2 min de lecture Grève SNCF

Grève SNCF : direction et syndicats s'écharpent sur le calcul des retenues de salaire

D'un côté, Guillaume Pépy, PDG de la SNCF, parle d''une seule et même grève" quand les syndicats déposent 18 préavis différents. En jeu pour chaque partie : la réduction au maximum des pertes financières.

>
Grève SNCF : direction et syndicats s'écharpent sur le calcul des retenues de salaire Crédit Image : ALAIN JOCARD / AFP | Crédit Média : Martial You | Durée : | Date :
109127536140888961261
Ludovic Galtier
et Martial You

À grève inédite, réponse inédite. Le mouvement qui commence mardi 3 avril pourrait coûter très cher aux cheminots en colère contre la réforme ferroviaire annoncé par le gouvernement. La direction de la SNCF a l'intention de se montrer impitoyable sur le calcul des retenues sur salaire. 

Une des raisons qui explique la forme inédite de la grève que l'on va connaître - deux jours de grève, trois jours de travail - est d'éviter aux cheminots de perdre trop de jours de salaires. Avec ce système de grève perlée, le trafic est désorganisé pratiquement toute la semaine mais l'employeur ne peut retenir que deux jours de salaire.

Les syndicats espéraient ainsi jouer sur les jours de repos pour réduire encore le coût de la grève pour les cheminots. Le système des jours de récupération fait que les cheminots pouvaient être à la fois grévistes et en repos, et donc payés. 

À lire aussi
Philippe Martinez, leader de la CGT, manifeste à Paris le 19 avril 2018 le journal
Le journal de 7h30 : la CGT conteste la baisse de la mobilisation des grévistes

"Une seule et même grève" pour la SNCF

Sur ce point, la direction leur a accordés une fin de non recevoir : un cheminot gréviste pendant un jour de repos se verra retirer sa journée de salaire. "Dix-huit fois deux jours, c'est-à-dire 36 jours, c'est une seule et même grève contre la réforme du système ferroviaire, et donc les règles normales de l'entreprise s'appliquent", a estimé le PDG de la SNCF, jeudi 29 mars sur France 2. Avec ce mouvement long et la fermeté de la direction, les cheminots grévistes vont donc perdre 40% de leur salaire pendant trois mois.

18 préavis différents déposés par les syndicats

Furieuse, la CGT dénonce cette décision de la direction. La CGT, la CFDT et l'Unsa, les trois syndicats grévistes, pensaient avoir trouver la parade en déposant 18 préavis différents pour chaque journée de grève entre le 3 avril et le 28 juin. Les cheminots étaient ainsi obligés de se déclarer grévistes à chaque fois mais cela épargnait ceux qui étaient en repos un jour de grève.

Sébastien Mariani, le secrétaire général adjoint de la CFDT, a jugé mercredi "très clairement contestable cette interprétation" de la grève comme "un seul et même mouvement" qui conduirait à des "retenues de salaire sur jours de repos", alors qu'"on a plusieurs préavis de grève successifs et différents". Ce conflit pourrait se terminer devant les tribunaux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève SNCF SNCF Cgt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792819603
Grève SNCF : direction et syndicats s'écharpent sur le calcul des retenues de salaire
Grève SNCF : direction et syndicats s'écharpent sur le calcul des retenues de salaire
D'un côté, Guillaume Pépy, PDG de la SNCF, parle d''une seule et même grève" quand les syndicats déposent 18 préavis différents. En jeu pour chaque partie : la réduction au maximum des pertes financières.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/greve-sncf-direction-et-syndicats-s-echarpent-sur-le-calcul-des-retenues-de-salaire-7792819603
2018-03-29 12:49:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/UXFQxw2GNTFOdXMCQgb6AQ/330v220-2/online/image/2018/0322/7792737163_000-12z6uz.jpg