Suicide à l'hôpital Georges-Pompidou : "Oui, il y a eu des alertes il y a un an", affirme Martin Hirsch

REPLAY / INVITÉ RTL - Le directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) reconnaît l'existence de dysfonctionnements au sein de l'hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris.

>
"6 minutes pour trancher" du 19 janvier 2016 Crédit Image : RTL / Frédéric Bukajlo / Abacapress

Un hôpital peut-il être responsable de la mort d'un de ses médecins ? C'est ce que l'Inspection générale des affaires sociales devra déterminer après le suicide, le 17 décembre dernier, du professeur Jean-Louis Megnien. Le cardiologue à l'hôpital Georges-Pompidou (XVe arrondissement de Paris), s'est donné la mort par défenestration, depuis un étage de l'établissement. Dimanche 17 janvier, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé sur RTL qu'elle allait saisir l'Inspection des affaires sociales pour élucider les causes du suicide, que les proches et amis du médecin imputent au climat délétère de l'établissement.

"Ce qui aurait conduit au suicide c'est aux enquêtes qui visent à l'élucider" de le démêler, rappelle 
Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). "Il y a eu un conflit d'un côté, un suicide de l'autre : il y a présomption que le milieu professionnel ait un lien avec le suicide, mais on ne connaît pas la vie privée de M. Megnien ni toute une série de chose, d'où les enquêtes et notamment l'enquête de police".

Jean-Louis Megnien, "un homme placardisé, maltraité"

Sur l'existence de dysfonctionnements au sein de l'hôpital Georges-Pompidou, ce dernier est toutefois formel. "Bien évidemment, il y a en a eu, et depuis longtemps, dans plein de domaines". Martin Hirsch rappelle qu'à son arrivée à son poste, il avait dû solliciter une inspection, saisi par des patients pour des "problèmes d'argent dans les relations avec les médecins". "L'hôpital était en proie à des problèmes de succession. Quand un chef de service partait, les choses se passaient mal", explique-t-il. Il y a 18 mois, Martin Hirsch a été saisi par la direction de l'hôpital. L'idée était alors d'apporter "un peu de vent frais", comme si un air malsain envahissait les couloirs de Georges-Pompidou.

Selon ses proches, le professeur Megnien était "un homme placardisé, maltraité, à qui le personnel ne devait pas parler". Pour Martin Hirsch, cela ne suffit pas à tenir l'hôpital Georges-Pompidou pour responsable. "Difficile de rentrer dans l'intimité d'une personne et dans l'intimité d'un suicide". Pour l'heure, le rapport de la commission de l'AP-HP fait état de "luttes claniques" auxquelles Jean-Louis Megnien n'aurait pas échappé. Ce dernier s'était notamment vu changer la serrure de son bureau à son insu par un "supérieur hiérarchique". 

Des choses ont été faites. Des médecins ont essayé de faire des médiations.

Martin Hirsch, directeur de l'AP-HP

"Il y a une directrice, qui essaye de faire changer les mauvaises habitudes de l'hôpital et de soutenir la majorité de l'établissement, qui travaille formidablement, et qui a besoin de sérénité et de vérité", reprend Martin Hirsch. "Oui il y a eu des alertes, il y a un an. Des choses ont été faites. Des médecins ont essayé de faire des médiations", explique-t-il, en rappelant que personne n'a mis en cause le travail de la directrice. Des premiers éléments avancent toutefois que celle-ci était au courant de la situation du Dr Megnien depuis plus d'un an.

La question des sanctions est encore abstraite. "Les professeurs de médecine sont indépendants", rappelle Martin Hirsch. Ainsi, si la responsabilité de certains d'entre eux était avérée, leur sort serait remis aux ministres de la Santé et de l'Enseignement supérieur. "Je ne sais pas encore si ça relèvera de sanctions ou s'il faudra simplement réorganiser, remettre à plat et éventuellement changer des personnes", affirme le directeur général de l'AP-HP. "J'espère qu'il y aura réponse à tout, je donne tous les moyens de savoir, mais je sais que, dans les questions de suicide, on n'a pas toujours toutes les réponses".

La rédaction vous recommande
par Clémence BauduinJournaliste
Suivez Clémence Bauduin sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781424628
Suicide à l'hôpital Georges-Pompidou : "Oui, il y a eu des alertes il y a un an", affirme Martin Hirsch
Suicide à l'hôpital Georges-Pompidou : "Oui, il y a eu des alertes il y a un an", affirme Martin Hirsch
REPLAY / INVITÉ RTL - Le directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) reconnaît l'existence de dysfonctionnements au sein de l'hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/suicide-a-l-hopital-georges-pompidou-oui-il-y-a-eu-des-alertes-il-y-a-un-an-affirme-martin-hirsch-7781424628
2016-01-19 12:53:00
http://media.rtl.fr/cache/nwPJs4P57CoErbvnA5yuFA/330v220-2/online/image/2016/0119/7781442780_martin-hirsch-le-19-janvier-2016.JPG