1 min de lecture Justice

Les jihadistes françaises arrêtées en Syrie seront "jugées là-bas"

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux annonce ce jeudi 4 janvier que les femmes jihadistes françaises arrêtées dans le "Kurdistan syrien" seront jugées sur place si les institutions judiciaires locales le permettent.

Une femme vêtue d'un niqab marche dans une rue syrienne (illustration)
Une femme vêtue d'un niqab marche dans une rue syrienne (illustration) Crédit : AMER ALMOHIBANY / AFP
104761573555224952563
Clémence Bauduin
et AFP

Les femmes jihadistes françaises arrêtées dans le "Kurdistan syrien" seront "jugées là-bas" si les "institutions judiciaires sont en capacité d'assurer un procès équitable" avec des "droits de la défense respectés", a déclaré ce jeudi 4 janvier le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Si "dans la partie kurde de la Syrie, dans le Kurdistan syrien", "il y a des institutions judiciaires qui sont en capacité d'assurer un procès équitable avec des droits de la défense assurés, elles seront jugées la bas", a déclaré Benjamin Griveaux sur RMC et BFMTV.

Arrêtées "en combattant"

Plusieurs Françaises ont été arrêtées en Syrie par les forces kurdes. Elles sont aujourd'hui détenues avec leurs enfants dans un camp de réfugiés géré par les Kurdes en Syrie. Émilie K., une Bretonne de 30 ans qui a rejoint la zone irako-syrienne en 2012 pour intégrer les rangs de Daesh, fait partie des femmes arrêtées. Elle demande son rapatriement aux autorités françaises, "qui ont l'obligation de la juger", selon son avocat.

À lire aussi
Salah Abdeslam lundi 5 février 2018 à Bruxelles pour l'ouverture de son procès et celui de Sofien Ayari terrorisme
Salah Abdeslam et Sofien Ayari condamnés à 20 ans de prison à Bruxelles

Évoquant le cas d'Émilie König ainsi que celui d'autres Françaises dans des circonstances similaires, Benjamin Griveaux a indiqué : "Ce sont les informations à l'heure actuelle dont on dispose : qu'elles ont été arrêtées, et a priori qu'elles ne se sont pas rendues d'elles-mêmes, qu'elles ont été arrêtées en combattant", a indiqué Benjamin Griveaux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Société Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791688337
Les jihadistes françaises arrêtées en Syrie seront "jugées là-bas"
Les jihadistes françaises arrêtées en Syrie seront "jugées là-bas"
Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux annonce ce jeudi 4 janvier que les femmes jihadistes françaises arrêtées dans le "Kurdistan syrien" seront jugées sur place si les institutions judiciaires locales le permettent.
http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/les-jihadistes-francaises-arretees-en-syrie-seront-jugees-la-bas-7791688337
2018-01-04 09:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/3j_DEW5jNrgifEHUHvzyNw/330v220-2/online/image/2018/0102/7791658514_000-9m22t.jpg