2 min de lecture Isabelle Morini-Bosc

Isabelle Morini-Bosc : "Nous sommes un certain nombre à douter en permanence"

ÉDITO - Après le coup médiatique de Yann Moix par rapport aux fautes d'orthographes du livret d'Axelle Rede, Isabelle Morini-Bosc dédramatise les difficultés de l'orthographe.

Une classe de lycée à Strasbourg (illustration).
Une classe de lycée à Strasbourg (illustration). Crédit : JOHANNA LEGUERRE / AFP
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Mais non, Yann Moix n'a pas commis de faute grave en corrigeant celles de la chanteuse Axelle Red samedi dernier dans On n'est pas couché sur France 2. Certains pensent qu'il eut été courtois de la part du chroniqueur de Laurent Ruquier de ne pas relever les erreurs d'orthographe contenues dans le livret accompagnant son nouvel album. Ou de le lui dire en douceur et en coulisses. Mais pourquoi, à y bien réfléchir ? C'eut été d'abord faire offense à ceux qui essaient de manier à peu près correctement notre langue. 

C'eut été ensuite justement (et injustement) exposer cette artiste attachante à la colère de certains admirateurs qui, achetant l'album, auraient été sidérés à la lecture. Ainsi évoqué publiquement, ce petit couac brusquement médiatisé a permis à la chanteuse de jouer au "pas vu pas pris", "pas relu pas voulu. Et que l'on évite de dire que nous faisons preuve d'une "morgue de pseudo intellectuels". 

À lire aussi
Christine Angot dans On n'est pas couché, le 29 août 2015 Télévision
Morini-Bosc : "Angot est à la nuance ce que les anges de NRJ12 sont à la grammaire"

Rappelons qu'Axelle Red est avocate, donc plus diplômée que nous... que moi notamment. Car, il n'y a rien de plus primaire, école primaire, évidemment, que l'enseignement de la grammaire et de l'orthographe dès le cours préparatoire, qui prépare justement à la suite. Ces matières ont d'ailleurs également nourri mes cauchemars d'enfant jusqu'à ce que l'on m'apprenne à en jouer, c'est à dire à me jouer des difficultés ! Désosser les phrases comme on détruit un Lego, permet de comprendre les mystères d'une langue et sa magie. 

La difficulté de l'orthographe

Tout comme l'histoire des mots (l'étymologie) explique, justifie, légitime, l'écriture de tel adjectif, tel verbe, tel nom pas si commun que ça. On affirme que "de deux maux (pluriel de mal) il faut choisir le moindre". Et bien, de deux mots, il ne faut pas en revanche choisir le moindre mal... C'est même la moindre des choses. Or donc oui, quand on aime autant les phrases que notre auteur compositeur, c'est surprenant de lire dans un livret manifestement "relu par personne", "je t'aperçoit", "visionaire" (là, il faudrait pour une fois plus de "n"), je "sourie" (il y a donc un verbe sourier ? ). Enfin, "j'avou" est triste de perdre son "e" même s'il est muet, tout comme "crénau" qui voit le sien disparaitre (créneau) au profit de "journeaux" qui n'en demandaient pas tant...

Comme on "s'affaiblie", on en reste là mais n'y a-t-il pas tentative de sabotage de l'entourage? Et sommes-nous irréprochables ? Évidemment non. Nous sommes un certain nombre à douter en permanence, à nous tromper tout aussi souvent, et à vérifier le plus possible. Tenez, moi, je n'arrive pas à mémoriser que "patronne" a besoin de ses 2 "n" pour exister. Un exemple parmi de trop nombreux autres. Le problème vient aussi parfois de "ceux qui croient savoir". 

Combien de gens se souviennent ainsi que la locution "après que" doit être suivie de l'indicatif. Vous envoyez un texto à un ami "après qu'il est parti" (et non pas "après qu'il soit"). C'est grammaticalement juste et pourtant, vous direz plutôt "mon ami étant parti, je lui envoie un texto", car il y a toujours un faux-ami qui vous accusera de "mal causer la France". Nous en reparlerons. D'ici-là, un premier constat. Ça laisse un peu las d'en arriver là, non?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Isabelle Morini-Bosc Médias Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782384937
Isabelle Morini-Bosc : "Nous sommes un certain nombre à douter en permanence"
Isabelle Morini-Bosc : "Nous sommes un certain nombre à douter en permanence"
ÉDITO - Après le coup médiatique de Yann Moix par rapport aux fautes d'orthographes du livret d'Axelle Rede, Isabelle Morini-Bosc dédramatise les difficultés de l'orthographe.
http://www.rtl.fr/culture/medias-people/isabelle-morini-bosc-nous-sommes-un-certain-nombre-a-douter-en-permanence-7782384937
2016-03-15 19:48:46
http://media.rtl.fr/cache/U5dwxQma7EMzWBszXEQREw/330v220-2/online/image/2015/1109/7780433810_une-classe-de-lycee-a-strasbourg-illustration.jpg