Manuel Valls : retour sur son revirement après un déjeuner "recadrage"

DÉCRYPTAGE - Difficile de suivre les tractations entre François Hollande et Manuel Valls. Alors que le premier ministre semblait prêt à se lancer pour 2017, il a finalement fait marche arrière pour prôner la loyauté et la fidélité au gouvernement.

Manuel Valls, le 25 novembre 2016
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Manuel Valls, le 25 novembre 2016

Le brouillard est de plus en plus épais autour de la majorité en vue de 2017. Les éléments s'enchaînent avec difficulté pour elle depuis le weekend du 26 novembre. La gauche tente de se mobiliser face au suspens de la candidature de François Hollande, qui pourrait se présenter sans passer par la primaire socialiste, celle de Manuel Valls et des anciens ministres, sans oublier la gauche de la gauche avec Jean-Luc Mélenchon

La situation est critique et la crise au sommet de l'État s'étend de plus en plus. À tel point que Libération a choisi l'image du Titanic pour sa une de ce mardi 29 novembre. La veille, une bonne partie de la journée a été rythmée par le déjeuner entre François Hollande et Manuel Valls. Déjeuner sous haute tensions, puisque le premier ministre avait laissé entendre dans un entretien au Journal du Dimanche, qu'il pourrait se présenter à la présidentielle face au chef de l'État, en passant par la primaire PS. 

Lors de ce déjeuner qui a duré environ deux heures, le premier ministre a joué l'apaisement. "Je n'ai rien dit de plus dans le JDD que ce que j'avais déjà dit ces dernières semaines", aurait-il expliqué au Président, selon Le Figaro. Réponse de son rival : "Tu as pourtant bien noté l'émoi que cela avait suscité". Manuel Valls finira par concéder : "Il ne peut y avoir de confrontation dans le cadre d'une primaire entre un président et un premier ministre (...) Il ne peut pas y avoir de crise institutionnelle", cite Le Figaro.

Mais comme le rappelle si bien le vallsiste, Carlos Da Silva, cité par Libération, "la vérité de chaque jour n'est pas celle de la veille, ni celle du lendemain". Après le déjeuner, c'est donc un tout autre discours et une tout autre ambiance qui règne à l'Élysée. Un proche du chef de l'État cité par le journal ajoute que "Valls n'a pas envie non plus d'être candidat par défaut si Hollande renonce à y aller. Il ne veut pas apparaître comme un plan B. Ce serait l'assurance d'occuper la place du mort. Il a donc voulu affirmer une volonté, une ambition. Mais il n'a jamais voulu sérieusement être candidat contre le président". L'agenda de Manuel Valls a mis en pause cette crise de régime. Le chef du gouvernement a "décollé pour la Tunisie à peine sorti de son déjeuner avec le président". Il "semble donc condamné à attendre la décision" de François Hollande, analyse Le Figaro.

Face au couple Hollande-Valls, Fillon se met en ordre de bataille

Une situation qui tranche avec leur rival de droite. Le contraste est d'autant plus flagrant que Les Républicains se mettent en ordre de bataille à cinq mois de l'élection présidentielle. En effet, François Fillon a été sacré lors de la primaire et s'est imposé comme le candidat de la droite et du centre. Désormais, c'est la notion de rassemblement qui semble motiver les cadres des Républicains et les soutiens du député de Paris. Présent lors de la réunion hebdomadaire des députés du parti ce mardi, François Fillon a tenu à expliquer ; "Quel que fut votre vote dans ces primaires, mon adage est simple : 'On est maintenant tous ensemble'. Je vais aller au front et je vous demande de faire bloc avec moi". 

Désormais, l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy prône un "accord" avec les centristes, mais "les choses doivent être claires : j'ai un projet, j'ai un mandat qui m'a été donné par les électeurs de cette primaire. Mon projet a sa cohérence, mais ceci dit je suis ouvert aux idées. Je discute avec tout le monde, je respecte et j'écoute tout le monde. Mais nous ne sommes pas en IVe République".

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786036121
Manuel Valls : retour sur son revirement après un déjeuner "recadrage"
Manuel Valls : retour sur son revirement après un déjeuner "recadrage"
DÉCRYPTAGE - Difficile de suivre les tractations entre François Hollande et Manuel Valls. Alors que le premier ministre semblait prêt à se lancer pour 2017, il a finalement fait marche arrière pour prôner la loyauté et la fidélité au gouvernement.
http://www.rtl.fr/actu/politique/2017-manuel-valls-francois-hollande-demission-gouvernement-7786036121
2016-11-29 15:31:00
http://media.rtl.fr/cache/tPZsgUM0O6QtncsQv9OFmg/330v220-2/online/image/2016/1129/7786036336_manuel-valls-le-25-novembre-2016.jpg