2 min de lecture Gaspillage

Gaspillage : "Il faut changer sa culture" de consommation, selon Arash Derambarsh

REPLAY - INVITÉ RTL - Arash Derambarsh, élu en Île-de-France, travaille sur la question du gaspillage en France. Il propose des méthodes simples, comme le doggy-bag, pour lutter contre ce fléau.

Bernard Poirette L'invité RTL du week-end Bernard Poirette
>
Gaspillage : "Il faut changer sa culture" de consommation, selon Arash Derambarsh Crédit Image : AFP PHOTO / PATRICK PLEUL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette et Clémence Bauduin

Le dimanche 16 octobre est la journée mondiale de l'alimentation. En France, elle est également une journée de lutte contre le gaspillage alimentaire. Le gaspillage alimentaire est assez large, "on en a dans les supermarchés, les foyers, les hôpitaux, les cantines scolaires...", développe Arash Derambarsh, conseiller municipal Les Républicains à Courbevoie, devenu le "Monsieur anti-Gaspillage alimentaire" pour les Franciliens. Celui-ci dénonce un "problème culturel" empêchant de faire évoluer cette problématique et insiste sur la nécessité de "changer sa culture" de la consommation.

Une loi a été votée le 3 février pour lutter contre le gaspillage. "Chaque supermarchés jetait 50 kilos de nourriture consommable tous les soirs dans les poubelles. Cela représente 500 euros, et permettait de nourrir 100 personnes", explique Arash Derambarsh. Promulguée le 11 février, cette loi a notamment permis de balayer le scandale de l'eau de javel sur la nourriture. 

10 millions de repas distribués

"N'importe quel citoyen peut créer sa propre association, obtenir l'habilitation et réclamer les invendus. Si le supermarché refuse, c'est une première dans le monde, c'est une amende de 3.570 euros. Depuis que la loi a été promulguée, plus de 3.000 associations ont bénéficié de cette loi et plus de 10 millions de repas ont été distribués", se félicite l'élu. Cette loi anti-gaspillage "coûte zéro euro au contribuable, zéro euro aux finances publiques, et cela bénéficie aux gens qui ont faim". 

À lire aussi
Un supermarché Monoprix à Paris en 2013. (illustration) gaspillage
Le président de la Banque alimentaire salue les initiatives de Monoprix

La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a confié à Arash Derambarsh "une mission qui aura vocation a être un laboratoire pour tout le pays". Le gaspillage provoqué par les 470 lycées d'Île-de-France représente chaque année 18 millions d'euros. L'élu a pour projet de travailler avec "ceux qui créent des applications, avec les associations caritatives", ou encore en remettant au goût du jour une pratique pour laquelle les Français sont réticents : le doggy-bag. "C'est un problème culturel", avance Arash Derambarsh, qui explique que les Anglo-Saxons et les Scandinaves l'utilisent beaucoup. "On ne peut pas se comporter de cette façon lorsque des gens ont faim", insiste le conseiller municipal.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gaspillage Île-de-France Consommation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785309400
Gaspillage : "Il faut changer sa culture" de consommation, selon Arash Derambarsh
Gaspillage : "Il faut changer sa culture" de consommation, selon Arash Derambarsh
REPLAY - INVITÉ RTL - Arash Derambarsh, élu en Île-de-France, travaille sur la question du gaspillage en France. Il propose des méthodes simples, comme le doggy-bag, pour lutter contre ce fléau.
http://www.rtl.fr/actu/conso/gaspillage-il-faut-changer-sa-culture-de-consommation-selon-arash-derambarsh-7785309400
2016-10-16 11:48:00
http://media.rtl.fr/cache/yPI3qlaoStGblnOFsy_H_Q/330v220-2/online/image/2015/0414/7777364227_000-dv1138777.jpg