2 min de lecture Société

Inégalités salariales : "Le gouvernement préfère le dialogue à la loi", lance Alba Ventura

ÉDITO - Le gouvernement va-t-il renforcer les sanctions contre les entreprises qui ne respectent pas l'égalité hommes-femmes en matière salariale ? C'est ce que propose le Conseil économique, social et environnemental, qui rendra mardi 23 janvier ses préconisations.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Inégalités salariales : "Le gouvernement préfère le dialogue à la loi", lance Alba Ventura Crédit Image : AFP / Mychèle Daniau | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Y aura-t-il une nouvelle loi ? A priori, ça n'en prend pas le chemin. Mais, vous le savez bien, les lois en matière d'égalité hommes-femmes, il y en a eu une quinzaine. Et on ne peut pas dire que leur efficacité a été prouvée.

L'écart de salaire reste en moyenne à environ 20%. Chez les cadres, par exemple, on est un peu au-delà (26%). Ce qui reste indéfendable, c'est que lorsque vous prenez deux profils parfaitement identiques, homme-femme, au même poste, même diplôme, même âge, mêmes compétences, on a encore 10% d'écart.

Pourtant, il remonte à loin le principe d'égalité dans la rémunération (cela a été inscrit dans la loi en 1972). Et même la loi de 2014, qui est sans doute la plus contraignante (elle s'appelle la loi égalité "réelle" entre les hommes et les femmes), n'a pas permis en réalité de faire avancer les mentalités.

À lire aussi
Portrait d'Arnaud Beltrame lors de son hommage national, le 28 mars 2018 société
Meyzieu : un nouveau lycée baptisé Arnaud Beltrame

Cette loi précise que, dans toutes les entreprises de plus de 50 salariés, il doit y avoir un diagnostic des différences de salaires et un plan pour y remédier. Sur 3.000 entreprises qui ont été mises en demeure, seulement 150 ont été sanctionnées. Cela laisse une sacrée marge de progression.

Des pays européens vont plus loin

Il n'y a pas de pression de la part de nos voisins européens. Mais on voit bien que le constat est tiré par d'autres pays en Europe. Et certains ont décidé d'aller plus loin. En Allemagne, depuis le début de l'année, une loi prévoit que les femmes peuvent demander à leur comité d'entreprise ou à leur direction de récupérer le bulletin de salaire de six de leurs collègues masculins, histoire de les comparer.

En Islande, depuis le 1er janvier, l'État impose aux entreprises une certification qui prouve qu'elles respectent bien l'égalité homme-femme, sous peine d'une amende de 400 euros par jour. Ça, c'est plutôt la méthode dure.

Toute la question est de savoir si on fait des lois de plus en plus dures, ou si on agit autrement. Cela vaut pour l'égalité au travail en général. Regardez chez nous, la loi Copé-Zimmermann a permis de faire entrer 40% des femmes dans les conseils d'administration. Cela a été une bonne loi. Mais dans les comex (comités exécutifs des entreprises) ou les codir (les comités de direction), comptez le nombre de femmes !

Muriel Pénicaud prône la transparence

Le gouvernement français n'a visiblement pas choisi la méthode dure. Apparemment, on préfère le dialogue plutôt que la loi. Alors est-ce que ce sera un dialogue "dur avec les chefs d'entreprises ? Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, est plutôt attachée à faire valoir la transparence. En clair, valoriser les bons comportements et stigmatiser les moins bons.

Est-ce qu'il s'agira de faire de la mauvaise publicité aux entreprises qui ne respecteront pas les règles ? Je vous rappelle qu'Emmanuel Macron a fait de l'égalité hommes-femmes la grande cause de son quinquennat. C'est au mois de mars que l'on saura comment il compte faire sauter ce plafond de verre.

En attendant, je vous propose cette réflexion de Françoise Giroud, qui reste d'actualité : "La femme sera vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignera une femme incompétente". À méditer...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Égalité hommes-femmes Social
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791933482
Inégalités salariales : "Le gouvernement préfère le dialogue à la loi", lance Alba Ventura
Inégalités salariales : "Le gouvernement préfère le dialogue à la loi", lance Alba Ventura
ÉDITO - Le gouvernement va-t-il renforcer les sanctions contre les entreprises qui ne respectent pas l'égalité hommes-femmes en matière salariale ? C'est ce que propose le Conseil économique, social et environnemental, qui rendra mardi 23 janvier ses préconisations.
http://www.rtl.fr/actu/politique/inegalites-salariales-le-gouvernement-prefere-le-dialogue-a-la-loi-lance-alba-ventura-7791933482
2018-01-22 08:06:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/DpZx64jozgwkdJKHT2bQPw/330v220-2/online/image/2018/0122/7791933788_des-fiches-de-paie-illustration.jpg