Le suicide d'un cardiologue à Georges-Pompidou "révélateur de dysfonctionnements"

Le suicide en décembre d'un cardiologue à l'hôpital Georges-Pompidou est "révélateur de dysfonctionnements" qui ont nourri un "grave conflit" selon la commission mise en place par le directeur de l'AP-HP.

L'hôpital Georges Pompidou à Paris (illustration)
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
L'hôpital Georges Pompidou à Paris (illustration)

Le suicide en décembre d'un cardiologue à l'hôpital Georges-Pompidou est "révélateur de dysfonctionnements" qui ont nourri un "grave conflit" ayant opposé des médecins, selon une note d'étape de la commission mise en place par le directeur de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris et le doyen de la faculté de médecine Paris-Descartes, rendue publique.

Le professeur Jean-Louis Mégnien s'est suicidé le 17 décembre sur son lieu de travail, se jetant par la fenêtre du 7e étage de l'hôpital. Outre cette commission, une enquête préliminaire pour harcèlement moral a été ouverte par le parquet de Paris, sur fond d'accusations de "luttes claniques" au sein du prestigieux établissement.

Des avertissements un an auparavant

"Plus largement, ce drame est révélateur de difficultés d'ordre statutaire et organisationnel", estime la commission constituée de trois personnalités extérieures à l'hôpital, qui va poursuivre ses auditions. Elle observe aussi que l'hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP) n'a "pas organisé un dispositif structuré centré sur la prévention de la souffrance psychique et la réaction à l'alerte suicidaire des personnels médicaux". Elle préconise donc la mise en place "sans délai" d'un "dispositif structuré" associant les parties concernées (AP-HP, universités, médecine du travail) pour la prévention de la souffrance psychique et la réaction à l'alerte suicidaire.

Un collègue du cardiologue avait averti la direction en décembre 2014 de la fragilité du médecin. Une alerte restée sans réponse. Le suicide du professeur Mégnien est intervenu quatre jours après sa reprise du travail, au terme d'un arrêt maladie de plusieurs mois. Dans une lettre rendue publique en décembre, un chef de service de psychiatrie, le Pr Bernard Granger, avait mis l'accent sur "la façon dont ce collègue a été objectivement maltraité". Ses proches affirment qu'il était victime de harcèlement de la part de sa hiérarchie.

La rédaction vous recommande
par Geoffroy Lang
Suivez Geoffroy Lang sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781419308
Le suicide d'un cardiologue à Georges-Pompidou "révélateur de dysfonctionnements"
Le suicide d'un cardiologue à Georges-Pompidou "révélateur de dysfonctionnements"
Le suicide en décembre d'un cardiologue à l'hôpital Georges-Pompidou est "révélateur de dysfonctionnements" qui ont nourri un "grave conflit" selon la commission mise en place par le directeur de l'AP-HP.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-suicide-d-un-cardiologue-a-georges-pompidou-revelateur-de-dysfonctionnements-7781419308
2016-01-17 19:50:00
http://media.rtl.fr/cache/TEf_sijEYGy8XSNou-F4uQ/330v220-2/online/image/2016/0107/7781218610_l-hopital-georges-pompidou-a-paris-illustration.jpg