3 min de lecture Santé

Consultations complexes : "Une grande inquiétude" pour les féministes

INTERVIEWS - Dès le 1er novembre, le prix des consultations pour prescription de la pilule contraceptive s'élèvera à 46 euros pour les jeunes femmes de 15 à 18 ans.

Un médecin lors d'une consultation (illustration)
Un médecin lors d'une consultation (illustration) Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Choquant" et "inquiétant". Le 12 septembre dernier, les associations féministes ont été prises de court par la publication au Journal Officiel d'une loi instaurant un nouveau type de consultations médicales : les consultations "à fort enjeu de santé publique", dites "consultations complexes"

À partir du 1er novembre, les jeunes femmes âgées de 15 à 18 ans souhaitant se voir prescrire une pilule contraceptive ou se renseigner sur les maladies sexuellement transmissibles (MST) devront s'acquitter de 46 euros, contre 23 actuellement.

À lire aussi
Stérilets Mirena contraception
Le stérilet réduirait le risque de cancer du col de l'utérus d'un tiers

"C'est un coup dur", déplore Fatima Benomar, jointe par Girls. Co-fondatrice de l'association féministe Effronté-e-s, elle dénonce une "discrimination vis-à-vis des femmes". Un point de vue partagé par Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole de l'association Osez le Féminisme! jointe également par Girls. "C'est contraire à tout ce que l'on réclame : une médecine universelle sans discrimination !" s'indigne-t-elle. 

À l'origine de cette "surprise" : la convention signée discrètement entre l'assurance maladie et les médecins libéraux au printemps 2016. "Nous n'avons pas eu vent de ces consultations complexes avant, c’est d’autant plus révélateur d’une certaine stratégie", ironise Raphaëlle Rémy-Leleu. 

"Une violence économique et médicale"

"Tout cela prouve qu'on a une médecine véritablement masculine avec deux dynamiques : une individualisation des soins et une précarisation des femmes", dénonce la porte-parole d'Osez le féminisme!. Selon elle, l'inscription des consultations de contraception et prévention des MST dans le cadre des consultations complexes crée une "forme d'inégalité". 

Les jeunes hommes sont eux totalement exemptés de ces consultations complexes, y compris en ce qui concerne la prévention des MST. "Le tarif des consultations de prévention sera plus élevé pour les jeunes filles... et pour les garçons qui veulent aussi se renseigner ?" interroge Raphaëlle Rémy-Leleu. "Il y a une inégalités face à l’accès aux soins, c’est une violence à la fois économique et médicale", résume-t-elle. 

Un "handicap" pour les plus jeunes

Avec l'augmentation du prix de la consultation pour une prescription de pilule contraceptive, les jeunes femmes se heurtent à un obstacle financier. "L'Assurance maladie essaie de rassurer en disant que les consultations seront remboursées à 100% mais toutes les femmes ne peuvent pas avancer 46 euros", explique Raphaëlle Rémy-Leleu. 

"La carte vitale est donnée automatiquement à 16 ans, donc à 15 c'est difficile de se faire rembourser", ajoute Fatima Benomar de l'association féministe "Effronté-e-s". "Plus que la stigmatisation sociale, c’est quelque chose qui va handicaper les jeunes femmes", résume-t-elle. L'anonymat des patientes sera également moins protégé puisque jusqu'à 18 ans, les enfants sont rattachés à la sécurité sociale de leurs parents.

"C’est déjà difficile pour une fille de quinze ans qui essaie de cacher sa vie sexuelle à sa famille de se rendre chez le médecin, et encore plus si c’est une famille qui n’est pas très progressiste", regrette Fatima Benomar.

Information et sensibilisation

Les plannings familiaux proposent des consultations anonymes et gratuites, rappellent les associations. "Mais ils sont davantage présents dans les grandes villes", soupire la co-fondatrice d'Effronté-e-s. Un obstacle de plus pour certaines jeunes femmes.

"On espère que le gouvernement organisera une campagne de sensibilisation pour insister sur le fait que les consultations seront entièrement remboursées", signifie Fatima Benomar. "Pour le moment nous sommes dans une grande inquiétude". Les "Effronté-e-s" ont d'ores-et-déjà prévu des réunions avec le planning familial pour décider de la stratégie à adopter : miser sur l'information ou "faire des contre-propositions".

Le gouvernement ne s'est pas encore exprimé sur le sujet et le problème est difficile à régler pour les associations. Faut-il interpeller le ministère ? L'assurance maladie ? Les médecins ? "On ne sait pas quel bout tirer", déplore Raphaëlle Rémy Leleu. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Pilule Contraception
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790194322
Consultations complexes : "Une grande inquiétude" pour les féministes
Consultations complexes : "Une grande inquiétude" pour les féministes
INTERVIEWS - Dès le 1er novembre, le prix des consultations pour prescription de la pilule contraceptive s'élèvera à 46 euros pour les jeunes femmes de 15 à 18 ans.
http://www.rtl.fr/girls/identites/consultations-complexes-une-grande-inquietude-associations-feministes-7790194322
2017-09-26 15:54:00
http://media.rtl.fr/cache/Blz2Na4m9ef_TLDj1uBUpw/330v220-2/online/image/2015/0914/7779714860_loi-sante-comment-fonctionne-le-tiers-payant-generalise.jpg