Martine Aubry était l'invitée de RTL

REPLAY - INVITÉE RTL - La maire de Lille a répondu aux questions d'Olivier Mazerolle et aux auditeurs, jeudi 25 février.

Martine Aubry lors d'une conférence de presse à Lille, le 8 septembre 2014 (archives). >
Présidentielle 2017 : "Pour gagner, il faut des résultats", déclare Martine Aubry Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédits Média : Cécile de Sèze / Thibault Mazoufre / RTL.fr | Durée : | Date :
1/

"Trop, c'est trop !" Martine Aubry a publié une tribune avec Daniel Cohn-Bendit et d'autres personnalités de gauche dans Le Monde daté du 24 février. Ils s'emportent contre la politique menée par François Hollande et le gouvernement de Manuel Valls, qui feraient ainsi courir le "risque d'un affaiblissement durable de la France". Dans cette tribune, la maire de Lille affiche de façon clair son opposition au gouvernement. "Ce n'est plus simplement l'échec du quinquennat qui se profile mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s'il n'est pas mis un coup d'arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés", écrivent les auteurs de cette tribune.

"Quand on est dans un camp, c'est la moindre des choses de combattre le camp d'en face et pas le sien", a lancé Michel Sapin à Martine Aubry, ex-ministre et signataire de la motion majoritaire lors du dernier congrès du PS en 2015. Mais "trop, c'est trop", résument les 18 signataires dont l'écologiste Daniel Cohn-Bendit, les députés PS "frondeurs" Christian Paul, Benoît Hamon et l'adjoint (PS) d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, Bruno Julliard. Une tribune que ses lecteurs sont invités à signer sur le site sortirdelimpasse.fr

Une critique virulente de la loi El Khomri

À quatorze mois de l'élection présidentielle, et alors que François Hollande, actuellement en Amérique du Sud, fait planer le doute sur sa candidature, les auteurs énumèrent les griefs à l'encontre de l'exécutif. Le chef de l'Etat pourrait réagir à cette tribune lors d'une conférence de presse à Buenos Aires à 21 heures heure française. Le pacte de responsabilité ? "41 milliards d'euros mobilisés pour rien" au bénéfice des entreprises. Le "désolant débat sur la déchéance de nationalité" ? Le gouvernement devrait y renoncer au profit d'une peine d'indignité nationale. 
                   
Mais la principale critique porte sur le projet de loi sur le Travail de Myriam El Khomri. Ce texte, examiné en Conseil des ministres le 9 mars, a d'ores et déjà mis le feu au poudre à gauche et parmi les syndicats, avec l'hypothèse de l'article 49-3 évoquée la semaine dernière par la ministre du Travail. "C'est toute la construction des relations sociales de notre pays qui est mise à bas en renversant la hiérarchie des normes et en privilégiant l'accord dans l'entreprise dans un pays où le taux de syndicalisation est faible et où le patronat n'a jamais aimé la négociation", dénoncent les signataires de la tribune. Malgré ses critiques, Martine Aubry estime que François Hollande n'a "pas besoin d'aller à une primaire" s'il se porte candidat en 2017, considérant qu'il s'agit d'une situation "presque institutionnelle".

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782040458
Martine Aubry était l'invitée de RTL
Martine Aubry était l'invitée de RTL
REPLAY - INVITÉE RTL - La maire de Lille a répondu aux questions d'Olivier Mazerolle et aux auditeurs, jeudi 25 février.
http://www.rtl.fr/actu/politique/martine-aubry-sera-l-invitee-de-rtl-jeudi-25-fevrier-7782040458
2016-02-24 19:00:00
http://media.rtl.fr/cache/-VhByJGdVjrBz3353XY1xA/330v220-2/online/image/2015/0205/7776489391_martine-aubry.jpg