2 min de lecture Tunisie

Tunisie : qu'est-ce que "l'affaire du bisou" qui agite le pays ?

ÉCLAIRAGE - Deux personnes, un Franco-Algérien et une Tunisienne, sont en détention à Tunis notamment pour "atteinte à la pudeur" parce qu'ils se seraient embrassés sur la voie publique. Après avoir été condamnés, ils ont fait appel.

Le drapeau tunisien brandi par la foule, le 16 février 2013 (image d'illustration)
Le drapeau tunisien brandi par la foule, le 16 février 2013 (image d'illustration) Crédit : AFP / GIANLUIGI GUERCIA
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Cela fait quelques jours que l'affaire agite la Tunisie. Le 5 octobre dernier, un Franco-algérien et une amie tunisienne sont condamnés pour "atteinte aux bonnes mœurs" et "outrage à un fonctionnaire". Ils racontent qu'après une soirée peu arrosée, en week-end, ils se sont arrêtés en voiture sur le bas-côté d'une route.

C'est alors qu'une voiture de la police tunisienne est arrivée et a déduit des activités sexuelles entre les deux. Les deux prévenus ont démenti les faits qui leur sont reprochés, reconnaissant seulement avoir bu deux bières et discuté ensemble dans la voiture près de la mer. Ils ont fait appel de la décision. 

À lire aussi
Le drapeau tunisien brandi par la foule, le 16 février 2013 (image d'illustration) tunisie
"Affaire du bisou" : un ami dénonce un manque de "respect des procédures"

Le premier est un cadre de 33 ans qui travaille à Marseille. Comme le raconte son avocat à Libération, "se croyant en France", il réclame les immatriculations des policiers qui l'ont interpellé. La police décide alors de le détenir et il est jugé dès mercredi par le tribunal cantonal de Carthage, et écope finalement de quatre mois et demi de prison ferme pour "atteinte à la pudeur", "refus d'obtempérer", "outrage à un fonctionnaire public" et "atteinte aux bonnes mœurs". Son amie de 44 ans, elle, écope de trois mois ferme pour "atteinte à la pudeur", "refus d'obtempérer" et "état d'ébriété sur la voie publique". 

Une mobilisation symbolique

Leur sort a déclenché de nombreuses protestations sur les réseaux sociaux. "Le ministère de l'Intérieur ne doit plus s'occuper de l'intérieur de nos corps", écrivait ainsi un internaute se présentant comme ingénieur en Tunisie. Mais c'est un élu tunisien qui a le plus fait parler de lui. 

Sur sa page Facebook, il a publié une photo de lui en train d'embrasser sa femme en public avec ce commentaire en s'adressant au président : "Dites-moi à quel poste de police je dois me rendre pour subir ma peine de prison" et cette précision : "Cela fait quelques mois que j'ai renoncé à mon immunité parlementaire".

Libération raconte également qu'en réaction, une "Journée du bisou" a été organisée vendredi 6 octobre, mais sans grand succès "par peur de la répression", avant de rappeler le contexte dans lequel s'inscrit cette polémique : alors que certains louent les avancées sociales dans le pays fragile politiquement depuis le printemps arabe, cette histoire met en avant une vision moins démocratique du pays partagée par une partie de la population. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tunisie Démocratie Maghreb
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790439946
Tunisie : qu'est-ce que "l'affaire du bisou" qui agite le pays ?
Tunisie : qu'est-ce que "l'affaire du bisou" qui agite le pays ?
ÉCLAIRAGE - Deux personnes, un Franco-Algérien et une Tunisienne, sont en détention à Tunis notamment pour "atteinte à la pudeur" parce qu'ils se seraient embrassés sur la voie publique. Après avoir été condamnés, ils ont fait appel.
http://www.rtl.fr/actu/international/tunisie-qu-est-ce-que-l-affaire-du-bisou-qui-agite-le-pays-7790439946
2017-10-10 09:15:00
http://media.rtl.fr/cache/2frkzaMG082TCnNysyyg6Q/330v220-2/online/image/2016/1215/7786286129_le-drapeau-tunisien-brandi-par-la-foule-le-16-fevrier-2013-image-d-illustration.jpg