1 min de lecture Terrorisme

Antiterrorisme : "On n'a pas compris la force de frappe de Daesh"

INVITÉ RTL - Un livre pointe pour la première fois les défaillances de nos services de renseignement. Pire : on apprend comment la France a totalement sous-estimé le groupe État Islamique.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL
>
Christophe Dubois : "On n'a pas compris la force de frappe de l'État Islamique" Crédit Image : DELIL SOULEIMAN / AFP | Crédit Média : RTLnet | Durée : | Date :
La page de l'émission
Yves Calvi et Loïc Farge

Comment a-t-il pu nous échapper ? Était-il surveillé ? Aurait-on pu éviter cet attentat ? Ces questions reviennent régulièrement, et avec elles les critiques. Elles sont au cœur de l'ouvrage Où sont passés nos espions ? Petits et grands secrets du renseignement français, à paraître mercredi 11 janvier aux éditions Albin Michel. Signée Christophe Dubois et Éric Pelletier, cette enquête met en lumière les failles des services français dans la lutte contre le terrorisme.

Des couacs qui concernent notamment les attaques du 13 novembre 2015 à Paris et au Stade de France, et le ratage autour de l'arrestation d'Abdelhamid Abaaoud, le "coordonnateur" des attaques kamikazes. "L'enquête avait pas mal commencé, puisqu'on est sur ses traces dès janvier 2015. C'est la direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) qui l'a repéré à Athènes", explique Christophe Dubois. L'homme prend la fuite une première fois. Dans un rapport rédigé l'été suivant, la Sécurité intérieure (DGSI) explique qu'Abaaoud est "derrière des attentats ou des projets d'attentat en France" mais qu'il est "hors de notre portée".

À lire aussi
Xavier Jugelé a été abattu jeudi 20 avril vers 21h sur les Champs-Élysées. le journal
Le journal de 7h30 : hommage national au policier tué sur les Champs-Élysées

"Il est alors décidé de prendre les mesures qui s'imposent (...) : ce sont les frappes militaires, décidées au plus haut niveau par François Hollande", raconte Christophe Dubois. C'est bien Abaaoud qui est ciblé. "Le problème, c'est qu'au moment où les Rafale français décollent (...), Abaaoud n'est plus en Syrie, mais déjà en Europe, sur la route de Paris", poursuit-il.

Plus généralement, les auteurs insistent sur l'erreur stratégique de l'Élysée qui n'aurait pas compris la force de frappe du groupe État Islamique. "On n'a pas perçu sa capacité d'extension. On pense que c'est une force régionale qui va rester limiter à son califat entre la Syrie et l'Irak", affirme Christophe Dubois. "Lorsque Mossoul, ville de plus d'un million d'habitants, tombe, tous les services sont surpris. Certains hauts responsables du renseignement apprennent même la proclamation du califat en regardant la télévision", se désole-t-il.

"Où sont passés nos espions ? Petits et grands secrets du renseignement français" (éditions Albin Michel) Crédit : Albin Michel
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Société Renseignement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786663451
Antiterrorisme : "On n'a pas compris la force de frappe de Daesh"
Antiterrorisme : "On n'a pas compris la force de frappe de Daesh"
INVITÉ RTL - Un livre pointe pour la première fois les défaillances de nos services de renseignement. Pire : on apprend comment la France a totalement sous-estimé le groupe État Islamique.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/antiterrorisme-on-n-a-pas-compris-la-force-de-frappe-de-daesh-etat-islamique-7786663451
2017-01-10 12:19:00
http://media.rtl.fr/cache/sFkhVNxXIB2h5vJAl4E8Tw/330v220-2/online/image/2016/0922/7784949206_un-combattant-de-daesh-illustration.jpg