2 min de lecture Intimité

Endométriose : peut-on définitivement en guérir comme Lena Dunham ?

ÉCLAIRAGE - Lena Dunham, actrice et créatrice de la série "Girls", en a-t-elle vraiment fini avec cette maladie, qui touche une femme sur 10 ?

L'actrice de "Girls", Lena Dunham
L'actrice de "Girls", Lena Dunham Crédit : THOS ROBINSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
ArièleBonte
Arièle Bonte

Lena Dunham en a-t-elle fini avec l'endométriose ? C'est en tout cas ce que l'actrice et créatrice de Girls semble avoir confié dans un texte publié récemment dans Lenny, sa newsletter féministe. Les médias américains comme français ont vite fait de reprendre la (bonne) nouvelle, surtout lorsque l'on sait que cette maladie, qui touche environ une femme sur dix en France, provoque d'importantes douleurs à la fois physiques comme psychologiques.

Mais attention, avant de s'emballer, Lena Dunham précise que sa "guérison" ne s'est pas faite en un claquement de doigts et, surtout... qu'elle n'est pas éternelle. L'actrice américaine explique en effet qu'il aura fallu pas moins de 4 opérations au cours de l'année passée, une pratique régulière du yoga, une thérapie, un régime holistique et le suivi de traitements hormonaux pour venir à bout de ses lésions, écrit-elle dans Lenny. Mais ces dernières peuvent revenir, ajoute-t-elle. 

Des traitements temporaires

Car, comme nous le confirme par téléphone le docteur Isabelle Uzan, radiologue et spécialiste de l'imagerie de la femme, "les traitement existants sont temporaires". À savoir les opérations qui "enlèvent les lésions inflammatoires, produites par l'endométriose" et "les traitements hormonaux, qui vont bloquer le cycle menstruel de la femme".

À lire aussi
Soulager les syndromes pré-menstruels, tout un art Règles
Syndrome prémenstruel : comment soulager les symptômes

La spécialiste ajoute que les recherches sur l'endométriose sont encore trop récentes. "Pour l'instant, on peut stopper son évolutivité mais on ne sait pas traiter la cause", affirme le docteur Uzan.


Comment soulager les douleurs ?

À l'image de Lena Dunham, qui a conjugué opérations chirurgicales et pilule contraceptive avec du yoga, et un régime alimentaire stricte, "de plus en plus de femmes se tournent vers un tas de techniques alternatives comme la sophrologie, l'acupuncture, l'alimentation", explique à Girls Nathalie Clary, présidente de l'association ENDOmind France.

L'objectif : "Diminuer les symptômes - notamment ceux causés par les traitements hormonaux qui peuvent être plus importants que la maladie et elle-même - et mieux gérer les douleurs", précise Nathalie Clary. Seul hic : "ces techniques alternatives ont un coût et sont peu remboursées par les mutuelles".

Selon la présidente de l'association, les choses évoluent cependant dans le bon sens puisque "de plus en plus de chirurgiens se tournent vers les médecines alternatives et travaillent en partenariat avec des centres de la douleur". L'important étant, selon Isabelle Uzan de parler de l'endométriose et de ne plus banaliser les symptômes, premiers signes d'alerte pour diagnostiquer cette maladie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Intimité Règles Santé
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787963719
Endométriose : peut-on définitivement en guérir comme Lena Dunham ?
Endométriose : peut-on définitivement en guérir comme Lena Dunham ?
ÉCLAIRAGE - Lena Dunham, actrice et créatrice de la série "Girls", en a-t-elle vraiment fini avec cette maladie, qui touche une femme sur 10 ?
http://www.rtl.fr/girls/intime/endometriose-peut-on-definitivement-en-guerir-comme-lena-dunham-7787963719
2017-04-06 12:40:42
http://media.rtl.fr/cache/h9hqQdg4aHFWqaC63SbWSg/330v220-2/online/image/2015/0413/7777359644_l-actrice-de-girls-lena-dunham.jpg