1 min de lecture Médecine

"La chirurgie esthétique se démocratise, même en France", assure le chirurgien plasticien Benjamin Ascher

REPLAY / INVITÉ RTL - Le chirurgien plasticien ne veut plus entendre dire que la chirurgie esthétique est réservée au monde du show-biz.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL
>
Télécharger "La chirurgie esthétique se démocratise, même en France", assure le chirurgien plasticien Benjamin Ascher Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette et Ludovic Galtier

La chirurgie esthétique veut se faire une nouvelle image. Un congrès international (IMCAS) lui est consacrée les 30 et 31 janvier à Paris. 6.000 participants provenant de 85 pays sont attendus. Et ce ne sont pas seulement des pays riches, à en croire le chirurgien Benjamin Ascher, également directeur scientifique du Congrès. "Il y a de plus en plus une démocratisation (de la chirurgie esthétique) en France également. La pyramide s'étend. On arrête de parler de la chirurgie esthétique pour les Vip. Je dirai que de plus en plus c'est plutôt la patiente d'une classe tout à fait moyenne. Certes un peu aisée pour avoir un certain pouvoir d'achat. De plus en plus, il y a une étendue de la pyramide." Pour retirer les cernes sous les yeux et les marques de fatigue, il faut tout de même compter entre 1.500 et 3.000 euros.

Selon Benjamin Ascher, les Français et les Européens ne sont pas ceux qui ont le plus recours à la chirurgie esthétique. Ils sont loin derrière les Américains et les Asiatiques. En France, "85% (des patients) sont des femmes. Nous sommes avant tout dans une spécialité qui devient médicale. Ce sont les traitements non chirurgicaux qui sont dominants. L'acide hyaluronique, les ultrasons, la radiofréquence, c'est ça l'avenir. Il y aura de moins en moins de bistouri. Quand il faut, il ne faut pas avoir peur."

Les opérations de chirurgie esthétique ne sont pas toujours des réussites. Le chirurgien plasticien renvoie ces échecs à la responsabilité des professionnels. "Il y a une sorte de spirale. Il n'y a plus de contrôle. Le premier responsable est le praticien. Il doit savoir refuser une opération, éclairer sa patiente. Vous allez mettre des implants mammaires à une jeune fille de 14 ans ? C'est ridicule."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médecine Chirurgie esthétique Beauté
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781619572
"La chirurgie esthétique se démocratise, même en France", assure le chirurgien plasticien Benjamin Ascher
"La chirurgie esthétique se démocratise, même en France", assure le chirurgien plasticien Benjamin Ascher
REPLAY / INVITÉ RTL - Le chirurgien plasticien ne veut plus entendre dire que la chirurgie esthétique est réservée au monde du show-biz.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/la-chirurgie-esthetique-se-democratise-meme-en-france-assure-le-chirurgien-plasticien-benjamin-ascher-7781619572
2016-01-30 09:28:00
http://media.rtl.fr/cache/4EoPknxaeB23hhSSpeA_qw/330v220-2/online/image/2015/0619/7778806237_chirurgie-esthetique-en-quete-d-une-jeunesse-eternelle.jpg