3 min de lecture Élysée

Emmanuel Macron mise sur la solidarité pour réaffirmer sa ligne politique

ÉCLAIRAGE - Retraités, personnel hospitalier, cheminots... Le président de la République a répondu à ses détracteurs qui l'accusent de vouloir diviser les Français.

Emmanuel Macron, le 12 avril 2018
Emmanuel Macron, le 12 avril 2018 Crédit : Yoan Valat/AP/SIPA
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Emmanuel Macron le sait : sa politique fait des mécontents. Pourtant, il n'est pas question pour le président de la République de faire marche arrière. Invité du 13 heures de TF1, le chef de l'État a tenu à rappeler qu'il était "le président de tous les Français".

C'est donc dans un travail de pédagogie qu'Emmanuel Macron a assuré que "le monde va trop vite et notre pays n’a pas fait ce qu’il fallait. On est une maison, la France est une maison (...) Tout ce que je fais, je l'ai dit et je l'ai expliqué".

Il compare ainsi la France a une maison. "Les bases doivent être solides pour que la maison tienne (...) Quand les règles ne sont pas respectées, il faut les faire respecter. L'école, c’est la première des batailles que j’avais définie. Il n’y a pas de politique de justice possible, si on ne produit pas d’abord".

À lire aussi
Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron à l'Élysée, le 15 septembre 2017 Élysée
Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy : des similitudes dans les discours ?

Ne "pas opposer les Français"

Emmanuel Macron estime que "l’opinion ce n’est pas un objectif en soi". Le président de la République souhaite unir les Français autour de sa réforme : "Cette réforme demande des efforts à un peu tout le monde". Et d'ajouter : "Il y a des entreprises qui risquent de déposer le bilan. Il faut aller au bout, nous devons faire cette réforme, Il y a une hypocrisie collective. On a besoin d’un chemin de fer français fort. Je ne veux pas que l’on continue à demander qu’on augmente le prix des billets". 

Le chef de l'État a rappelé à plusieurs reprises que les cheminots n'étaient pas des privilégiés : "Je ne partage pas l'idée de ceux qui voudraient les opposer aux Français. Je suis né à Amiens, je sais ce que c’est. Je sais aussi les horaires que certains font et les contraintes liées à une entreprise de transport".

Néanmoins, il précise que "les cheminots ont une part à faire. On ne va plus embaucher au même statut que vous les cheminots. On leur demande d’accepter que les futurs agents ne soient plus embauchés au statut. C’est le cas depuis 2001 pour les postiers, et ça ne met en rien le service public en péril. La SNCF restera un grand service public ferroviaire, mais on ne peut pas avoir les contraintes qu’on a aujourd’hui".

Des annonces sur le système hospitalier

Le chef de l'État a tenu à "rendre hommage au personnel soignant". "Nous leur devons quelque chose dans la société. C’est une priorité, je ferai à l’été des annonces, on va mettre plus de moyens dans l’hôpital, a-t-il annoncé. À l’hôpital, il y a des situations de très grand stress, notamment lorsque les urgences sont saturées. C’est en partie parce que les urgences sont devenues le premier accès aux soins, alors que cela coûte à la collectivité 5 fois plus cher qu’une consultation chez le médecin", indique-t-il.

Il précise : "Nous allons mettre plus de moyens, mais cela ne suffit pas. Il faut avoir un système où on ne paye pas seulement à l’acte, mais où l’on rémunère aussi le parcours de santé, ce qui incite à ne pas faire d’actes inutiles". Concernant les Ehpad, Emmanuel Macron a déclaré : "On sera au rendez-vous, vous pouvez compter sur moi". 

Macron dit "merci aux retraités"

Emmanuel Macron s'est livré à une opération patte blanche à destination des retraités. "Je leur dis merci et je veux leur expliquer pourquoi je veux leur demander cet effort. Je l’ai annoncé en campagne. Il n’y a pas de mépris. J’ai besoin de vous, j’ai fait appel à vous", dit-il en s'adressant directement à eux. 

Mais il rappelle que la situation actuelle de la France : moins d’actif, chômage de masse depuis trente ans... "Je veux remettre la France au travail. J’ai besoin que le travail paye mieux. Je le sais, je l’en remercie, j’en ai besoin".

Cependant, le chef de l'État insiste sur l'effort demandé aux retraités. "Attendez le 1er novembre, vous aurez un tiers de taxe d'habitation en moins. Oui j'ai demandé à nos anciens un effort (...) Je n'ai jamais pris un retraité pour un portefeuille".

80km/h : "Si ça ne marche pas, la mesure sera abandonnée"

"On va faire une expérimentation à taille réelle. Au 1er juillet, pour deux ans, on va limiter sur ces routes à 80km/h (...) Ce sont les routes les plus dangereuses. Si cette mesure permet de réduire ces morts, je vous le dis, on peut dire que c'est une mesure de technocrate mais elle aura montré son utilité. Et vous irez expliquer cela aux famille des victimes", a indiqué Emmanuel Macron. 

Le président de la République a pris deux engagements. "L’argent perçu sur les contraventions, on le mettra pour les hôpitaux qui soignent et guérissent les blessés de la route. On va faire cela pendant deux ans sur tous le territoire. Elle est un peu impopulaire, j'entends les énervements. Les résultats seront publics. Si ça ne marche pas, la mesure sera abandonnée", a-t-il ajouté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élysée Emmanuel Macron Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792989336
Emmanuel Macron mise sur la solidarité pour réaffirmer sa ligne politique
Emmanuel Macron mise sur la solidarité pour réaffirmer sa ligne politique
ÉCLAIRAGE - Retraités, personnel hospitalier, cheminots... Le président de la République a répondu à ses détracteurs qui l'accusent de vouloir diviser les Français.
http://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-mise-sur-la-solidarite-pour-reaffirmer-sa-ligne-politique-7792989336
2018-04-12 14:14:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/P-jWBkPKs1TwYTqzwk0ZTQ/330v220-2/online/image/2018/0412/7792989756_emmanuel-macron-le-12-avril-2018.jpg