Le frère de Mohamed Merah menacé par un procès aux assises

Le parquet de Paris a demandé un procès aux assises spéciales pour le frère de Mohamed Merah, Abdelkader, pour complicité d'assassinats lors des tueries perpétrées en mars 2012 à Toulouse et Montauban.

Deux policiers devant l'école juive de Toulouse visée par Mohamed Merah en 2012 (archives)
Deux policiers devant l'école juive de Toulouse visée par Mohamed Merah en 2012 (archives)

Quatre ans après les faits, le dossier des assassinats terroristes de Mohamed Merah est loin d'être clos. Le parquet de Paris a demandé un procès aux assises spéciales pour le frère de Mohamed Merah, Abdelkader, pour complicité d'assassinats lors des tueries perpétrées en mars 2012 à Toulouse et Montauban, a annoncé vendredi dans un communiqué le procureur de la République.

Le parquet demande aussi le renvoi aux assises spéciales d'un complice présumé, Fettah Malki, soupçonné d'avoir fourni un pistolet mitrailleur Uzi et un gilet pare-balles au tueur. En revanche, le parquet requiert un non-lieu pour un troisième homme, Mohamed Mounir Meskine, "faute d'avoir pu établir avec certitude son implication". Il était soupçonné d'avoir participé, avec les frères Merah, au vol du scooter utilisé lors des tueries, ce qu'il niait. Il appartient désormais aux juges d'instruction de décider d'un renvoi ou non devant la cour d'assises spécialement composée de magistrats professionnels.

Le retour de l'affaire Merah

Onze jours avant d'être tué par la police, Mohamed Merah avait tué à Toulouse le 11 mars le militaire Imad Ibn-Ziaten, 30 ans, puis, le 15, deux parachutistes de Montauban, Abel Chennouf, 25 ans, et Mohamed Legouad, 23 ans. Le 19, il assassinait dans une école juive de Toulouse, Jonathan Sandler, 30 ans, ses fils, Arié et Gabriel, 5 et 3 ans, ainsi que Myriam Monsonego, 8 ans. Ces crimes jihadistes, en pleine campagne électorale, avaient plongé dans la stupeur un pays où la menace terroriste a depuis explosé avec les attaques de janvier et de novembre 2015 à Paris et Saint-Denis.

L'affaire Merah avait refait surface à la fin du mois de janvier dernier, lorsque Éric Woerth avait déclaré qu'il n'y avait "pas eu d'attentats sous Nicolas Sarkozy", qualifiant les attaques de Mohamed Merah de "crime furieux". Le père d'une des victimes de Mohamed Merah avait déposé une plainte contre le député Les Républicains et Nicolas Sarkozy suite à ses propos.

La filière jihadiste d'Artigat

Concernant Abdelkader Merah, le parquet estime qu'il a rencontré "son frère à des moments clés" et lui a fourni "un soutien logistique" en l'aidant à voler le scooter utilisé pour "faciliter sa fuite". Salafiste radical assumé, Abdelkader Merah a longtemps davantage attiré l'attention des services que son cadet. Il n'a pas nié avoir été présent lors du vol du scooter, mais a assuré que son frère avait agi à son insu.

Abdelkader Merah et Sabri Essid, le beau-frère de Mohamed Merah, avaient assidûment fréquenté la filière jihadiste d'Olivier Corel à Artigat (Ariège) ; un lieu où ils ont pu rencontrer Fabien Clain, le porte-parole choisi par Daesh pour revendiquer les attentats du 13 novembre.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781969067
Le frère de Mohamed Merah menacé par un procès aux assises
Le frère de Mohamed Merah menacé par un procès aux assises
Le parquet de Paris a demandé un procès aux assises spéciales pour le frère de Mohamed Merah, Abdelkader, pour complicité d'assassinats lors des tueries perpétrées en mars 2012 à Toulouse et Montauban.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-frere-de-mohamed-merah-menace-par-un-proces-aux-assises-7781969067
2016-02-19 18:13:00
http://media.rtl.fr/cache/tpfocJj24q-ZpvX8WxhUIA/330v220-2/online/image/2015/0319/7777053143_deux-policiers-devant-l-ecole-juive-de-toulouse-visee-par-mohamed-merah-en-2012-archives.jpg