Le fabuleux destin de "Mustang", en course pour les César et les Oscars

Nommé aux César et aux Oscars, le récit de la rébellion de cinq sœurs indociles contre le joug du patriarcat dans la Turquie rurale poursuit une incroyable trajectoire qui le conduit ce week-end aux cérémonies phares du septième art.

>
MUSTANG Bande Annonce (Cannes 2015) Crédit Image : Ad Vitam Distribution

Bien malin qui peut dire aujourd'hui où s'arrêtera la marche triomphale de Mustang. Salué par la critique, porté par le bouche-à-oreille et récompensé par les professionnels, le premier long-métrage de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven s'avance désormais avec assurance vers les César et les Oscars, où il représentera la France

Révélation du Festival de Cannes, où il était présenté dans la sélection "Un certain regard", Mustang met en scène les désirs de Lale, Sonay, Selma, Ece et Nur, cinq sœurs hyper solidaires dans un village reculé de Turquie au quotidien régi par les traditions archaïques. 

Prisonnières de la maison familiale, ces adolescentes insoumises et éprises de liberté multiplient les bravades, entre escapades nocturnes, fugue pour assister à un match de foot et flirts interdits, pour oublier leur condition de filles turques et échapper au plafond de verre de leur avenir désolant. Au gré des brimades et des mariages forcés, le groupe subit une inévitable dislocation mais les filles ne perdent jamais leur vitalité.  

De Marylin Monroe aux rives de la mer Noire

Cette odyssée fougueuse et sensuelle pour l'émancipation du patriarcat est retracée avec humour et sensibilité par Deniz Gamze Ergüven. Née à Ankara il y a 37 ans, la cinéaste a grandi entre la France et la Turquie. Sortie de la Femis en 2006, la jeune femme convoque sa double culture, l'énergie et la beauté turque, les valeurs universelles françaises, pour questionner le traitement corseté des filles et des femmes dans la Turquie traditionnelle. 

L'idée du film lui est venue en 2010. Après plusieurs rencontres avec des femmes vivants dans des sociétés conservatrices et la lecture de la riche bibliographie consacrée à Marylin Monroe, Deniz Gamze Ergüven tient le coeur de Mustang. C'est "ce filtre à travers lequel on regarde les femmes en Turquie, qui sexualise chacune de leurs actions, chaque parcelle de leur peau et qui permet de dessiner des lignes extrêmement rigides autour de leur vie", formule-t-elle dans L'Obs.

Deux ans plus tard, le scénario est rédigé. Aurora Film signe le film avec un coproducteur allemand et la réalisatrice arpente la côte turque jusqu'à trouver en Inebolu, un village reculé sur les bords de la mer Noire, en face de la Crimée, à 500 kilomètres d'Istanbul, le théâtre parfait pour mettre en pratique le récit des aventures de ses cinq héroïnes. Deux ans s'écoulent avant le début du tournage à l'été 2014. 

Entre temps, Deniz Gamze Ergüvan participe au soulèvement populaire de Gezi, suit le casting des actrices depuis Paris, la Turquie et Los Angeles, s'installe à Istanbul, tombe enceinte et perd sa productrice. Charles Gillibert (EdenLaurence AnywaysParanoid Park) récupère le bébé et boucle le budget de 1,2 millions d'euros. Le film voit finalement le jour en même temps que le premier enfant de la réalisatrice en février 2015. 

Aux César et aux Oscars pour un sans-faute ?

La suite est un conte de fée. Charles Gillibert fait monter la sauce autour du film dans les médias. Mustang est présenté à Cannes où il fait l'unanimité. Sorti dans la foulée de la quinzaine, il surfe sur le bouche-à-oreille et bénéficie d'un joli succès critique et public. Après trois semaines d'exploitation, il compte déjà plus de 200.000 entrées. Il en cumule aujourd'hui plus de 550.000 à travers la France et est projeté dans de nombreux pays, des États-Unis à la Turquie, où il fait l'objet d'un débat enflammé "qui donne raison au film", estime Deniz Gamze Ergüven dans L'Obs.

Couronné au festival du film de Sarajevo, prix du meilleur film européen et du meilleur réalisateur aux Goyas espagnols au début du mois, plébiscité par la presse internationale lors de la 21e édition des Prix Lumières décernés quelques jours plus tard, Mustang peut poursuivre son sans-faute aux César, dès vendredi, où il s'avance en favori, fort de neuf nominations, face à Dheepan, de Jacques Audiard, Fatima, de Philippe Faucon, La loi du marché, de Stéphane Brizé, Marguerite, de Xavier Giannoli, Mon roi, de Maïwenn, La tête haute, d'Emmanuelle Bercot et Trois souvenirs de ma jeunesse, d'Arnaud Desplechin. 

48 heures plus tard, le film en langue turque sera le porte-drapeau de la France à Hollywood, où il briguera l'Oscar du meilleur film étranger face au Fils de Saul, de László Nemes (Hongrie), Theeb, de Naji Abu Nowar (Jordanie), War, de Tobias Lindholm (Danemark) et Embrace of the serpent, de Ciro Guerra (Colombie).

Mustang (1h40), de Deniz Gamze Ergüven, avec Elit Iscan, Tugba Sunguroglu, Erol Afsin, Ilayda Akdogan, Gunes Sensoy, Doga Doguslu.

La rédaction vous recommande
BenjaminHuepro
par Journaliste RTL
Suivez Benjamin Hue sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782023722
Le fabuleux destin de "Mustang", en course pour les César et les Oscars
Le fabuleux destin de "Mustang", en course pour les César et les Oscars
Nommé aux César et aux Oscars, le récit de la rébellion de cinq sœurs indociles contre le joug du patriarcat dans la Turquie rurale poursuit une incroyable trajectoire qui le conduit ce week-end aux cérémonies phares du septième art.
http://www.rtl.fr/culture/cine-series-jeux-video/le-fabuleux-destin-de-mustang-en-course-pour-les-cesar-et-les-oscars-7782023722
2016-02-26 14:30:00
http://media.rtl.fr/cache/FEK9UHOzOO4hJGzcd5R59g/330v220-2/online/image/2015/1218/7780915383_mustang-photo-2-750x421.jpg