Jihad en Syrie : un recruteur français arrêté en Turquie

INFO RTL - Mourad Fares, un jihadiste français parti en Syrie, a été arrêté en août et extradé vers la France dans la nuit de mercredi 10 à jeudi 11 septembre. Il était l'un des recruteurs des candidats au jihad.

Vue d'Alep, en Syrie
Crédit : ZEIN AL-RIFAI / AFP
Vue d'Alep, en Syrie

L'un des hommes les plus recherchés par la DGSI (direction générale de la sécurité intérieure) a été arrêté en Turquie, avant d'être expulsé vers la France, dans la nuit de mercredi à jeudi. Le Franco-Marocain, Mourad Fares, 29 ans, originaire de Thonon-les-Bains en Haute-Savoie était considéré comme le maître-recruteur des adolescents qui prennent la route du jihad en Syrie. 

Selon les informations de RTL, il devait être présenté ce jeudi matin à un juge du pôle anti-terroriste de Paris pour être mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Ancien étudiant lyonnais, il est soupçonné d'avoir mis sur pied une filière de combattants français vers la Syrie. C'est lui notamment, qui aurait fait venir en décembre 2013 un groupe d'adolescents de Strasbourg ainsi que deux mineurs toulousains de 15 et 16 ans qui devaient rapidement s’enfuir après avoir passé huit jours en Syrie. 

L'arrestation a eu lieu le 16 août dans le plus grand secret

Mourad Fares a été repéré et identifié à Istanbul, au Consulat de France, où il était venu demander un laissez-passer consulaire, vraisemblablement afin de regagner l'Hexagone. Les autorités françaises ont alors demandé aux policiers turcs de l'intercepter à l'aéroport d’Istanbul. L'arrestation a eu lieu le 16 août dernier, il y a quasiment un mois, mais l’information était restée confidentielle en attendant l'expulsion vers la France, une procédure souvent complexe. 

Les services français cherchent à présent à comprendre quand et pourquoi Mourad Fares a quitté la Syrie. Ils veulent savoir si le jihadiste cherchait à camoufler son retour en France. L'autre hypothèse avancée est que le jeune homme, qui se savait recherché, a choisi de se "jeter dans la gueule du loup" pour échapper à d'éventuelles menaces d'un groupe jihadiste concurrent en Syrie. 

Il se vantait d'être "le principal recruteur"

Selon les renseignements français, Mourad Fares - qui se faisait appeler Abou Hassan sur Facebook -  était présent en Syrie depuis juillet 2013. II avait d'abord rejoint les rangs de l'État islamique en Irak et au levant - aujourd'hui l'État islamique qui sème la terreur en Irak et en Syrie -  avant de rallier Jabhat al-Nosra, le groupe concurrent affilié à al Qaida. Ceci d'après ses propres déclarations au magazine Vice en février dernier. Dans la même interview, le jeune homme se targuait d'être le "prêcheur" et le "principal recruteur" des Français partant en Syrie. 

Des déclarations en partie confirmées par les policiers français qui estiment avéré que Mourad Fares était impliqué dans le recrutement des Strasbourgeois, partis en bloc du quartier de la Menau en décembre 2013. Depuis, sept ont été incarcérés après leur retour en France.

Mourad Fares aurait également recruté Nora, une adolescente de 16 ans originaire d'Avignon. Il est donc soupçonné d'avoir mis sur pied une filière de recrutement via internet. Une filiale avec des relais en France, des "facilitateurs" locaux de faible calibre mais qui remettaient parfois de l'argent ou des billets d'avion. Mourad Fares aurait personnellement embrigadé plusieurs jeunes Français via les réseaux sociaux et les aurait convaincu de venir combattre en Syrie au nom d'un islam apocalyptique.

D'après nos informations, son nom apparaît dans plusieurs dossiers actuellement ouverts au pôle anti-terroriste du Palais de justice de Paris. 

Mourad Fares est originaire de Thonon-les-Bains, dernier d'une famille de 6 enfants selon le Dauphiné libéré qui a interrogé sa famille en mai dernier. 

Un garçon intelligent, cultivé

Un ami de fac de Mourad Fares

En 2005, après un bac S, il commence des études à Lyon. Selon une de ses anciennes connaissances d'université, contactée par RTL, dans les années 2000, Mourad Fares était un garçon intelligent, cultivé, et sortait beaucoup. Selon lui, son camarade parlait beaucoup de religion, étudiait l'arabe mais ne montrait "aucun signe de radicalisme" .

Les juges attendent beaucoup de son interrogatoire

Mourad Fares va, à présent, être très longuement interrogé par les juges. Grâce à lui, ils espèrent démanteler une partie de la filière qui permet à de jeunes Français subitement radicalisés sur internet de partir en Syrie.  Les juges espèrent aussi en apprendre plus sur un autre jihadiste français activement recherché, Omar Diaby dit Omar Omsen. Les deux hommes auraient combattu ensemble avant de se brouiller dans les dernières semaines. 

Fin juin, Mourad Fares avait fermé son profil Facebook de combattant. Les dernières semaines de son parcours restent à ce stade inconnues. 

La rédaction vous recommande
par Thomas ProuteauJournaliste RTL
Suivez Thomas Prouteau sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7774245713
Jihad en Syrie : un recruteur français arrêté en Turquie
Jihad en Syrie : un recruteur français arrêté en Turquie
INFO RTL - Mourad Fares, un jihadiste français parti en Syrie, a été arrêté en août et extradé vers la France dans la nuit de mercredi 10 à jeudi 11 septembre. Il était l'un des recruteurs des candidats au jihad.
http://www.rtl.fr/actu/international/jihad-en-syrie-un-recruteur-francais-arrete-en-turquie-7774245713
2014-09-11 12:30:00
http://media.rtl.fr/cache/kYalpOKd9_W2ta56nxtULQ/330v220-2/online/image/2014/0809/7773657291_000-nic6359421.jpg