Les Femen devant la justice pour leurs actions à Notre-Dame et à la Madeleine

Des Femen seront jugées à deux reprises cette semaine. En cause ? Leurs actions seins nus à Notre-Dame et à la Madeleine en 2013.

Les Femen dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 12 février 2013.
Crédit : AFP / JOEL SAGET
Les Femen dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 12 février 2013.

Neuf Femen doivent répondre ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris de dégradations d'une cloche de Notre-Dame. Le 12 février 2013, pour fêter à leur manière le renoncement du pape Benoît XVI à sa charge, elles s'étaient dissimulées dans le flot des touristes avant de se jucher sur le socle de trois des nouvelles cloches provisoirement déposées dans la nef. 

Les jeunes femmes avaient crié "Pope no more" (plus de pape) en faisant tinter les cloches avec des morceaux de bois. Sur le torse et le dos, elles arboraient des slogans tels que "No homophobe", "Crise de la foi", "Bye bye Benoît".

Jugées pour dégradations dans un lieu de culte

En ce jour où allait être adopté à l'Assemblée nationale le projet de loi sur le mariage homosexuel, elles avaient scandé sur le parvis "in gay we trust" ou encore "Dégage homophobe", après avoir été expulsées manu militari de la cathédrale par le service d'ordre. L'une d'elle avait eu une dent cassée, une autre avait été tirée par les cheveux.

Trois surveillants de Notre-Dame sont ainsi poursuivis pour des violences passibles au maximum d'une contravention de 750 euros pour l'un, 1.500 euros pour les deux autres. "Toutes les explications seront données au tribunal", a simplement déclaré leur avocat, Anne-Guillaume Serre.

Les neuf jeunes femmes sont, elles, poursuivies pour dégradations dans un lieu de culte en réunion. Leur avocat, Michaël Ghnassia, qui dénonce un "détournement de procédure", relève toutefois que l'infraction de dégradation dans un lieu de culte a été abrogée en 2008.

Le blasphème pénalement répréhensible ?

"On ne rapporte aucunement la preuve de ces dégradations ou que ce soit elles qui aient commis ces dégradations", a-t-il ajouté. "On leur reproche d'être entrées dans une église faire une action politique". A supposer même qu'il s'agisse de blasphème, celui-ci n'est pas pénalement répréhensible.


Les Femen avaient pris soin de recouvrir de feutrine les bâtons qui ont servi à frapper la cloche. Mais la feutrine était mal attachée, affirme de son côté l'avocat du recteur de Notre-Dame, Me Laurent Delvolvé, si bien qu'elles ont frappé aussi à "bâtons nus". Devis à l'appui, il demande plus de 7.000 euros pour la seule remise en état de la cloche.

Vers "une condamnation de principe" pour l'action de la Madeleine ?

Vendredi, l'une des neuf Femen de Notre-Dame, qui a depuis quitté le mouvement, comparaîtra ensuite seule devant le tribunal pour "exhibition sexuelle" à la Madeleine. Le 20 décembre 2013 au matin, elle s'était dirigée vers l'autel devant une dizaine de personnes présentes alors qu'une chorale répétait dans l'édifice.

Elle portait sur le dos l'inscription "Christmas is cancelled" (Noël est annulé) et sur le ventre "344 salope" (sic) en référence au manifeste des 343 femmes qui avaient signé, en 1971, un appel à la dépénalisation de l'avortement et la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse. Elle avait ensuite déposé des morceaux de foie de veau censés représenter un foetus.

Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Une militante Femen, à la Madeleine, le 20 décembre à Paris. (archives)

Son avocat, qui soulèvera une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), dénonce là aussi un "détournement de procédure". Sur le fond, le délit n'est pas constitué, affirme Me Michaël Ghnassia, car si sa cliente est apparue seins nus, elle ne s'est livrée à aucune provocation de nature sexuelle. Mais selon Me Laurent Delvolvé, "c'est bien une exhibition et elle est sexuelle".

Il souhaite "que de tels faits ne se reproduisent plus", que "les Femen ou quiconque ne viennent pas troubler la sérénité" de lieux de culte. Il espère une "condamnation de principe" pour "montrer qu'il ne faut plus revenir", alors qu'Inna Shevchenko, chef de file des Femen en France, avait annoncé de nouvelles actions visant l'Église.

La rédaction vous recommande
par La rédaction numérique de RTL
Suivez La rédaction numérique de RTL sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7773101550
Les Femen devant la justice pour leurs actions à Notre-Dame et à la Madeleine
Les Femen devant la justice pour leurs actions à Notre-Dame et à la Madeleine
Des Femen seront jugées à deux reprises cette semaine. En cause ? Leurs actions seins nus à Notre-Dame et à la Madeleine en 2013.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/les-femen-devant-la-justice-pour-leurs-actions-a-notre-dame-et-a-la-madeleine-7773101550
2014-07-08 08:36:20
http://media.rtl.fr/cache/LXbC1DiRwE_SucPyR7HvBQ/330v220-2/online/image/2014/0708/7773101686_000-par7472729.jpg