4 min de lecture Société

L'appel d'un pizzaiolo sans abri à Emmanuel Macron

Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, Moncef déplore les conditions dans les centres d'urgence et appelle le chef de l'État à agir.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
L'appel d'un pizzaiolo sans abri à Emmanuel Macron Crédit Image : THIERRY ZOCCOLAN / POOL / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Amandine Begot
Amandine Begot

Le cri du cœur d'un "pizzaiolo sans abri". C'est comme ça que Moncef se décrit. Ce Tunisien est arrivé à Paris l'été dernier, après plusieurs années en Italie. "Je suis en France, je travaille et je n'ai pas de toit", écrit-il ce matin dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron et publiée par Libération. "Je ne demande pas la bella vita, juste une petite chambre et de la dignité".

"Regardez, là, mon portefeuille : j’ai une carte bleue, un permis de conduire, tous les papiers qu’on puisse imaginer. Pourtant, tous les soirs, j’appelle le 115. Tenez, monsieur Macron, essayez une fois. Composez le 115. Vous allez patienter deux, trois heures, avant de décliner votre vie de A à Z. Chaque jour, c’est le même cirque. Avec un peu de chance, ils vous trouveront une place dans un centre d’accueil."

Moncef a ainsi été accueilli dans le XVIIIe arrondissement le mois dernier. "J’y suis resté une heure, avant de fuir. Là-bas, c’est sale, dégoûtant. C’est la Libye. C’est la honte de la France. Pouvez-vous passer une nuit entouré d’ivrognes, de drogués, de malades ? Dans les locaux, il y a des souris, de la pisse et de la merde." "Voilà pourquoi, conclut-il, nous sommes autant dehors en hiver. Ce n'est pas un choix, loin de là. Je veux garder ma dignité."

À lire aussi
Les VTC appelés à faire grève dans plusieurs villes samedi 17 février société
Le journal de 7h : grève de chauffeurs de VTC près de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle

Un appel poignant lancé après la polémique autour de "ces SDF qui font le choix de dormir à la rue". C'est ce qu'avait dit un député La République En Marche et alors que la mairie de Paris organise ce soir une vaste opération de comptage. "Une première en France", rappelle l'Humanité. 350 équipes vont sillonner chaque rue de la capitale pour répertorier chaque sans abri. "Une méthode qui a fait ses preuves à New York mais aussi à Bruxelles, Athènes et Barcelone", rappelle le quotidien. 

Le ministre chouchou de la classe

Jean Michel Blanquer est l'invité de l'Émission politique sur France 2 ce jeudi 15 février. C'est clairement l'homme du jour. C'est simple, le ministre de l'Éducation nationale est partout ce matin dans la presse, qui lui décerne presque un 20/20. "La droite se pince pour vérifier qu'elle ne rêve pas, la gauche ne parvient pas à le contester, l'opinion le plébiscite", écrit Laurence de Charette dans son édito dans le Figaro. "Rarement ministre de l'Éducation aura bénéficié d'une telle aura", ajoute-t-elle.
 
"Jean-Michel Blanquer décroche son bac pol", pour l'Opinion, selon qui rien ne semble pouvoir arrêter le ministre. "Ministre chouchou de la classe qui apporte lui-même le café à ses visiteurs", écrit de son côté le Parisien/Aujourd'hui en France. Même les syndicats d'enseignants n'en reviennent pas ! 

Pour le Point, Blanquer c'est carrément le vice-président. "Comme le président, il répète sans cesse qu'il n'est ni de droite, ni de gauche." Pour François Bayrou, "il incarne le bon sens. Or le bon sens n'est ni de gauche, ni de droite". Un autre ministre passé, comme le président du Modem par la rue de grenelle, détaille la recette Blanquer : "un mélange entre l'autorité d'un Chevènement et la bienveillance avertie d'un Bayrou".

Un ministre respecté autant à droite qu'à gauche visiblement. Les équipes de l'Émission politique racontent ainsi avoir eu beaucoup de mal à lui trouver un contradicteur pour le débat de ce soir. "Nous avons essuyé beaucoup de refus, plus que d’ordinaire", confirme le rédacteur en chef de l'émission. "Aucun de ceux qui ont été aux manettes du "mammouth" ces dix dernières années n'avaient, ajoute le journal, intérêt à s'engager dans la joute".

Ce sera finalement le député de la France insoumis Alexis Corbière, ancien prof de lettres et d'histoire-géographie qui lui fera face ce soir. "Je prends Blanquer très au sérieux, c'est un homme avec de l'épaisseur. Ce n'est pas un petit ministre", dit le député.

L'intéressé en tout cas nie toute ambition politicienne. Il le jure, ses ambitions ne dépasseront jamais ce ministère. "C'est déjà assez ambitieux de vouloir mener le changement de notre système éducatif". Ensuite ? "Il le promet, il écrira des livres", dit le Parisien.

Les jeux dangereux des ados

À propos d'école, une grande enquête à lire ce matin dans le Télégramme sur les nouveaux jeux dangereux des ados. Ils s'accrochent aux bus, se lancent des piments dans les yeux, font de l’apnée jusqu'à perdre connaissance, le tout sous le regard amusé de leurs camarades qui, téléphones portables à la main, filment tout.

Maeva raconte ainsi fin janvier avoir vu une fille de 9-10 ans qui marchait le long de la chaussée avec un garçon un peu plus âgé. "Quand elle m'a vu arriver en voiture, elle s'est mise sur la route, face à moi. Heureusement, je roulais tranquillement, j'ai pu l'éviter."

Des témoignages comme celui-ci, il en existe visiblement des dizaines, à tel point que les gendarmes du Finistère ont lancé une campagne choc sur Facebook, pour sensibiliser justement ces plus jeunes qui n’hésitent pas à jouer avec leur vie. On y voit un cadavre à la morgue avec, à son pied l'étiquette "game over" et ce slogan "jeux dangereux : défier la mort n'est pas un jeu". Ça aussi ça fait froid dans le dos !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Emmanuel Macron Sans-abri
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792271604
L'appel d'un pizzaiolo sans abri à Emmanuel Macron
L'appel d'un pizzaiolo sans abri à Emmanuel Macron
Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, Moncef déplore les conditions dans les centres d'urgence et appelle le chef de l'État à agir.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/l-appel-d-un-pizzaiolo-sans-abri-a-emmanuel-macron-7792271604
2018-02-15 10:54:00
http://media.rtl.fr/cache/ziUFFny8LSmUjp9JrJZmHA/330v220-2/online/image/2018/0126/7791997063_emmanuel-macron-en-auvergne-le-25-janvier-2018.jpg