3 min de lecture Claude Bartolone

Mais pourquoi Claude Bartolone en veut-il à François Hollande ?

ÉCLAIRAGE - Le président de l'Assemblée nationale ne cache plus sa colère à l'encontre du Président. Il a d'ailleurs boycotté son discours durant lequel il a célébré la mémoire de François Mitterrand.

François Hollande et Claude Bartolone, le 9 mai 2015
François Hollande et Claude Bartolone, le 9 mai 2015 Crédit : ALAIN JOCARD / POOL / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Le temps passe mais sa colère ne faiblit pas. Claude Bartolone ne semble plus pouvoir supporter François Hollande. Une situation très délicate pour le président de la République, qui a fissuré son propre camp en se confiant à Gérard Davet et Fabrice Lhomme dans Un président ne devrait pas dire ça... Depuis la sortie de l'ouvrage le 12 octobre dernier, l'hypothèse d'une candidature de Manuel Valls et même de Ségolène Royal relance toutes les hypothèses. 

Mardi 25 octobre, le président de l'Assemblée nationale s'est adressé aux députés socialistes. "On ne pourra pas continuer sans se poser la question de la fraternité et de notre capacité à rassembler (...) Le risque, c'est que nous soyons zappés de la présidentielle. On a un problème d'incarnation. Il y a une distance qui s'est créée entre la gauche et les Français (...), entre le président de la République et les Français", aurait-il déclaré, selon des propos rapportés par plusieurs participants. 

Un "homme trahi" par François Hollande

Et pendant cette intervention devant les députés, Claude Bartolone semblait s'exprimer "avec l'émotion d'un homme trahi", comme le confie à l'AFP un député contestataire. Le nœud du problème viendrait des confessions faites par François Hollande dans Un président ne devrait pas dire ça... Et pour cause, le président de la République a confié que le président de l'Assemblée n'avait "pas l'envergure" pour devenir premier ministre. "Il n'est pas très connu et le jour où il le deviendrait, il n'a pas un charisme considérable", a-t-il ajouté. Il se trouve que Claude Bartolone espérait remplacer Jean-Marc Ayrault à la tête du gouvernement en avril 2014.

À lire aussi
Valérie Pécresse, présidente (LR) de la région Île-de-France justice
"Bienvenue Place Beauvau" : Valérie Pécresse veut porter plainte

Autre anecdote narrée par le chef de l'État : la colère du président de l'Assemblée quand il apprend, "en pleine campagne pour les régionales, qu'une procureure proche de Jean-Marc Ayrault a ordonné une enquête préliminaire contre lui sur une possible affaire d'emploi fictif", comme le rapporte Le Figaro.

Une amertume très forte qu'il ne cache pas

Ainsi, Claude Bartolone a été l'un des premiers proches de François Hollande à critiquer sa démarche envers les deux journalistes du Monde. "Je me pose des questions sur sa volonté [de se présenter en 2017]. Une hésitation transparaît. Je lui ai fait part de ma stupéfaction. il y a un grand besoin d'explication pour comprendre s'il veut vraiment être candidat", a-t-il expliqué à La Provence. Il n'arrête pas sa charge contre le chef de l'État à cette déclaration et ajoute qu'un président "doit entretenir le feu sacré de la République. Un président ne doit pas autant se confesser. Le devoir de silence fait partie de sa fonction. Il doit être à tout moment le garant de nos institutions". À noter que le jour de la sortie d'Un président ne devrait pas dire ça... François Hollande donnait une longue interview à L'Obs dans lequel il se disait "prêt". Un télescopage souligné par Claude Bartolone, qui indique que cet entretien "aurait pu mobiliser". "Vraiment, les stratèges de la communication présidentielle ont fait très fort…", avouait-il.

Lors du traditionnel petit-déjeuner de la majorité à Matignon qui a lieu six jours après la sortie du livre, la pilule n'est toujours pas passée. Claude Bartolone juge que l'ouvrage a "fait beaucoup de dégâts". Selon des informations du Canard Enchaîné, le député de Seine-Saint-Denis s'est senti "humilié" par les déclarations du Président, le concernant. Il s'inquiète aussi de l'élection présidentielle de 2017.

Mercredi 26 octobre, celui qui fait partie des ténors du Parti socialiste a encore eu un geste qui interpelle. Il a quitté le musée du Louvre, quelques instants avant la prise de parole de François Hollande à l'occasion du centième anniversaire de la naissance de François Mitterrand. "Réel boycott ou simple problème d'agenda ?", demande Le Huffington Post. Selon son entourage, il y avait bien une volonté "politique" à travers ce geste. De son côté, Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du parti, tente de temporiser. Ce dernier a posté un message sur Twitter dans lequel il écrit : "On peut arrêter le délire sur Claude Bartolone ? Il est venu c'est bien et tout le monde savait qu'il ne resterait pas !"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Claude Bartolone François Hollande Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785483002
Mais pourquoi Claude Bartolone en veut-il à François Hollande ?
Mais pourquoi Claude Bartolone en veut-il à François Hollande ?
ÉCLAIRAGE - Le président de l'Assemblée nationale ne cache plus sa colère à l'encontre du Président. Il a d'ailleurs boycotté son discours durant lequel il a célébré la mémoire de François Mitterrand.
http://www.rtl.fr/actu/politique/francois-hollande-claude-bartolone-mais-pourquoi-lui-en-veut-il-7785483002
2016-10-28 07:00:00
http://media.rtl.fr/cache/XlHD5q-M12MgDnt3L8ARyw/330v220-2/online/image/2016/1027/7785484175_francois-hollande-et-claude-bartolone-le-9-mai-2015.jpg