, il savait à quoi il s'attendait parce qu'il y a beaucoup de colère, il y a beaucoup de désespérance", rappelle-t-il. "Il y a surtout une nécessité d'apporter des solutions concrètes et aujourd'hui les solutions, elles tardent à venir, notamment sur le plan européen.

Pour Xavier Beulin, la France doit s'imposer et faire pression sur les instances de l'Union. "Il n'est pas normal que le plus grand pays d'Europe sur le plan agricole n'ait pas voix au chapitre pour forcer la main de la commission et obtenir quelques mesures d'aménagement par rapport à une crise qui est profonde" et qui dure. Comme il le rappelle, "il y a un an, au même endroit, à ce Salon de l'Agriculture, nous avions déjà prévenu : on était déjà en crise sur les productions animales. Un an après les choses se sont empirées, donc il faut aussi comprendre la colère qui se manifeste."

"Les agriculteurs sont les victimes indirectes de négociations commerciales"

Le représentant du monde agricole s'interroge ainsi sur la réaction du gouvernement face à l'embargo russe "dont on sait que les conséquences sont ravageuses pour les paysans". Il se demande pourquoi aucune compensation n'a encore été proposée au monde agricole. Malheureusement, Xavier Beulin constate que ce problème n'est qu'un exemple parmi d'autres : "Il y a trop d'années maintenant - et ce n'est pas forcément à l'adresse seule du gouvernement - mais c'est un fait que les agriculteurs sont les victimes indirectes de négociations commerciales, de prix toujours plus bas, d'une espèce de guerre entre enseignes de distribution qui font qu'aujourd'hui, on ne peut plus rémunérer, le producteur de lait, de viande, de porc... Tout cela ne passe plus parce que les revenus sont devenus négatifs."

Le président François Hollande semble avoir compris ce message et a mis la pression sur les grandes surfaces, lors de son passage au Salon de l'Agriculture. Il a expliqué qu'il fallait revoir la loi de modernisation de l'économie de 2008 qui ne protège pas assez les éleveurs. Une mesure bien sûr appréciée par Xavier Beulin, mais qui ne peut pas tout régler. Le syndicaliste réclame une chose simple : "Est-ce qu'on peut enfin dans ce pays se parler un peu tranquillement entre tous les maillons de la chaîne alimentaire ?" 

Les agriculteurs n'ont plus l'impression d'être entendus, que ce soit sur les efforts de traçabilité et de qualité des produits ou sur l'importance de regagner en compétitivité. La baisse des charges annoncée la semaine dernière est une première étape dans cette direction, mais il reste du travail. "Mieux d'Europe d'un côté, un peu moins de charges côté Français, et puis cette capacité quand même à redonner de la valeur à nos produits... C'est autour de ces trois éléments qu'on doit maintenant tous travailler", conclut Xavier Beulin.

La rédaction vous recommande
par Philippe RobuchonJournaliste RTL
Suivez Philippe Robuchon sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782096472
Salon de l'Agriculture 2016 : "Un incident regrettable", déplore Xavier Beulin (FNSEA) après la visite de François Hollande
Salon de l'Agriculture 2016 : "Un incident regrettable", déplore Xavier Beulin (FNSEA) après la visite de François Hollande
INVITÉ RTL - Le président de la FNSEA ne cautionne pas les incidents autour de la venue de François Hollande au Salon de l'Agriculture mais demande à ce que que l'on comprenne l'origine de la colère.
http://www.rtl.fr/actu/economie/salon-de-l-agriculture-2016-un-incident-regrettable-explique-xavier-beulin-fnsea-apres-la-visite-de-francois-hollande-7782096472
2016-02-27 21:43:38
http://media.rtl.fr/cache/XlKxSi51hDJZlZBjP6zNXg/330v220-2/online/image/2015/0723/7779186321_beulin.jpg