2 min de lecture Enfance

"T'es une moins que rien" : quel est l'impact des violences verbales sur les enfants ?

Deux associations ont lancé la première campagne nationale dédiée aux violences verbales en France.

Photo d'illustration
Photo d'illustration Crédit : I Stock
Amélie James
Amélie James

"Qu'est-ce que j'ai fait pour avoir un fils comme toi", "t'es une moins-que-rien", "si j'avais su, j'aurais pas fait d'enfants". Prononcées sous le coup de la colère, des parents peuvent considérer ces phrases comme étant anodines et sans intérêt. Pourtant, ces humiliations verbales s'inscrivent bel et bien dans ce que l'on appelle "les violences éducatives ordinaires". 

Quelques mots pourtant lancés à la volée par des parents, qui induisent de graves répercussions sur le développement de l'enfant. C'est précisément ce que dénoncent deux associations, l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO) et Stop VEO, à travers une campagne de sensibilisation sur l'impact des violences verbales prononcées par les parents dans l'éducation de leur enfant, en France. 

À lire aussi
La famille la plus nombreuse du Royaume-Uni accueille son vingtième enfant le chiffre du jour
Royaume-Uni : la famille la plus nombreuse accueille son vingtième enfant

Par le biais d'une vidéo diffusée sur Internet et à la télévision, ces deux associations espèrent sensibiliser les citoyens à ce fléau. Il s'agit de la première campagne nationale dédiée aux violences verbales sur l'Hexagone. "Le but n'est pas de culpabiliser, mais de réfléchir sur nos pratiques éducatives", précise Gilles Lazimi, coordinateur des campagnes contre les "violences éducatives ordinaires". 

Asséner à un enfant qu'il est stupide est aussi néfaste que de le frapper

Christiane Olivier, psychanalyste
Partager la citation

Ces quelques secondes de film suffisent à comprendre la gravité de ces violences, que certains qualifieront pourtant d'invisibles. "Asséner à un enfant qu'il est stupide est tout aussi néfaste que de le frapper. La violence verbale des parents envers leurs enfants est fréquente, et d'autant plus nocive qu'elle émane directement de l'inconscient du père ou de la mère. Et l'enfant lui, la reçoit cinq sur cinq", affirme Christiane Olivier, psychanalyste

Exposés à de tels jugements, les enfants développent un sentiment d'insécurité pouvant aller jusqu'à une réelle détresse psychologique. 

>
"les mots qui font mal" film de sensibilisation sur les violences verbales envers les enfants

Dans son communiqué, l'OVEO révèle que 85% des parents avouent punir leurs enfants par le biais de pratiques utilisées, tolérées voire recommandées dans une société pour permettre une bonne éducation. 

Pour l'heure, aucune statistique ne permet de chiffrer la fréquence des violences verbales en France. Dans les prochaines années, une enquête menée par l'État devrait permettre de constater "la pratique, les typologies et l’évolution des violences faite aux enfants", selon les informations communiquées par l'OVEO. Grâce à cette étude, une politique de protection de l'enfance devrait être redéfinie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enfance Violence Associations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790105636
"T'es une moins que rien" : quel est l'impact des violences verbales sur les enfants ?
"T'es une moins que rien" : quel est l'impact des violences verbales sur les enfants ?
Deux associations ont lancé la première campagne nationale dédiée aux violences verbales en France.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/t-es-une-moins-que-rien-quel-est-l-impact-des-violences-verbales-sur-les-enfants-7790105636
2017-09-16 05:21:00
http://media.rtl.fr/cache/pHm91QBL1LiNDY632nbjYA/330v220-2/online/image/2016/1118/7785853247_comment-grandir-sans-parents.jpg