2 min de lecture Littérature

Philippe Besson : "Je crois qu'on est le lieu d'où on vient"

REPLAY - L'écrivain nous emmène en Charentes, dans le village de son enfance et la ville où il a passé son adolescence.

Bernard Lehut Chemins d'écrivains Bernard Lehut
>
Télécharger Chemins d'écrivains du 13 août 2017 Crédit Image : PIERRE VERDY / AFP | Crédit Média : Bernard Lehut | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut Journaliste RTL

En janvier dernier, Philippe Besson publiait Arrête avec tes mensonges, un bouleversant roman autobiographique dans lequel il raconte ses années de lycée à Barbezieux, près d'Angoulême, et la découverte de l'amour avec un garçon, Thomas. Pour Philippe Besson, son chemin d'écrivain relève donc de l'évidence, c'est la ville de ce premier amour mais avant cela, il y a le territoire de l'enfance. 

Philippe Besson a grandi à Lamérac, devenu aujourd'hui Montmérac. Fils d'un père instituteur, il a passé son enfance au-dessus de son école, où il suivait les leçons de son père. "Ce n'était pas très simple, confie l'écrivain. Mon père était un homme d'autorité. Quand nous arrivions dans la salle de classe avec mon frère, on devait le vouvoyer et l'appeler monsieur. C'était quelqu'un de très exigeant, il voulait le meilleur pour ses fils et nous obligeait à l'excellence, aux bonnes notes".

À lire aussi
Bernard Poirette littérature
C'est à lire : "Les Fantômes du Denali" de Simon McCartney

Devant l'église de ce village, Philippe Besson se souvient du temps où il regrettait de ne pas aller au catéchisme comme les autres enfants : "On y est allé en cachette et on a trouvé cela génial. Le curé nous a ramenés chez nous triomphant et mon père a été assez malin pour nous laisser y aller". 

La ville des premiers émois

Philippe Besson a ensuite quitté Montmérac pour "la grande ville" à côté, Barbezieux. Il a passé son adolescence entre le lycée Élie Vinet et le café à côté, où il a rencontré le héros de son roman autobiographique, Thomas : "Je le voyais jouer au flipper au fond de la salle et c'est là que j'ai ressenti sa sensualité pour la première fois", explique-t-il. 

Parallèlement à ses premiers amours et à la découverte de sa sexualité, Philippe Besson découvre ses premiers amours littéraires dans son lycée. Premièrement grâce à sa professeure de lettres, qui lui a donné le goût de l'écriture et qui fut la première à lui dire qu'il avait du talent et grâce à la bibliothèque de son établissement. 

L'écrivain a un rapport très fort avec les lieux de son enfance et de son adolescence. "Souvent, quand on écrit sur son enfance ou son adolescence, on répudie ses origines, mais j'ai voulu dire que c'était un temps béni. On le sait d'autant plus quand le temps est passé et quand on a vieilli". 

Des lieux qui ont imprégné sa personne et ses écrits : "Je crois qu'on est le lieu d'où on vient. Cela nous forge, nous fabrique et ne nous quitte jamais. Ce sont des lieux qu'on est content de quitter et qu'on est content de retrouver.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Chemins d'écrivains Livres
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789686909
Philippe Besson : "Je crois qu'on est le lieu d'où on vient"
Philippe Besson : "Je crois qu'on est le lieu d'où on vient"
REPLAY - L'écrivain nous emmène en Charentes, dans le village de son enfance et la ville où il a passé son adolescence.
http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/philippe-besson-je-crois-qu-on-est-le-lieu-d-ou-on-vient-7789686909
2017-08-13 13:30:00
http://media.rtl.fr/cache/KfsXSOy8P8TuimF-rffqXA/330v220-2/online/image/2017/0811/7789689837_philippe-besson-nous-emmene-sur-son-chemin-d-ecrivain-en-charentes.jpg