2 min de lecture Emploi

Les discriminations à l'emploi persistent et coûtent cher

ÉDITO - Myriam El Khomri a épinglé AccorHotels et Courtepaille comme des groupes présentant "un risque élevé de discriminations" à l'embauche.

François Lenglet Lenglet-Co François Lenglet
>
Les discriminations à l'emploi persistent et coûtent cher Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
François Lenglet
François Lenglet et Loïc Farge

Deux entreprises ont été publiquement désignées, mardi 14 mars par le ministère du Travail, pour pratiquer des discriminations à l'embauche. Il s'agit de la chaîne de restauration Courtepaille et du groupe Accor Hotel, qui gère notamment les Mercure, Ibis et autres Novotel. Ces sociétés pratiquent une sélection des candidats en fonction de leur origine. En clair, elles discriminent les candidatures avec des noms à consonance maghrébine, au profit de noms à consonance française. Il s'agit du résultat d'une étude, portant sur les entreprises de plus de 1.000 salariés.

Les deux entreprises avaient été pointées il y a déjà plusieurs mois, et n'ont pourtant pas présenté de plan pour corriger ce biais dans le recrutement. La ministre du travail, Myriam El Khomri, a donc publié leur nom et saisi le Défenseur des droits, qui est en charge de ces questions.

Le CV anonyme abandonné

L'étude a été réalisée au printemps 2016 sur quarante entreprises, auxquelles ont été envoyés 3.000 CV (1.500 paires en réalité), avec à chaque fois un nom d'origine française et un nom d'origine maghrébine et des profils identiques, pour mesurer la différence de traitement, c'est-à-dire le taux de réponse dans un cas comme dans l'autre.

À lire aussi
François Lenglet emploi
Les discriminations à l'emploi persistent et coûtent cher

Les candidatures à consonance française ont obtenu 47% de réponse positive, alors que les autres n'ont fait que 36%. Quand on regarde le détail des résultats, on observe que l'égalité de traitement a été respectée dans une majorité d'entreprise et que, dans douze d'entre elles il y a jusqu'à 35% d'écart.

Ces discriminations frappent autant les emplois de cadres que les emplois faiblement qualifiés

François Lenglet
Partager la citation

Ces discriminations frappent autant les emplois de cadres que les emplois faiblement qualifiés, et autant les hommes que les femmes. Le CV anonyme avait pourtant été rendu obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés, par une loi qui n'a jamais été appliquée. Il s'agissait de soumettre au recruteur un CV sans nom, qui évitait qu'on ne cible les patronymes français. Cet outil avait été promu par Claude Bébéar, l'ancien patron d'Axa, très actif pour la diversité.

Mais il était en réalité impraticable, car il fallait confier à un tiers (une entreprise ou une association) le soin d'anonymiser les candidatures avant de les traiter, c'est-à-dire de gommer les noms et les éléments comme l'adresse, qui pouvaient faire l'objet d'une discrimination. Trop lourd. Il a été officiellement enterré il y a deux ans, par la loi Rebsamen.

Une affaire d'équité et de respect du droit

La plupart des discriminations sont pratiquées sans même s'en rendre compte, et c'est pour cela qu'elles sont difficiles à vaincre. Il faut sensibiliser les managers, leur faire prendre conscience des biais que peuvent avoir leurs procédures et leur rappeler les bénéficies considérables que peut avoir l'entreprise à diversifier ses recrutements.

C'est d'abord une affaire d'équité au plan moral bien sûr, et de respect du droit, et non pas de bénéfices. Mais il y a aussi des avantages à recruter un personnel qui ressemble à la société française, qui en est le reflet. Au plan national, France Stratégie a fait un calcul intéressant, qui montre que l'ensemble des discriminations - celles qui portent sur l'origine, le sexe et le handicap - coûtaient quelque 7% du PIB à la France (c'est-à-dire 150 milliards d'euros de croissance en moins). Tout cela à  cause de la différence en matière d'emploi et de salaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emploi Économie Discriminations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787675038
Les discriminations à l'emploi persistent et coûtent cher
Les discriminations à l'emploi persistent et coûtent cher
ÉDITO - Myriam El Khomri a épinglé AccorHotels et Courtepaille comme des groupes présentant "un risque élevé de discriminations" à l'embauche.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/les-discriminations-a-l-emploi-persistent-et-coutent-cher-7787675038
2017-03-15 08:08:00
http://media.rtl.fr/cache/28ieCAHuWyCPzG2Iio-h0A/330v220-2/online/image/2014/0423/7771375197_francois-lenglet.jpg