2 min de lecture Commerce

La guerre commerciale entre l'Europe et les États-Unis s'envenime

ÉDITO - Le cave se rebiffe ! Le cave, c'est l'Union européenne qui, pour répondre à la guerre commerciale que lui livre l'Américain Donald Trump, va taxer les cranberries et les motos Harley Davidson. Ça va faire mal...

François Lenglet Lenglet-Co François Lenglet
>
La guerre commerciale entre l'Europe et les États-Unis s'envenime Crédit Image : AFP / SCOTT OLSON | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
François Lenglet
François Lenglet et Loïc Farge

Mercredi 6 juin, la Commission de Bruxelles a décidé de prendre des mesures de rétorsion, après que l'Europe s'est vue infliger des taxes sur l'acier et l’aluminium qu'elle exporte aux États-Unis, depuis le 1er juin.

En juillet prochain, des produits américains vendus en Europe seront donc, à leur tour, surtaxés à 25%, ce qui va renchérir leur prix pour le consommateur et devrait donc pénaliser les industriels américains, qui vendront moins sur notre sol. Les produits en question sont les jeans, les whiskys, les motos Harley Davidson notamment, et encore les cranberries.

Les cranberries et des Harley Davidson sont des produits très peu vendus, c'est vrai. Mais ils sont typiquement américains. L'idée est de frapper les esprits aux États-Unis, dans la presse, en donnant le sentiment de cibler au cœur de l'Amérique. C'est exactement comme lorsque la Chine a taxé le Camembert ou le Roquefort, il y a quelques années.

À lire aussi
Une agence de l'ONG Oxfam à Londres (Illustration) environnement
L'ONG Oxfam cible les disparités toujours plus criantes du système alimentaire mondial

Le montant des ventes frappées est inférieur à 3 milliards d'euros, alors que les flux symétriques, surtaxés par Washington, sont deux fois plus importants. C'est donc une riposte modérée. Mais c'est rare que Bruxelles prenne de telles initiatives. C'est justifié et par l'offensive américaine, et par l'affaire iranienne.

L'Iran, l'autre front du conflit

Quel rapport entre l'Iran et le commerce ? C'est le deuxième front de la guerre commerciale transatlantique. Vous savez que Donald Trump a rétabli les sanctions commerciales contre Téhéran, qu'il juge dangereux.

Du coup, toutes les entreprises européennes qui commercent avec l'Iran sont obligées de renoncer à leurs affaires là-bas, sous peine de se voir interdire l'accès au marché américain, voire condamner par la justice américaine. Total, notre pétrolier, a ainsi dû renoncer à l'exploitation d'un gigantesque champs gazier à South Pars au profit de la Chine.

Une entreprise cotée de premier plan ne peut pas faire sans le capital américain

François Lenglet
Partager la citation

Le dernier en date à replier les gaules d'Iran, c'est Peugeot-Citroën, le constructeur automobile, bien qu'il n'ait pas beaucoup de business aux États-Unis. Il se retire parce que s'il poursuivait ses affaires en Iran, il perdrait ses actionnaires américains (les grands fonds de pension, par exemple), qui sont les plus gros investisseurs du monde.

Une entreprise cotée de premier plan ne peut pas faire sans le capital américain, sauf à voir sa valeur chuter, et risquer de devenir la proie d'une autre société. C'est dire la puissance de l'Amérique, de son marché, de sa finance et de sa politique, qui font la loi sur la planète.

Berlin change de ton

Face à cela, nos entreprises capitulent. Au plan politique, les sanctions commerciales de Bruxelles constituent un début de réponse. Le problème, c'est que les Européens peinent toujours à se mettre d'accord à ce sujet, en particulier à cause de l'Allemagne, qui redoute les conflits commerciaux parce qu'elle exporte désormais bien davantage en dehors de l'Europe qu'à l'intérieur de l'Europe.

C'est un phénomène majeur qui n'est pas assez souligné : la Chine et les États-Unis sont désormais des partenaires commerciaux plus importants pour elle que la France. Mais Berlin semble évoluer un petit peu.

Pour la première fois, la chancelière allemande, Angela Merkel, à élevé la voix mercredi. Elle a prévenu qu'elle ne signerait pas le communiqué du G7, qui se réunit vendredi 8 juin au Canada, si celui-ci mettait en cause la liberté des échanges commerciaux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Commerce États-Unis Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793664869
La guerre commerciale entre l'Europe et les États-Unis s'envenime
La guerre commerciale entre l'Europe et les États-Unis s'envenime
ÉDITO - Le cave se rebiffe ! Le cave, c'est l'Union européenne qui, pour répondre à la guerre commerciale que lui livre l'Américain Donald Trump, va taxer les cranberries et les motos Harley Davidson. Ça va faire mal...
http://www.rtl.fr/actu/international/la-guerre-commerciale-entre-l-europe-et-les-etats-unis-s-envenime-7793664869
2018-06-07 10:07:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/7hmWPb-dqzUZbHSI58xz2w/330v220-2/online/image/2018/0607/7793667670_des-motos-dans-une-concession-harley-davidson-dans-le-wisconsin.jpg