"L'odeur était inexplicable", raconte une rescapée d'Auschwitz

REPLAY INTÉGRAL - Ginette Kolinka est l'une des rares rescapées du camp de la mort d'Auschwitz-Birkenau. 70 ans après la libération du camp de la mort, elle livre un témoignage émouvant sur les horreurs qu'elle n'oubliera jamais.

>
"L'odeur était inexplicable", raconte une rescapée d'Auschwitz Crédit Image : ODD ANDERSEN / AFP Crédit Média : Yves Calvi

Le 27 janvier 1945, l'armée soviétique libérait le camp d'Auschwitz. 70 ans plus tard, Ginette Kolinka, rescapée du camp de travail et d'extermination, sera présente aujourd'hui en Pologne pour commémorer ce triste anniversaire. Âgée aujourd'hui de 89 ans, elle raconte l'horreur des camps, et son travail de transmission du souvenir dans les écoles.

Matricule 78599

Matricule 78599, elle garde une première image, un premier souvenir, qui fait froid dans le dos. "L'odeur était inexplicable, se rappelle-t-elle. C'était un mélange de saleté et de chair brûlée, une odeur indéfinissable mais qui reste dans les narines de tous les déportés qui ont eu la chance de revenir."

Je n'avais pas peur, les gens étaient rentrés dans les bus très calmement

Ginette Kolinka, rescapée d'Auschwitz

Âgée de 19 ans à l'époque, elle croyait, incrédule, que les camps n'étaient pas si terribles que ça. "Je pensais trouver, comme on nous avait dit, un camp de travail, raconte-t-elle. Pour moi c'était une usine et des baraques pour nous loger. Je n'ai jamais eu peur. Personne, je pense, ne savait qu'on allait dans les camps de la mort, tout le monde est rentré dans les autobus très calmement. Malgré mes 19 ans, j'étais vraiment idiote."

Un travail de mémoire nécessaire

Un moment l'a marqué en particulier, celui de l'arrivée dans le camp d'Auschwitz. "Il y avait des tables avec des femmes. Il fallait se déshabiller, et pour moi, c'était terrible. Pour d'autres non, mais pour moi la nudité fait que tout ce qui s'est passé après n'était rien. Et pourtant c'était aussi le tatouage, le rasage de la tête, des poils du sexe... C'était affreux. Je demandais : 'quand est ce que je vais revoir mes proches', ils ont dit 'Jamais'.

Je vous garantis que lorsque le dernier déporté s'éteindra, les négationnistes se réveilleront

Ginette Kolinka

Aujourd'hui, elle raconte ce qu'elle a vécu, notamment à des jeunes élèves. Elle "tire son chapeau" aux professeurs qui l'invitent, et souhaite livrer un message de paix. "Les élèves que je rencontre, je ne sais pas s'ils comprennent le message que je veux transmettre. Je prêche la tolérance, mais pas je ne suis pas sûre du résultat. On est seulement des êtres humains avec nos qualités et nos défauts, et ces étiquettes "noir", "arabe", "juif" qui collent à la peau, ça fait mal."

Le péril révisionniste

Interrogée sur la questions des jeunes "révisionnistes", elle relativise sur leur nombre mais fait part de son inquiétude pour l'avenir. "Franchement je n'ai jamais côtoyé ces jeunes-là. Il en existe peut-être. Mais pourquoi des enfants ne le penserait pas quand des adultes et des profs le nient. Je vous garantis que lorsque le dernier déporté s'éteindra qui s'éteindra, ils vont (les négationnistes ndlr) se réveiller."

Pour conclure, quand on lui pose la question de savoir si elle se demande pourquoi elle a survécu elle répond sans réfléchir : "Tout le temps". "Comment je suis là ? La chance. Je n'ai qu'un seul mot, la chance."

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7776349333
"L'odeur était inexplicable", raconte une rescapée d'Auschwitz
"L'odeur était inexplicable", raconte une rescapée d'Auschwitz
REPLAY INTÉGRAL - Ginette Kolinka est l'une des rares rescapées du camp de la mort d'Auschwitz-Birkenau. 70 ans après la libération du camp de la mort, elle livre un témoignage émouvant sur les horreurs qu'elle n'oubliera jamais.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-odeur-etait-inexplicable-raconte-une-rescapee-d-auschwitz-7776349333
2015-01-27 10:01:39
http://media.rtl.fr/cache/EyMF2685g8CxhjjGUvmleQ/330v220-2/online/image/2015/0127/7776349901_le-camp-d-auschwitz-birkenau-le-26-janvier-2015.jpg