Crise en Grèce : Tsipras et l'Europe jouent-ils à se faire peur?

REPLAY - Les économistes Philippe Dessertine, directeur de l'Institut des hautes finances et Yves Bertoncini, directeur de l'Institut Jacques Delors, analysent le "non" du peuple grec.

>
Crise en Grèce : Tsipras et l'Europe jouent t-ils à se faire peur? Crédit Image : Elodie Grégoire

Quelques heures après la consultation qui s'est soldée sur un "non" massif du peuple grec, la situation d'Athènes vis à vis de ses créanciers est plus qu'incertaine. Pour Yves Bertonsini, "la Grèce a fait un saut dans l'inconnu en dépassant la date du 30 juin à cause de l’organisation du référendum". Celle ci n'a pas pu rembourser le FMI, et n'a pas non plus pu bénéficier du plan d'aide européen qui lui était accordé.

Le départ de Varoufakis est un signal encourageant

Yves Bertonsini, directeur de Institut Jacques Delors

Les 61% de "non" ont le mérite d'exprimer une opinion claire. "Le referendum clarifie les choses" déclare le directeur de l'Institut Jacques Delors. Pour lui, Tsipras sort plus fort de la consultation, lui qui ne souhaite pas sortir de l'union monétaire. "Tsipras est passé de 36% en janvier à 61%  en juillet. Cela montre, qui'l n'est pas tant renforcé aux niveau de ses partenaires européens, mais qu'il est renforcé en interne. Le Premier ministre "peut désormais s'affranchir de sa base radicale et de ce point de vue là, le départ de Varoufakis est un signal encourageant".

Le ministre des finances grec, connu pour ses opinions tranchées et polémiques à propos des créanciers, a en effet quitté son poste. Il précise qu'"on ne peut pas reprocher" à Tsipras l'organisation d'un référendum', mais le fait de l'avoir mis en place comme un "coup politique".

Même si nous trouvons une solution, celle-ci ne sera que temporaire

Philippe Dessertine, directeur de l'Institut des Hautes Finances

Philippe Dessertine livre lui une vision mitigée. "Il n'y a pas de Oui" exprimé, rappelle le directeur de l'Institut des Hautes Finances, ce qui constitue "toute la complexité" des négociations entre l'Europe et la Grèce. "Même si nous trouvons une solution, celle-ci ne sera que temporaire". Le problème de la Grèce ne doit pas faire oublier d'autres  situations préoccupantes, telles que l'effondrement des bourses asiatiques, une période où les chocs successifs sur les marchés rendent la conjoncture inquiétante.

"Nous devons réfléchir à la manière dont la Grèce peut commencer à créer de la richesse" rappelle t-il, en précisant que dès son entrée dans l'Europe, "la Grèce était un objet géopolitique très important" pour l'Allemagne et la France. Yves Bertoncini déclare quant à lui "L'Allemagne est l'arbre qui cache la forêt". Selon le directeur de l'Institut Jacques Delors, d'autres pays, notamment d'Europe du nord, sont en effet exaspérés par la situation grecque.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778983976
Crise en Grèce : Tsipras et l'Europe jouent-ils à se faire peur?
Crise en Grèce : Tsipras et l'Europe jouent-ils à se faire peur?
REPLAY - Les économistes Philippe Dessertine, directeur de l'Institut des hautes finances et Yves Bertoncini, directeur de l'Institut Jacques Delors, analysent le "non" du peuple grec.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/crise-en-grece-tsipras-et-l-europe-jouent-ils-a-se-faire-peur-7778983976
2015-07-06 14:33:00
http://media.rtl.fr/cache/umd31-GrbSdHz9-gaRMHZQ/330v220-2/online/image/2014/0423/7771378282_vincent-parizot-et-christelle-rebiere.jpg