OL : les raisons du pire début de saison depuis 34 ans

DÉCRYPTAGE - Battu par la Juventus Turin mardi 18 octobre en Ligue des champions, l'OL a perdu 7 de ses 13 premiers matches de la saison.

Alexandre Lacazette avant de tirer - et de manquer - son penalty face à la Juventus Turin, mardi 18 octobre 2016
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Alexandre Lacazette avant de tirer - et de manquer - son penalty face à la Juventus Turin, mardi 18 octobre 2016

Deux mois seulement après le début de la saison, Jean-Michel Aulas a certainement raison de clamer qu'il n'y a "pas de péril en la demeure". En Ligue 1 comme en Ligue des champions, rien n'est mathématiquement acté. Les chiffres du début de saison lyonnais sont toutefois inquiétants. Un retour en 8e de finale de la plus prestigieuse compétition européenne cinq après est déjà sérieusement compromis.

Battus au Parc OL par la Juventus Turin (0-1) mardi 18 octobre, trois semaines après une défaite sur le même score à Séville, les hommes de Bruno Génésio compte quatre points de retard sur les Italiens et les Espagnols après trois journées. S'ils s'inclinent de nouveau dans le Piémont le mercredi 2 novembre et que la logique est respecté entre les Andalous et le Dinamo Zagreb, la messe sera dite et l'OL ne pourra plus viser que l'Europa League.

Plus largement, Lyon n'a remporté que deux de ses neufs derniers matches de Ligue des champions (un nul, six défaites) et perdu cinq des huit derniers joués à domicile. C'est autant que lors des 41 précédentes rencontres à Gerland. Qu'il semble loin le temps où l'OL étrillait le Real Madrid en phase de poules (3-0, 2005) ou le sortait en 8e de finale avant d'atteindre le dernier carré (2010).

Cascade de blessures

Sur la scène nationale, le début de saison est également loin des attentes nées d'une fin d'exercice 2015-2016 en boulet de canon (9e à la trêve, 2e au bout du compte). En neuf journées Lyon s'est imposé quatre fois, contre Nancy, Caen, Montpellier et Saint-Étienne. Le voilà pointé à 10 points du leader Niçois. Ajoutez une claque reçue par le PSG lors du trophée des champions début août (4-1) et vous obtenez le pire départ de l'histoire du club depuis la saison 1982-1983.

L'origine des difficultés lyonnaises tient en premier lieu à la cascade de blessures qui s'est abattue sur le groupe de Bruno Génésio. Christophe Jallet est encore à l'infirmerie. Clément Grenier et Maxwell Cornet en sortent tout juste. Rafael vient de reprendre la compétition. Surtout, la doublette offensive Alexandre Lacazette-Nabil Fekir n'a pu être alignée que lors des trois premières journées, avant d'être recomposée face à la Juve.

Changement tactique, Lacazette maudit

En leur absence, et sans renfort de renom en attaque cet été, Génésio a délaissé son schéma en 4-4-2 pour installer un 3-5-2 payant contre Zagreb, Montpellier et les Verts mais globalement inefficace, notamment quand Rafael s'est blessé. Le retour du Brésilien mardi 18 octobre a d'ailleurs été remarqué, l'ancien joueur de Manchester United multipliant les centres sur son côté droit.

Face à la Juve, Lyon a aussi manqué de réussite, à l'image de ce penalty de Lacazette repoussé par un grand Gianluigi Buffon. Le meilleur buteur du championnat de France 2014-2015 devant Zlatan Ibrahimovic semble maudit dans l'exercice en Coupe d'Europe. L'an passé, il avait déjà buté sur le gardien de La Gantoise alors qu'il avait la balle de match à la 89e minute (1-1 au final). En 2012, il avait aussi manqué sa tentative dans la séance de tirs au but en 8es de finale à Nicosie (élimination de l'OL).

Tensions Lacombe-Houllier, flop Valbuena

Difficile d'en évaluer l'impact sur les performances des joueurs. Mais les récentes tensions en coulisses entre les deux conseillers du président Aulas, Bernard Lacombe et Gérard Houllier, n'ont assurément pas envoyé un message de sérénité. Autre cas épineux : la gestion de Mathieu Valbuena, qui n'entre quasiment plus dans les plans de Génésio, au point même d'être écarté du groupe lors du déplacement à Nice.

Aulas reste positif

L'inverse aurait été étonnant, Jean-Michel Aulas est donc monté au créneau pour tenter d'éteindre l'incendie après le revers contre la Juve. "Il n'y a pas de crise. Les joueurs et Bruno Genesio font du bon travail", a assuré l'homme fort de l'OL depuis 1987. "Je suis prêt à parier très gros que si vous êtes présent au prochain match (à domicile face à Guingamp samedi 22 octobre, ndlr), vous verrez qu'il va y avoir une réaction. À un moment donné, on va avoir un peu de réussite".

"JMA" pousse même son attitude positive jusqu'à envisager la suite de l'aventure en Ligue des champions, et donc la réalisation de son rêve de premier 8e de finale au Parc OL. "On va ramener un point de Turin puis on va gagner nos deux derniers matches pour nous qualifier", envisage-t-il sérieusement. Pour l'instant, pas grand monde n'y croît.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785352407
OL : les raisons du pire début de saison depuis 34 ans
OL : les raisons du pire début de saison depuis 34 ans
DÉCRYPTAGE - Battu par la Juventus Turin mardi 18 octobre en Ligue des champions, l'OL a perdu 7 de ses 13 premiers matches de la saison.
http://www.rtl.fr/sport/football/olympique-lyonnais-les-raisons-du-pire-debut-de-saison-depuis-34-ans-7785352407
2016-10-19 13:29:00
http://media.rtl.fr/cache/b-rEwQPrv8bzad3F2V7L4w/330v220-2/online/image/2016/1019/7785352478_alexandre-lacazette-avant-de-tirer-et-de-manquer-son-penalty-face-a-la-juventus-turin-mardi-18-octobre-2016.jpg