3 min de lecture États-Unis

Emmanuel Macron devant le Congrès américain : ce qu'il faut retenir

ÉCLAIRAGE - La visite d'Emmanuel Macron aux États-Unis s'est achevée par un long discours devant le Congrès américain. S'il a rappelé l’amitié franco-américaine, le chef d'État français n'a pas hésité à critiquer son homologue américain sur plusieurs sujets.

Emmanuel Macron lors de son discours devant le Congrès américain, le 25 avril 2018
Emmanuel Macron lors de son discours devant le Congrès américain, le 25 avril 2018 Crédit : CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Invité à s'exprimer devant le Congrès américain, 58 ans jour pour jour après le général de Gaulle, Emmanuel Macron a livré un discours de 50 minutes, intégralement en anglais, où il a balayé de nombreux sujets et vanté la proximité entre les deux pays. "C’est un honneur pour la France, pour les Français et moi-même que d’être reçu dans ce temple de la démocratie où une si grande part des États-Unis s’est écrit. Nous sommes entourés d'images, de portraits qui nous rappellent que la France a participé à l'Histoire des États-Unis". 

Très largement applaudi par l'ensemble du Congrès, le chef d'État français s'est longuement exprimé sur l'amitié franco-américaine. "Nos deux pays sont fondés sur les mêmes idéaux : liberté, tolérance, égalité des droits (...) Nous n’avons jamais perdu ce lien précieux et particulier qui s'inscrit dans notre histoire et notre chair", a-t-il déclaré. 

Et malgré cette proximité historique entre la France et les États-Unis, Emmanuel Macron n'a pas hésité à attaquer son homologue américain. Nationalisme, nucléaire en Iran, écologie, fake news... Autant de sujets où le président tricolore a haussé le ton en s'opposant frontalement à l'ancien magnat de l'immobilier, devenu président de la première puissance mondiale en janvier 2017.

À lire aussi
L'enceinte connectée Echo d'Amazon États-Unis
États-Unis : une enceinte connectée Amazon divulgue une conversation privée

L'écologie et l'accord de Paris

Sur les sujets écologiques, Emmanuel Macron a une nouvelle fois frappé fort. Après son mémorable "Make our planet great again", l'ancien pensionnaire de Bercy a affiché une certaine sérénité assurant que les États-Unis allaient "revenir et rejoindre l'accord de Paris". "Je crois à un avenir pour nos enfants. Nous devons leur offrir une planète que nous pourrons encore habiter dans 25 ans (...) Reconnaissons-le, il n'y a pas de planète B", a-t-il martelé.

Évoquant les "désaccords" qu'il a avec son homologue américain, comme il y en a dans "toutes les familles", Emmanuel Macron poursuit : "Certains considèrent qu’il est plus important de protéger les industries et emplois actuels. Je crois que nous devons trouver une transition douce vers une économie moins carbonée". 

La mise en garde contre le nationalisme

Emmanuel Macron a également dénoncé la tentation du "nationalisme et d'isolationnisme". "Ce sont les États-Unis qui ont inventé le multilatéralisme, c’est vous qui devez agir pour le préserver et le réinventer. Ce multilatéralisme fort ne fera pas planer une ombre sur notre identité, bien au contraire. Un multilatéralisme fort permettra à notre culture de prospérer librement", a-t-il ajouté.

"Nous devons garder les yeux ouverts et être conscients des nouveaux risques. Je suis convaincu que si nous ouvrons plus grands nos yeux nous serons plus forts. Nous ne laisserons pas le nationalisme nous priver d'une plus grande prospérité. Si nous n'agissons pas dans la communauté mondiale, je suis convaincu que les institutions internationales comme l'ONU, l'OTAN ne seront plus en mesure d'exercer leur influence stabilisatrice", a averti le chef de l'État, mettant en garde contre "une guerre commerciale entre alliés".

Un nouvel accord sur le nucléaire iranien

L'accord sur le nucléaire iranien est apparu comme l'un des principaux sujets de discorde entre Emmanuel Macron et Donald Trump. Et le président français n'a pas hésité à ré-aborder le sujet au Capitole : "Notre objectif est clair. L'Iran ne devra jamais posséder l'arme nucléaire. Pas maintenant. Pas dans cinq ans. Pas dans dix ans. Jamais".

Assurant que la France ne retirera pas de l'accord sur le nucléaire iranien, Emmanuel Macron a malgré tout concédé que le texte "ne couvrait pas toutes les inquiétudes". "Il ne faut pas l'abandonner avant d'avoir quelque chose d'autre. C'est là ma position", a-t-il ajouté alors que les deux pays ont annoncé vouloir travaillé sur un nouvel accord plus général.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Emmanuel Macron Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793157929
Emmanuel Macron devant le Congrès américain : ce qu'il faut retenir
Emmanuel Macron devant le Congrès américain : ce qu'il faut retenir
ÉCLAIRAGE - La visite d'Emmanuel Macron aux États-Unis s'est achevée par un long discours devant le Congrès américain. S'il a rappelé l’amitié franco-américaine, le chef d'État français n'a pas hésité à critiquer son homologue américain sur plusieurs sujets.
http://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-devant-le-congres-americain-ce-qu-il-faut-retenir-7793157929
2018-04-25 18:31:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/52ZqL7crhS6_F4ampEbpdQ/330v220-2/online/image/2018/0425/7793158663_emmanuel-macron-lors-de-son-discours-devant-le-congres-americain-le-25-avril-2018.jpg