"Dans les relations avec la Corse, il faut que les pouvoirs publics soient clairs", estime Didier Rey

REPLAY - Pour cet historien corse, les affrontements de ces derniers jours sont dus à un manque de transparence et à une montée du nationalisme dont on n'a pas pris la mesure.

>
"Dans les relations avec la Corse, il faut que les pouvoirs publics soient clairs", estime Didier Rey Crédit Image : Elodie Grégoire Crédit Média : Vincent Parizot,Christelle Rebière Télécharger

Le nationalisme corse prend-il une nouvelle tournure ? Après les affrontements entre les forces de l'ordre et la jeunesse de l'Île de Beauté, ces trois derniers jours, la violence reste dans tous les esprits. La violence des jets de cocktails Molotov dans les rues, mais aussi celle des discours et des slogans anti-France prononcés par ces jeunes.

Pour Didier Rey, historien et Maître de conférence à l'Université de Corse et spécialiste du football local, ces événements n'auraient peut-être pas pris une telle ampleur si on avait su ce qui s'était réellement passé, samedi 13 février en marge du match Reims-Bastien. Ce soir-là, un jeune supporter bastiais a perdu l'usage d'un œil après un affrontement avec la police dont les circonstances restent floues. "Ce qui m'inquiète le plus dans tout ça, c'est qu'on est dans le flou ! On ne sait toujours pas ce qu'il s'est passé et ça, évidemment, ça ne peut que jeter de l'huile sur le feu". Ce qui est encore plus grave, pour l'historien, c'est que l'État lui-même n'a pas donné une seule et même version claire. "Ce qui n'est pas pour arranger les choses lorsqu'on sait que les relations entre la Corse et l'État depuis un demi-siècle sont compliquées" rappelle-t-il en insistant : "Dans les relations avec la Corse, il faut que les pouvoirs publics soient clairs."

L'évolution du nationalisme corse

Pour Didier Rey, la situation tendue n'est pas liée au monde du football corse. Comme il l'explique : "L'intégration des clubs corses dans les championnats nationaux est réclamée par les Corses et perçue comme l'achèvement de l'appartenance à la Nation française." En revanche, il y a effectivement une partie de la jeunesse corse qui est liée à des mouvements indépendantistes. Mais ce n'est pas étonnant. 

Comme ce spécialiste l'explique, le nationalisme a progressé dans la société corse à partir du moment où il a quitté la lutte clandestine pour s'intéresser aux élections. "Aux élections régionales, il s'est passé l’achèvement d'un processus débuté en 1982, c'est-à-dire l'intégration dans le jeu démocratique des partis autonomistes, dans un premier temps, et nationalistes dans un second temps (...) On n'a pas pris, et c'est grave, la mesure de ce qui s'est passé."

Un nouveau rassemblement est prévu ce samedi à Bastia, mais personne ne peut dire quelle tournure il prendra.

La rédaction vous recommande
par Vincent ParizotJournaliste RTL
Suivez Vincent Parizot sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781948809
"Dans les relations avec la Corse, il faut que les pouvoirs publics soient clairs", estime Didier Rey
"Dans les relations avec la Corse, il faut que les pouvoirs publics soient clairs", estime Didier Rey
REPLAY - Pour cet historien corse, les affrontements de ces derniers jours sont dus à un manque de transparence et à une montée du nationalisme dont on n'a pas pris la mesure.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/dans-les-relations-avec-la-corse-il-faut-que-les-pouvoirs-publics-soient-clairs-estime-didier-rey-7781948809
2016-02-18 13:39:53
http://media.rtl.fr/cache/SIjue9j9YT7EPUhqoIMBrA/330v220-2/online/image/2014/0423/7771378249_vincent-parizot-et-christelle-rebiere.jpg