2 min de lecture Auto

Opel-PSA : les Allemands font de la résistance

ÉDITO - Le rachat potentiel d'Opel par PSA provoque un vague de réactions. En France, les spécialistes s’interrogent sur sa pertinence. En Allemagne, ce sont les politiques qui montent au créneau.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
Opel-PSA : les Allemands font de la résistance Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLnet | Durée : | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau et Loïc Farge

Il n'a pas fallu 48 heures pour que les officiels allemands dressent les premières barrières. Comme toujours, il n'est officiellement pas question d’interférer dans des décisions d’entreprises. En réalité, comme on l’a constaté lors des projets entre Airbus et British Aerospace, rien ne se fait si les intérêts supérieurs germaniques ne sont pas pris en considération. Pas question qu'Opel soit une dépendance d'un champion français. Dans le dossier PSA, comme dans celui d’Airbus, Berlin, en coordination avec les syndicats et les gouvernements régionaux, s’opposera de tout son poids à la fermeture d’usines et à des pertes d’emplois sur son territoire.

Les ambitions des deux parties sont sans mystère. General Motors, le propriétaire américain d'Opel depuis 90 ans, n’en peut plus de perdre de l’argent avec cette filiale : 15 milliards en seize ans. Par ailleurs, ses neuf usines en Europe (dont trois sont implantées en Allemagne) ne tournent qu’à 60% de leur capacité. Très insuffisant pour dégager des marges bénéficiaires. Il faut les rationaliser.

À lire aussi
Le concept-car F1 de Renault auto
La F1 du futur est signée Renault

PSA, de son côté, doit augmenter fortement ses volumes de productions pour rester dans la compétition internationale. Cela passe par une amélioration de sa performance opérationnelle. En français, cela signifie faire tourner plus et mieux ses dix unités de productions européennes.

Pour que l’affaire soit économiquement et industriellement rationnelle, il faut faire plus avec moins d’installations

Christian Menanteau
Partager la citation

Le problème, c’est que  PSA + Opel c’est un bloc de dix-neuf sites industriels qui produisent des modèles très proches. Donc pour que l’affaire soit économiquement et industriellement rationnelle, il faut faire plus avec moins d’installations. Là se pose la grande question : qui encaisse les fermetures et les pertes d’emplois ? "Pas nous", prévient déjà l’équipe d'Angela Merkel qui a des élections très proches. "Pas touche aux 18.250 emplois de chez Opel". Et comme on peut s’attendre aux mêmes pressions à Paris, l’équation est délicate.

L’opération de rachat pourrait ne pas aboutir. C’est une hypothèse solide, et ce serait un revers pour PSA. Si cette spectaculaire opération fait la démonstration que le Lion, décharné d’il y a cinq ans, a retrouvé ses muscles avec 7 milliards d'euros de réserve dans sa besace, son problème de taille critique resterait entier. Pour Opel, ce ne serait qu’un répit avant l’extinction. Il est difficile d’envisager que General Motors continue de perdre 15 milliards tous les dix ans.

Pour les deux constructeurs, ce plan a ses logiques.  Mais il va falloir que les acteurs soient particulièrement imaginatifs ou très patients.

La note du jour

08/20 à Ségolène Royal. La ministre de l'Environnement échoue pour la deuxième année successive à promouvoir le transport fluvial : -8.5% l'an dernier, après -19% en 2015. C'est pourtant le transport le plus écologique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auto Industrie PSA
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787271289
Opel-PSA : les Allemands font de la résistance
Opel-PSA : les Allemands font de la résistance
ÉDITO - Le rachat potentiel d'Opel par PSA provoque un vague de réactions. En France, les spécialistes s’interrogent sur sa pertinence. En Allemagne, ce sont les politiques qui montent au créneau.
http://www.rtl.fr/actu/conso/opel-psa-les-allemands-font-de-la-resistance-7787271289
2017-02-16 08:16:00
http://media.rtl.fr/cache/2jUh8l7ZP2QTlKN2xjIw2g/330v220-2/online/image/2017/0216/7787271747_berlin-est-bien-decide-a-defendre-les-sites-et-les-emplois-d-opel.jpg