2 min de lecture Terrorisme

Cellule jihadiste de Cannes-Torcy : deux victimes témoignent

INVITÉS RTL - Deux victimes et leur avocat s'expriment sur l'ouverture du procès hors norme de la cellule terroriste responsable de l'attaque d'une épicerie casher en 2012.

Marc-Olivier Fogiel L'Invité de RTL Soir Marc-Olivier Fogiel
>
Télécharger Cellule jihadiste de Cannes-Torcy : deux victimes témoignent Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
JulienAbsalon1
Julien Absalon
et Marc-Olivier Fogiel

Le 19 septembre 2012, à Sarcelles, deux hommes, capuches sur la tête, entrent dans une épicerie casher et jettent une grenade. L'engin explose et blesse deux personnes. Derrière cet attentat : la filière jihadiste dite de Cannes-Torcy, également suspectée de projets d'attaques contre des militaires et de départs en Syrie. Cinq ans après, c'est un procès hors-norme qui s'ouvre. Depuis jeudi 20 avril, la cour d'assises spéciale de Paris juge vingt hommes, soupçonnés d'avoir appartenu à cette cellule terroriste qui était autrefois décrite par les services de renseignement comme la plus dangereuse depuis les attaques du GIA algérien dans les années 1990.

Au micro de RTL, deux victimes témoignent anonymement par crainte de représailles. Un risque qui les a d'ailleurs conduit à ne pas se rendre à la première journée d'audience : "Nous avons été encouragés dans ce sens pour les raisons suivantes : ce sont des gens dangereux et nous serions peut-être confrontés à une médiatisation trop forte et nous ne le souhaitons pas". Elles seront tout de même auditionnées par la justice, en marge du procès et par "visioconférence sans qu'on puisse les identifier formellement et visuellement", précise Me Patrick Klugman, avocat des victimes et des parties civiles.

Une bande de bras cassés

L'une des victimes raconte comment l'attaque s'était déroulée : "On était rentrés dans cette épicerie pour trois ou quatre minutes, pas plus. Mon mari est resté à l'entrée. Arrivée à la caisse, tombe à mes pieds un bout de fer. Je ne l'identifie pas et, trois-quatre secondes après, j'entends un gros boum, je vois de la fumée blanche, etc... Mon oreille me fait très mal et tout a éclaté autour de nous. C'est vraiment un moment de fin du monde". La miraculée, qui a été informée qu'une deuxième grenade avec 1.000 petites billes n'avait pas explosé à ses pieds, se rappelle de l'état du magasin détruit. "Il y a eu véritablement un miracle. D'après toutes les auditions, les grenades ont été lancées pour tuer".

À lire aussi
Les Champs-Élysées, le soir de l'attaque du 20 avril 2017 présidentielle 2017
L'attentat sur les Champs-Élysées peut-il changer le cours de la campagne ?

Au tribunal, les accusés étaient souriants et bavardaient entre eux dans le box. "Ils sont d'une infinie légèreté. On ne voit aucun rapport entre l'attitude des accusés et la gravité des charges qui pèsent sur eux. Ils ne sont même pas conformes à ce qu'ils se projetaient d'être, c'est-à-dire des commandos investis dans le jihad (...) pour donner la mort. On a l'impression d'une bande de bras cassés rigolards", observe, stupéfait, Me Patrick Klugman.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788218220
Cellule jihadiste de Cannes-Torcy : deux victimes témoignent
Cellule jihadiste de Cannes-Torcy : deux victimes témoignent
INVITÉS RTL - Deux victimes et leur avocat s'expriment sur l'ouverture du procès hors norme de la cellule terroriste responsable de l'attaque d'une épicerie casher en 2012.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/cellule-jihadiste-de-cannes-torcy-deux-victimes-temoignent-7788218220
2017-04-20 19:29:00
http://media.rtl.fr/cache/0ihDGTu0QIlNJPAdm65ZtA/330v220-2/online/image/2017/0420/7788218839_l-attaque-d-une-epicerie-casher-a-sarcelles-en-2012.jpg