Affaire Jérôme Cahuzac : "La démocratie ne survit pas à des scandales de corruption trop forts", explique Eduardo Rihan Cypel

REPLAY / INVITÉS RTL - L'ancien ministre du Budget est jugé à partir de ce lundi 8 février pour "fraude fiscale" et "blanchiment". Une affaire qui a fait progresser la transparence au sein des politiques français.

>
Affaire Cahuzac : "La démocratie ne survit pas à des scandales de corruption trop forts", explique Eduardo Rhian Cypel Crédit Image : AFP / MARTIN BUREAU Crédit Média : Yves Calvi Télécharger

Jérôme Cahuzac risque jusqu'à sept ans de prison pour fraude fiscale à l'issue de son procès. L'ancien ministre du Budget de François Hollande était le propriétaire d'un compte caché en Suisse et comparaît à partir de ce lundi 8 février pour "fraude fiscale" et "blanchiment". Une affaire qui avait très largement secoué le gouvernement alors que François Hollande prônait une République "irréprochable". Depuis, le président de la République a décidé d'agir en créant la Haute autorité de la transparence de la vie publique

Une autorité qui permet une certaine avancée dans la transparence au sein des politiques français. "Oui elle progresse. Cela fait 30 ans que l'on fait des lois de moralisations de la vie publique, on en est à 14 ou 15 lois et décrets sur cette question. On avance, des petites pierres sont posées mais ce n'est pas suffisant au regard de ce qu'on fait dans d'autres démocraties", lance Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart

La France n'est pas immunisée contre la corruption

Eduardo Rihan Cypel

Une vision confirmée par Eduardo Rihan Cypel, député socialiste. "J'appartiens à une génération qui a grandi dans un monde politique frappé par la corruption. La France n'est pas immunisée contre la corruption. Cette lutte a quelque chose de fondamentale car la démocratie ne survit pas à des scandales de corruption trop forts", explique le député socialiste qui assure avoir vécu cette affaire "comme une bombe". "C'est l'affaire d'un mensonge à tout le monde. C'est à l'occasion de cette affaire que nous avons pris des décisions extrêmement forte", selon lui.

Une avancée majeure qui constitue pourtant le "strict minimum" au yeux du journaliste français. "On a attendu 2013 ou 2014 pour savoir ce que font ceux qui nous représentent. C'est bien mais ce n'est pas suffisant", critique-t-il. "On a découvert que dans le domaine judiciaire, la justice ne peut pas poursuivre un délit de fraude fiscale sans l'autorisation du ministre du Budget. C'est ce qu'on appelle le verrou de Bercy", regrette-t-il alors que François Hollande et plusieurs ministères ont "refusé de faire sauter le verrou de Bercy" après cette affaire.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781760475
Affaire Jérôme Cahuzac : "La démocratie ne survit pas à des scandales de corruption trop forts", explique Eduardo Rihan Cypel
Affaire Jérôme Cahuzac : "La démocratie ne survit pas à des scandales de corruption trop forts", explique Eduardo Rihan Cypel
REPLAY / INVITÉS RTL - L'ancien ministre du Budget est jugé à partir de ce lundi 8 février pour "fraude fiscale" et "blanchiment". Une affaire qui a fait progresser la transparence au sein des politiques français.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/affaire-jerome-cahuzac-la-democratie-ne-survit-pas-a-des-scandales-de-corruption-trop-forts-explique-eduardo-rihan-cypel-7781760475
2016-02-08 11:42:00
http://media.rtl.fr/cache/QTc5yGeVD1PnpIPzH-M0yA/330v220-2/online/image/2014/0422/7771350719_jerome-cahuzac-ici-le-23-juillet-2013-reconnait-avoir-fait-une-enorme-connerie-archives.jpg