3 min de lecture Santé

La "charge mentale", ou quand les femmes sont épuisées de tout gérer

Une BD illustre simplement ce symptôme touchant les femmes épuisées d'être les organisatrices du foyer.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Télécharger La "charge mentale", ou quand les femmes sont épuisées de tout gérer Crédit Image : STR / AFP | Crédit Média : Marie Guerrier | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie Guerrier
Marie Guerrier Journaliste RTL

"Au-delà du matraquage publicitaire pour les cadeaux en tout genre la Fête des Mères est probablement celle à laquelle on se plie le plus volontiers", écrit le magazine Avantage, qui nous rappelle que la Fête des Mères est célébrée en France depuis 1906 et que c’est la ville d'Artas dans l’Isère qui en revendique la maternité. "Maman, quelle aventure !", titre l'hebdomadaire La Vie. Un dossier illustré par des dessins d'enfants, des cœurs de toutes les couleurs.

À la question qu'est-ce qu'une bonne mère, la psychothérapeute Catherine Dolto tente de répondre, influencée par sa propre mère, la célèbre psychiatre et pédiatre Françoise Dolto. "Une bonne mère ? C'est une mère que l'on peut quitter. Cela veut dire une mère en paix avec elle même. C'est une mère cohérente qui dit comme elle fait et qui fait comme elle dit. C'est une mère qui se fait confiance et fait confiance à ses enfants."

"Nombre de mères, constate Catherine Dolto, se sentent coupables et rendent leurs enfants malades avec leurs regrets de ne pas avoir bien fait." La médecin aime à souligner qu'il n'y a pas deux mères identiques, que l'éducation n'a rien de scientifique. "Aujourd'hui, les mères sont inondées d'informations parfois contradictoires.. les mères sont perdues et plus stressées que nécessaire."

À lire aussi
Des chirurgiens effectuent une opération (illustration) santé
La chirurgie de l'obésité, agir sur l'estomac

Des mères qui se sacrifient pour leur famille ...

"Penser à tout, elles en ont RAS LE BOL !", titre l'Express. Des listes multiples sur papier et dans la tête, le sentiment de devoir sans cesse vous organiser pour assurer le bon fonctionnement de la maisonnée. Cette pression porte un nom : la charge mentale. Un concept qui désigne l'acrobatie cérébrale à laquelle se livrent automatiquement et sept jours sur sept la plupart des mères de famille. Si elles sont de plus en plus souvent déchargées de certaines tâches domestiques par leur conjoint, elles demeurent celles à qui échoient la planification, la gestion et l'anticipation dans le foyer.

L'Express s'intéresse à un BD dont l'auteur est une ingénieur informatique de 36 ans. Emma dessine pour alimenter son blog sur internet. Le titre de son histoire : Fallait demander ! Une quarantaine de vignettes qui décrivent cette charge mentale qui pèse sur les femmes. 72.000 internautes ont signalé qu'ils avaient aimé la BD, 24.000 l'ont commentée et 8.400 l'ont partagée. "Cela montre que l'on touche à un point sensible dont les femmes ont du mal à parler avec leur partenaire", estime Emma.

"Les femmes, dit-elle, sont obligées de renoncer à des tas de choses pour gérer leur foyer, moins de loisirs, moins de vie sociale, moins de réussite au travail. Conclusion : une moitié de la population se sacrifie au bénéfice de l'autre." Dans sa BD elle explique que les hommes sont prêts à faire quelque chose, prompts à dégainer : "bah tu m'as pas demandé". Bref il faudrait tout leur dire. "Ce n'est pas uniquement leur faute, témoigne une jeune femme, c'est nous qui les avons infantilisés dit elle."

Et comment on fait pour s'en sortir

La blogueuse Emma prône une certaine tolérance. Pas au point d'accepter de vivre dans un logement sale ou mal rangé, mais de serrer les dents et de laisser en l'état jusqu'à ce que le seuil de tolérance de l'autre soit atteint, en espérant que petit à petit, il finisse par s'en occuper sans qu'on lui demande. Ça peut fonctionner.

Si l'on retourne lire le dossier de l'hebdo La Vie ,on trouve aussi un conseil de lâcher prise. Quand on croit être indispensable, on s'épuise. Et puis ne pas déléguer c'est aussi envoyer un message subliminal à son conjoint : tu n'es pas digne de confiance.

Il faut apprendre à reconnaître ses limites, parce qu'on se croit obligé de jouer les superwomans face aux enfants, on ne s'autorise plus à exprimer ses lassitudes, ses tristesses, ses ras le bol et alors personne ne peut deviner nos besoins. Au contraire, les exprimer et ça permettra aux enfants d'apprendre à respecter les besoins de leur mère.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Société Couple
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788726725
La "charge mentale", ou quand les femmes sont épuisées de tout gérer
La "charge mentale", ou quand les femmes sont épuisées de tout gérer
Une BD illustre simplement ce symptôme touchant les femmes épuisées d'être les organisatrices du foyer.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/la-charge-mentale-ou-quand-les-femmes-sont-epuisees-de-tout-gerer-7788726725
2017-05-27 11:42:01
http://media.rtl.fr/cache/sN5Exolu8ZW3t6fdl6sMnQ/330v220-2/online/image/2016/0429/7783039309_la-croissance-en-hausse-de-0-5-au-premier-trimestre-2016.jpg