Quand la police fait appel aux hackers pour lutter contre le terrorisme

REPLAY - Les petits génies de l'informatique ont rendez-vous le week-end prochain pour un salon pas comme les autres à Paris : le "Hackathon Nec Mergitur".

>
Quand la police fait appel aux hackers pour lutter contre le terrorisme Crédit Image : AFP / Archives, Joe Raedle Crédit Média : Rémi Sulmont Télécharger

C'est du jamais vu. Le week-end prochain à Paris, des acteurs du numérique et la police vont se réunir pour mieux réagir en cas d'attentats. Dès le vendredi 15 janvier à 17h30 et jusqu'à dimanche soir, des commissaires de police vont participer à un "hackathon" (un "marathon de hackers") sur la sécurité publique. La préfecture de Paris a quand même hésité avant se lancer dans cette première française. Mais ces "hackers", ici, sont en fait des petits génies et des professionnels du numérique qui nous veulent du bien. Après les attentats de novembre, l’un d’entre eux, patron d’un groupe Internet, Jean-François Pillou, a poussé un cri de colère après avoir perdu une ancienne salariée. "Pourquoi des start-up ne pourraient pas révolutionner l'antiterroriste et la gestion de crise ?", demande-t-il.

Au menu, des "défis"

On l’a vu pendant les attentats : le 17, le numéro de la police, a été saturé. Il n’y avait pas non plus moyen d’envoyer de SMS. Si des messages au secours ou des signalements sur les réseaux sociaux avaient pu être analysés en temps réel, aurait-on pu sauver quelques vies ? Aurait-t-on pu rattraper certains terroristes plus tôt ? L'idée c’est de donner un coup de main aux enquêteurs et aux secours. "On ne va pas apprendre aux policiers à utiliser les réseaux sociaux, ils le font déjà évidemment", soutient Kwame Yamgnane, cofondateur de l'École 42, l’école informatique de Xavier Niel qui accueille l’évènement. L’idée, c’est d'aider les pouvoirs publics à construire de nouveaux outils.

Comment va se dérouler le "Hackathon Nec Mergitur" ? D'abord les commissaires de police, les patrons des pompiers et des secours de Paris vont lancer des "défis" aux 300 inscrits (des codeurs, des spécialistes de data, des graphistes). Exemples :
- À quoi pourrait ressembler un 17 numérique ?  Un "17 écrit", qui aurait pu servir à un otage caché.
- Est-ce que je filme les "terroristes en action" avant leur arrestation ou est-ce que j'envoie les images ?
- Comment utiliser en temps réel les informations géolocalisées de Twitter ou de Facebook ?

Les participants vont constituer des équipes pour répondre à ces défis. Les commissaires et les pompiers, mais aussi des responsables de Twitter, de Facebook de Google, les réorienteront pendant le week-end pour qu’ils ne fassent pas fausse route. Si la tradition du "hackathon" est respectée, ils vont avaler des nuits blanches, de la bière et beaucoup des pizzas.

Pas de récompense

À la fin du weekend, le jury désignera les meilleurs projets. Dans ce jury, il y aura Jean-Louis Missika, adjoint à la mairie de Paris, qui est l’organisateur de ce "hackathon" attentat. "On a voulu volontairement ne pas mettre de récompense. Là, on est dans une démarche citoyenne, on parle de la lutte contre le terrorisme. Nous pensons qu'il y aura des idées nouvelles, toutes n'iront pas au bout, mais on voit bien qu'il y a des choses à inventer car nous n'en sommes qu'au début", explique-t-il.

Il n'y aura donc pas de prix, mais un fond financera le développement des meilleurs projets. Une jeune pousse pourra ensuite être fondée pour développer une application, par exemple. Tout cela sera encadré par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Il y a peu de chance, par exemple, qu’on voit en France une application sur smartphone de signalement de suspects qui vient d’être lancée à New York, où des hackatons sont régulièrement organisés depuis le 11 septembre 2001.

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7781296405
Quand la police fait appel aux hackers pour lutter contre le terrorisme
Quand la police fait appel aux hackers pour lutter contre le terrorisme
REPLAY - Les petits génies de l'informatique ont rendez-vous le week-end prochain pour un salon pas comme les autres à Paris : le "Hackathon Nec Mergitur".
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/quand-la-police-fait-appel-aux-hackers-pour-lutter-contre-le-terrorisme-7781296405
2016-01-12 11:05:03
http://media.rtl.fr/cache/bl79f5pQryJKSy9Tnu-qPQ/330v220-2/online/image/2016/0112/7781299286_la-prefecture-de-paris-a-hesite-avant-se-lancer-dans-un-hackathon-sur-la-securite-publique.jpg