Dissolution de l'Assemblée : une hypothèse évoquée mais peu crédible

DÉCRYPTAGE – Son impopularité record et les divisions au sein de la majorité pourraient-elles pousser François Hollande à dissoudre l'Assemblée ? L'hypothèse est de plus en plus évoquée, et pourtant difficilement imaginable.

François Hollande
Crédit : AFP
François Hollande

Hormis quelques éclaircies sur le front du chômage, les difficultés continuent de s'accumuler pour François Hollande. Après un vote de confiance marqué par l'abstention de 11 députés, c'est à présent le vote sur le pacte de stabilité, mardi 29 avril, qui menace de diviser un peu plus la majorité. 

Le président est toujours plus impopulaire et les sondages, dominés par le FN, n'annoncent rien de bon pour le PS aux européennes. Dans ce contexte, certains n'écartent plus totalement l'hypothèse d'une solution radicale : la dissolution de l'Assemblée nationale et la convocation de nouvelles élections législatives.

Une petite musique qui court…

Du côté du personnel politique, chacun y va de sa petite phrase. Jean-Luc Mélenchon affirme que "dans une démocratie normale, il y aurait dissolution de l'Assemblée." Marine Le Pen, elle, annonce que si le FN arrive en tête des européennes, elle exigera une dissolution. 

Même le chef des députés PS, Bruno Le Roux n'exclut pas cette possibilité : "Ce sont des choses qui peuvent arriver quand un gouvernement n'a plus de majorité", dit-il.

"Dans l’entourage de François Hollande, cette hypothèse est étudiée plus que sérieusement", croit savoir le Nouvel Observateur. L'UMP se prépare également à une cohabitation, selon l'hebdomadaire.

…mais un suicide politique inimaginable

Reste que la possibilité d'une dissolution est peu crédible. Pour une simple et bonne raison : la gauche sait qu'en cas de nouvelles élections, elle serait battue à plate couture par la droite

"Les fronts parlementaires ont toujours existé, c'est une manière pour les députés de la majorité de dire 'on n'est pas des godillots', mais ils n'ont aucun intérêt à ce qu'il y ait des élections législatives car ils les perdraient", résume l'historien Christian Delporte, interrogé par RTL.fr.

Agiter la menace d'une dissolution sous le nez des parlementaires de gauche est surtout "l'ultime argument pour les faire rentrer dans les rangs", remarque le politologue Thomas Guénolé.

La "stratégie du pire"

A moins que l'énigmatique François Hollande ne se révèle plus machiavélique qu'on ne l'imagine et se lance dans la "stratégie du pire", suggère pour sa part le sociologue et politologue Erwan Lecoeur. 

Il pourrait dissoudre l'Assemblée pour mettre la droite dans l'embarras. Divisée, elle serait "incapable de faire mieux que la gauche", dit-il. Cela permettrait à François Hollande de se refaire une santé pour la présidentielle de 2017. S'il s'engageait dans cette voie "cela signifierait qu'il n'a pas envie d'appliquer une politique de gauche et pense uniquement à sa réélection", affirme Erwan Lecoeur. 

Peut-être n'a-t-il pas oublié que la cohabitation avec Jacques Chirac a permis à François Mitterrand de se faire réélire en 1988.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7771481870
Dissolution de l'Assemblée : une hypothèse évoquée mais peu crédible
Dissolution de l'Assemblée : une hypothèse évoquée mais peu crédible
DÉCRYPTAGE – Son impopularité record et les divisions au sein de la majorité pourraient-elles pousser François Hollande à dissoudre l'Assemblée ? L'hypothèse est de plus en plus évoquée, et pourtant difficilement imaginable.
http://www.rtl.fr/actu/politique/dissolution-de-l-assemblee-une-hypothese-evoquee-mais-peu-credible-7771481870
2014-04-26 17:45:45
http://media.rtl.fr/cache/N8cwruiBdDhtAGZzFRd9Hg/330v220-2/online/image/2014/0426/7771482163_francois-hollande.jpg