2 min de lecture Venise

Venise : quand des mains colossales tentent d'emporter la ville sous les eaux

CLICS À LA UNE - Ces bras sont une oeuvre d'art qui vise à sensibiliser au réchauffement climatique.

Venise : deux mains géantes pour sensibiliser contre le changement climatique
Venise : deux mains géantes pour sensibiliser contre le changement climatique Crédit : SIPA
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

À Venise, deux mains colossales engloutissent un immeuble de la ville. Les internautes ont pu découvrir ce phénomène sur les réseaux sociaux. Deux mains géantes s'accrochent à la paroi d'un immeuble. Elles jaillissent de l'eau du Grand Canal de Venise et elles sont prêtes à l’entraîner sous les eaux. Il s'agit d'une œuvre d'art contemporain de l'artiste italien Lorenzo Quinn. L'objectif est de sensibiliser les gens au réchauffement climatique. Ces bras mesurent neuf mètres de haut et pèsent chacune 2.500 kilos. 

Ça a pris deux jours pour les installer et ils resteront dans la ville jusqu'au 26 novembre prochain. L'artiste a voulu "symboliser à la fois la force créatrice et destructrice de l'être humain". Et s'il a représenté des mains, c'est parce qu'elles ont "le pouvoir d'aimer, de haïr, de construire, de détruire", comme il l'explique sur le site de la galerie où il travaille.

Yes!...so happy to say mission accomplished. 'SUPPORT' in Venice to support this wonder of city that is threatened by climate change. I hope my art brings a new focus of attention to a global calamity that we are faced with. Art in 'Support' of art: Venice is now the art capital of the world during the Venice Biennale but the city of art is threatened and needs our help and protection. ------A big thank you to the city of Venice and especially to its Mayor Luigi Brugnaro for believing in this installation from the beginning, to Ca' Sagredo hotel represented by Lorenza Lain (the force of Nature) to C and C architectural Studio, Fulvio Caputo, Marco Zanon, Ufficine delle Zattere, Luisa Flora, Tecmolde, Julio and Irene Luzan and the entire team, She Digital, Grupoo Orseolo with Rein srl and the Gondolieri of Venice. To my super team in Spain at Quinn Creations To my family, my wife and especially my son Anthony for letting me use his hands, and of course to @halcyongallery , representanted by Paul Green, Udi Sheleg and assisted by Shani, Helga and all in the gallery, because without their continued organizational, moral, artistic and financial 'support' none of this could have happened. #biennale2017venezia #biennale2017 #lorenzoquinn #lorenzoquinnartist #venezia #halcyongallery #support #supportart #climatechange

Une publication partagée par Lorenzo Quinn (@lorenzoquinnartist) le

À découvrir aussi dans "Clics à la Une"

Le film Okja a été projeté à Cannes. Il a une particularité : c'est le premier film produit par Netflix, en lice pour la Palme d'or. Le début de la projection ne s'est pas bien déroulé. Dès que le logo Netflix est apparu à l'écran, des personnes se sont mises à siffler dans la salle. Des journalistes présents ont écrit sur Twitter que "le public hurle et hue". Pourquoi y-a-t-il eu de telles réactions ? Sur les réseaux sociaux, deux théories s'affrontent. Certains estiment que ces critiques sont adressés à Netflix. La présence du géant du streaming à Cannes fait bondir les puristes des salles de cinéma, car le site américain ne sortira pas le film en salle. D'ailleurs, les organisateurs du festival ont dû changer leur règlement. À partir de l'année prochaine, tout film en compétition devra s'engager à sortir en salle.

À lire aussi
Les gondoles devant la place San Marco insolite
Venise : leur balade romantique sur une gondole volée se termine au poste de police


Autre théorie : il y a eu des problèmes techniques lors de la projection. Le rideau n'était pas complètement levé. Du coup les 3/5e de l'écran n'apparaissait pas. Ça a même coupé la tête de l'une des actrices principales. Du coup, les personnes présentes auraient sifflé afin d'attirer l'attention de la technique. Mais finalement, tout est bien qui finit bien. Le film s'est terminé sur les applaudissements de la salle

Thomas Pesquet commence son compte à rebours. Dans deux semaines, l'astronaute français quitte l'espace et revient sur Terre. Initialement, il devait rentrer le 15 mai dernier, mais la Nasa a décidé de le faire rester un peu plus longtemps dans l'espace, jusqu'au 2 juin. Et comme d'habitude, l'astronaute nous apprend la nouvelle sur son compte Twitter, en musique. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Venise Art Changement climatique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788590495
Venise : quand des mains colossales tentent d'emporter la ville sous les eaux
Venise : quand des mains colossales tentent d'emporter la ville sous les eaux
CLICS À LA UNE - Ces bras sont une oeuvre d'art qui vise à sensibiliser au réchauffement climatique.
http://www.rtl.fr/actu/international/venise-quand-des-mains-colossales-tentent-d-emporter-la-ville-sous-les-eaux-7788590495
2017-05-19 22:30:00
http://media.rtl.fr/cache/5e3jg1OyzV0m9AEXMLgxPw/330v220-2/online/image/2017/0518/7788598657_les-mains-de-venise.jpg